Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

28 décembre 2012

Au pied du sapin : Contes de Noël de Pirandello, Andersen, Maupassant...

Au pied du sapinAu pied du sapin est une anthologie parue en 2010 chez Gallimard dans la collection Folio 2 euros.

Alphonse Daudet, Dickens, Michel Tournier, Joseph Kessel, Andersen, Giono, Dostoïevski, Maupassant, Alphonse Allais, etc. Tous ces auteurs sont réunis dans ce recueil sur le thème de Noël, scindé en trois parties : "Des réveillons inattendus", "Des Noëls de rêve..." et "Des Noëls peu traditionnels..."

J'ai lu cette anthologie durant le Marathon de lecture de Noël, la trouvant tout à fait adéquate. Malheureusement, j'ai eu la vague impression d'avoir été trompée sur le contenu de ce livre. Tout porte à croire que des histoires de Noël le composent : la couverture, le titre de l'anthologie, le résumé de la quatrième et même le sommaire.
Loin d'être réellement un recueil de textes sur Noël et ses traditions, Au pied du sapin se révèle être un condensé de textes se passant plus ou moins en hiver, plus ou moins au moment de Noël. Bref, un livre qui semble appâter son lecteur et ne tenir aucune de ses promesses. Au fil des pages, mon intérêt s'est émoussé.
Seul « La fugue du petit Poucet », le conte de Michel Tournier, à la fois moderne et drôle, m'a fait sourire. Les autres textes m'ont laissée de marbre.
Un petit conseil : si vous souhaitez réellement vous plonger dans la magie de Noël, Le Livre de Noël de Selma Lagerlöf vous transportera dans la magie des Noëls traditionnels suédois...
Je tiens néanmoins à remercier Hilde, qui m'a offert ce livre il y a deux ans. Même si je ne l'ai pas apprécié autant que je l'espérais, son geste m'a beaucoup touchée.

D'autres lectrices de ce recueil : Violette, CottageMyrtille, Lystig...

 47287655

Voici une nouvelle participation au Challenge 2 euros de Cynthia

 

Une chronique de soukee rangée dans Contes - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


13 novembre 2011

La petite fille aux allumettes, Hans Christian Andersen

Contes T La petite fille aux allumettes est un conte écrit par l'auteur danois Hans Christian Andersen et publié la première fois en 1845 dans le cinquième volume de ses Contes.

L'histoire de  ce conte est bien connue : pour survivre, une petite fille est obligée de vendre des allumettes aux passants dans la rue. Mais par le froid glacial du mois de décembre, elle est tentée de se réchauffer un peu avec ses allumettes. Elle en allume une, puis deux, puis trois...

Je n'avais jamais lu ce conte. J'en connaissais bien entendu l'intrigue et la chute. Je ne cesse néanmoins de m'interroger sur la façon d'appréhender un tel conte avec un enfant... Sa dureté et sa brièveté doivent susciter bien des questions sur la vie, la mort et la pauvreté. Une histoire à la fois triste et injuste, avec une pointe d'espoir qui perle à la fin.
Sa lecture m'a émue et a fait écho en moi aux situations actuelles de ceux qui dorment dehors et pour qui chaque nuit glaciale est une épreuve à passer.

Comme bien des contes, La petite fille aux allumettes a donné lieu a un grand nombre d'adaptations en albums, BD et dessins animés.

 

        9782081627710FS            Des ronds dans l'O             Editions Lito

        Illustré par Mayalen Goust           Illustré par Fabrice Backes           Illustré par Charlotte Roederer
          Ed. Flammarion (2005)                Ed. Des ronds dans l'O (2011)     Ed. Lito (1999)

Lu sur mon Kindle

Pour ceux qui veulent avoir accès au texte dans son intégralité, il est disponible gratuitement en PDF ici.

Voici ma deuxième lecture sur mon Kindle, ma seconde participation au Club des lecteurs numériques, ma première au Challenge Gilmore Girls de Karine:) et ma dixième au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

                    Lecteurs numériques   Logo-challenge-gilmore-girls-Karine

Une chronique de soukee rangée dans Contes - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

26 avril 2011

La Belle et la Bête, Jeanne Marie Leprince de Beaumont

9782740402290FSNous connaissons tous plus ou moins l'histoire de La Belle et la Bête... Si l'origine de ce conte remonte vraisemblablement à Apulée, il n'a connu le succès que nous lui connaissons qu'à la parution, au 18e, de la version de Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Malheureusement, l'adaptation édulcorée de Walt Disney semble avoir davantage marqué les esprits que le conte originel...
Rendons donc hommage à cette auteure, née il y a 300 ans jour pour jour, le 26 avril 1711. 

