Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

20 février 2013

Jinbe Evolution T.1, Hiroshi Fukuda

Jinbe Evolution TJinbe Evolution est une série de mangas, actuellement en trois tomes, publiée chez Delcourt. Le premier tome est paru en octobre 2012 et j'ai eu la chance de le recevoir dans le colis offert par les blogueuses de The Shop around the corner. Un grand merci à vous deux et à votre librairie partenaire !

Japon, époque Kyôhô. Jinbe s'entraîne dur pour devenir samouraï. Un matin, un émissaire venu spécialement d'Edo se présente au village pour recruter maître Tsukishima, le père de Jinbe. Mais celui-ci refuse, arguant une vieille blessure à la jambe. C'est Jinbe qui partira à sa place ! Le jeune garçon est loin de se douter qu'il va  intégrer une agence destinée à exterminer des insectes géants qui pullulent à Edo.

Cela faisait quelques temps que je n'avais pas lu de mangas (mis à part Taniguchi) et c'est avec une certaine curiosité que j'ai découvert celui-ci. Si l'intrigue ne m'attirait pas de prime abord, j'ai pris néanmoins un certain plaisir à suivre les aventures du jeune Jinbe.
L'intrigue se met très rapidement en place et Jinbe est recruté rapidement pour intégrer l'agence Shinnakamashi. L'action est au rendez-vous avec les combats contre les insectes géants et ce premier tome joue pleinement son rôle de présentation de la série. Les personnages possèdent une psychologie inégale qui oscille entre la caricature et la légèreté, mais là n'est pas le but de l'auteur je pense. 
Graphiquement, les plans sont très dynamiques et les scènes de combat très bien rendues.  
Un premier tome qui saura ravir les amateurs d'actions en tous genres. Pour ma part, si j'ai apprécié ouvrir de nouveau un manga, je vais en rester là dans ma découverte de la série.

  Voici ma 50e participation
à la BD du mercredi de
Mango
  

    Et ma 41e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 14/20)

 Top BD

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


13 février 2013

Château de sable, Frederik Peeters et Pierre Oscar Lévy

Château de sable, Frederik Peeters et Pierre Oscar LévyChâteau de sable est un album paru en septembre 2010 chez Atrabile. Je l'ai découvert car, primé par les Lycéens de la Région Ile-de-France à l'occasion d'un prix littéraire régional, il a été offert au CDI de mon lycée.

Une magnifique et chaude journée d'été. Deux familles décident d'en profiter à la plage. Mais ce qui s'annonce comme une belle journée vire au cauchemar : bloqués sur la plage par une force mystérieuse, les personnages se voient vieillir en accéléré ! Chaque demi-heure passée correspond à une année de leur vie. Tentant l'impossible pour s'échapper, ils assistent impuissants à leur déchéance progressive.

Attirée par les magnifiques dessins en noir et blanc de Frederik Peeters, je me suis plongée dans ce album, intriguée par son intrigue. Un vieillissement accéléré inéluctable ? Voilà une idée intéressante. 
Il est indéniable que Frederik Peeters nous offre là un album au graphisme poignant, dans lequel les silences sont aussi importants que les paroles. La gradation du rythme du récit va de paire avec le découpage des cases et l'organisation de chaque double page. La tension monte progressivement, transformant la plage idyllique en angoissant huis-clos.Planche 1 Chateau de sable
Si j'ai un temps cru qu'une explication bien précise viendrait étayer l'idée de ce vieillissement, j'ai progressivement compris que l'intérêt de cet album résidait dans ses mystères multiples. On regarde au fil des pages les personnages tenter de sortir de cette situation qui les englue. Une belle réflexion sur la question du temps qui passe.
Une BD qui vous happe et vous entraîne dans son sillage de questions...

D'autres avis sur cet album : Canel, Choco, Mo', Yvan...

 Voici ma 49e participation
à la BD du mercredi de
Mango
  

   Et ma 40e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 17/20)

Top BD

 

Une interview des deux auteurs, pour prolonger cette lecture.

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

16 janvier 2013

Thermae Romae T.1, Mari Yamazaki

Thermae Romae TThermae Romae est une série de manga imaginée par Mari Yamakazi comptant actuellement 5 tomes. Petit focus aujourd'hui sur le premier tome de la série, paru en mars 2012 chez Casterman dans la collection Sakka.

Rome, an 128. Lucius Modestus est un architecte un peu démodé qui peine à vivre de ses constructions de bains. Alors qu'un énième employeur décide de se passer de ses services, il se rend aux thermes avec un ami. Mais une fois dans le bassin, il est aspiré par la bonde et manque de se noyer. Quelle n'est pas sa surprise de se réveiller dans un bain au milieu d'inconnus. Lucius ne le sait pas, mais il a atterri miraculeusement dans le Japon d'aujourd'hui, où le bain est un art de vivre. De quoi s'inspirer pour moderniser sa pratique...