Cette lecture est en réalité une relecture pour moi. J'avais en effet étudié ce conte durant mes années de fac, mais je ne me souvenais plus de certains aspects.
D'une lecture très rapide (12 pages A4, que je vous conseille de télécharger ici  par exemple) La Belle et la Bête n'en est pas moins édifiant. L'auteure prône les valeurs de vertu et de bonté que l'on retrouve dans bien des contes de cette même époque. L'héroïne est une jeune fille au goût simple, pleine d'esprit, qui aime les arts (musique, littérature, etc.) et semble représenter une sorte de modèle de conduite de l'époque, s'opposant ainsi à ses soeurs vénales et dénuées d'esprit.
La Belle et la Bête est un conte que j'apprécie beaucoup. Son double discours, très courant dans les contes, en fait une lecture appréciée autant par les adultes que par les enfants.

dulacbeautyapCe conte a été illustré, entre autres, par Edmund Dulac, illustrateur français naturalisé anglais (Edmund était né Edmond, c'est plus franchouillard...), qui fait partie des illustrateurs majeurs de l'âge d'or de l'illustration au Royaume-Uni, comme Arthur Rackham.
J'apprécie tout particulièrement le travail d'Edmund Dulac depuis que je l'ai découvert à la Médiathèque de Toulouse, lors de la rétrospective qui lui a été consacré fin 2008. Je vous en reparlerai très prochainement...

 Enfin,  ce conte a fait l'objet de nombreuses
adaptations adaptations cinématographiques
plus ou moins réussies,
mais celle de Jean Cocteau, réalisée en 1945, reste la plus célèbre,
avec Josette Day et Jean Marais dans les rôles titres.

Et voici ma première participation au Challenge de Will,
La littérature fait son cinéma et la neuvième au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

 

Une chronique de soukee rangée dans Contes - Vos commentaires [7] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

07 décembre 2010

Contes carnivores, Bernard Quiriny

okJe ne connaissais Bernard Quiriny que de nom (venant d'acheter pour le lycée Les assoiffées). J'ai donc été très curieuse de découvrir ce recueil de quatorze nouvelles.

Pour une fois, et c'est rare, je substitue à mon résumé celui de l'éditeur :
"Un botaniste amoureux de sa plante carnivore. Un curé qui se dédouble dans différents corps. Une femme-orange qui se laisse boire par ses amants. Une société d'esthètes fascinés par les marées noires. Des Indiens d'Amazonie qu'aucun linguiste ne comprend... Entre Marcel Aymé et Jorge Luis Borges, ces quatorze nouvelles où le drolatique se mêle à l'onirique provoquent une joie... dévorante."

Si j'ai été enthousiasmée par les premières nouvelles du recueil - notamment Sanguine, L'épiscopat d'Argentine, Qui habet aures et Quelques écrivains, tous morts - je dois avouer que mon intérêt s'est émoussé au fil des pages, sans que j'en saisisse  avec exactitude la raison. Peut-être que, portée par l'imagination des deux premières nouvelles, j'ai idéalisé la puissance imaginaire de la suite du recueil et j'ai été déçue de certaines nouvelles, ne leur trouvant ni l'audace ni l'inventivité des premières. Moins convaincue aussi, peut-être, par leur intrigue...
La référence à Marcel Aymé est largement visible dans la nouvelle intitulée Qui habet aures, qui m'a furieusement rappelé Le Passe Muraille, par certains aspects, mais celle à Borgesne m'a pas sauté aux yeux, ne connaissant finalement l'œuvre de ce dernier qu'avec son recueil Fictions.
Quoiqu'il en soit, j'ai néanmoins passé un très bon moment de lecture, inégal, il est vrai, mais précieux car il m'a permis de découvrir un auteur à la plume riche et à l'imagination débordante. Je ne m'arrêterai pas là dans la lecture de ses œuvres... Peler une femme comme une orange et boire son jus avant qu'elle meure... Quelle audace !

Merci beaucoup 53811911_p et Capture pour ce recueil reçu dans le cadre d'un partenariat !  

Une chronique de soukee rangée dans Contes - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

03 mars 2010

Conte de fées à l'usage des moyennes personnes, Boris Vian

9782253146964_GOffert par Tinusia lors du fameux SwapÔContes dont je vous parle sans cesse depuis quelques jours, je me suis jetée sur ce Conte de fées à l'usage des moyennes personnes écrit par Boris Vian dans sa jeunesse et illustré par lui et l'un de ses amis.

L'histoire débute comme un conte de fées des plus classiques : "Il était une fois un prince beau comme le jour. Il vivait entre son chien et son cheval, à l'orée d'un bois, dans un château aux murs gris et au toit mauve." Mais Vian apporte à ce récit loufoque jeux de mots et références multiples, détournant parfois des scènes types de contes de fées et présente ici un texte très original...

D'une lecture très agréable, notamment grâce aux illustrations souvent cocasses, ce conte pour les "moyennes personnes" est une œuvre très drôle. Les calembours s'enchaînent, nécessitant parfois un temps de réflexion pour les comprendre, et la loufoquerie des situations suscite le rire.
Difficile d'en dire plus sur un texte aussi court sans le paraphraser. Je laisse donc aux curieux le soin de le découvrir si l'envie les prend.
L'auteur lui-même, visiblement insatisfait de la première version de ce conte écrit pour sa femme convalescente, eut le projet de le réécrire en condensant certains passages.  Ce projet inabouti, ainsi que le premier jet, sont présentés dans ce court livre.
Un grand merci à Tinusia pour m'avoir fait découvrir cette œuvre de Vian que je ne connaissais pas !

Deuxième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Contes - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,