Jérôme a loué il y a quelques temps ce manga dans un de ses billets (que vous trouverez ici). Connaissant mon attrait pour la Rome Antique, je ne pouvais que succomber à l'appel de ce projet un peu barré de mélanger cette époque et le Japon d'aujoud'hui.
Le résultat est à la fois étonnant et amusant. Chaque fois que l'architecte Lucius va aux thermes, il se fait aspirer par une bonde et se retrouve dans le Japon du XXIe siècle. L'occasion pour lui de regarder ce que les japonais ont inventé pour le ramener dans son époque ; l'occasion pour l'auteure d'établir un joli parallèle entre les deux peuples et leur attrait pour l'art du bain. Le personnage ne comprend pas, au fil de ses incursions dans notre monde, que l'époque a changé et qu'il appartient au passé et il est amusant de voir son arrogance tout à fait romaine envers les japonais qu'il rencontre.Planche 1
L
e trait de Mari Yamazaki est réaliste, précis et allie les deux époques avec brio. Le chapitrage permet à l'auteure d'insérer dans son intrigue des précisions quant à la Rome Antique, à l'art du bain au Japon, mais aussi quant à sa propre expérience des bains, etc. Ces passages documentaires se glissent naturellement entre deux chapitres et n'altèrent en rien la continuité dans la lecture.
Un premier tome réjouissant, donc, qui me donne envie de connaître la suite malgré un bémol : j'espère que l'auteure variera son schéma narratif. Voir Lucius aller une énième fois aux thermes, se faire aspirer, émerger au Japon, piquer une idée et revenir pourrait être lassant, à la longue. Mais comme la série est prévue en 6 tomes, je pense que cet écueil pourra être évité.

Logo_2Voici une nouvelle lecture pour mon Défi Au coeur de la Rome Antique.

 Et ma 48e participation
à la BD du mercredi de Mango
  

  Et ma 39e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 17/20)

 Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 janvier 2013

Les Carnets de Cerise T.1 Le zoo pétrifié, Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Les Carnets de Cerise TLes Carnets de Cerise est une série de BD imaginée par Joris Chamblain et illustrée par Aurélie Neyret, publiée dans la collection Métamorphose de chez Soleil. Le premier tome, Le zoo pétrifié, est paru en septembre 2012.

Cerise a dix ans et demi. Son rêve ? Devenir romancière. Pour le mener à bien et améliorer son écriture, elle entreprend la rédaction d'un journal intime dans lequel elle relate son quotidien. Et son quotidien est justement ébranlé par un mystère : qui est ce vieux monsieur qui se promène en forêt avec des pots de peinture ? Où va-t-il et pourquoi revient-il toujours recouvert de taches de peinture ? Aidée de Line et Erica, ses deux meilleures copines, Cerise décide de mener l'enquête.

Quelle petite merveille cet album ! Joris Chamblain nous offre ici un récit tout en poésie et en finesse, porté par un émouvant élan de solidarité intergénérationnel. Entre passé et présent, souvenirs et réalité, Cerise et ses amies vont découvrir le secret de celui qu'elles surnomment Monsieur Mystère.
Les dessins d'Aurélie Neyret sont un régal pour les yeux, et leur douceur un brin nostalgique et désuète les rend vraiment attachants. Les teintes pastel et le trait tout en rondeurs offrent à cette intrigue un aspect hors du temps vraiment intéressant. L'organisation des doubles pages donne un rythme certain aux aventures de la petite Cerise et chaque planche est un plaisir visuel.
L'album s'ouvre sur le carnet de l'héroïne éponyme qu'Aurélie Neyret a imaginé (petits carreaux, gribouillages et écriture enfantine, etc.) avant de muter en une BD classique. Une fois le secret de Monsieur Mystère révélé, c'est un tourbillon de couleurs et d'illustrations encore plus foisonnant à chaque page.
Je ressors enchantée de cette incursion dans les carnets de la petite Cerise ! J'attends avec impatience la suite des aventures de cette romancière en herbe et je ne peux que vous conseiller la découverte de ce très bel album.

Les avis de Entre les pages, FaelysLire pour le PlaisirLivr0ns-n0us, OliV et Pauline.

Je tiens à remercier chaleureusement les Editions pour cette très belle lecture.

 Planche 1 Les Carnets de Cerise Planche 2 Les Carnets de Cerise

 

Planche 3 Les Carnets de Cerise

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

17 octobre 2012

Scotland Yard T.1 Au coeur des ténèbres, Dobbs et Perger

Scotland Yard

Scotland Yard est une série prévue en deux tomes éditée chez Soleil. Dobbs en signe le scénario et Stéphane Perger les dessins. Ce premier tome, Au coeur des ténèbres, est paru en juillet 2012 dans la collection 1800.

Londres, 1889. A Scotland Yard, le talentueux inspecteur Gregson voit sa carrière entravée par son supérieur, Lestrade, qui a fait de lui son souffre-douleur.
Et lorsqu'un transfert de prisonniers débouche sur une tuerie et une évasion, Gregson est sanctionné et obligé de travailler dans les sous-sols de Scotland Yard. Bien décidé à lever le voile qui opacifie cette histoire et retrouver les criminels évadés qui terrorisent Londres par leurs meurtres, l'inspecteur va chercher dans la ville des alliés peu communs et s'associer avec la pègre.

Cet album avait tout pour me plaire. Un scénario sombre, qui évoque à la fois le Londres victorien, une enquête criminelle gérée par Scotland Yard, des références à Sherlock Holmes (avec les personnages de Lestrade, Moriarty, Wiggins), à Jack l'Eventreur, à Dracula, etc. Mais aussi des dessins soignés : de superbes aquarelles qui dépeignent à merveille la noirceur londonienne et ces meurtres sordides. Chaque double page jouit d'une organisation qui lui est propre et offre à la lecture un dynamisme inquiétant et réjouissant à la fois.
Et pourtant, la magie n'a pas opéré. J'ai lu cet album sans lui trouver de réel intérêt. L'intrigue est certes soignée mais ne m'a pas captivée. J'ai apprécié l'esthétisme et le travail de Stéphane Perger mais cela n'a pas suffi. Un rendez-vous raté avec une BD qui avait pourtant tout pour me plaire. Je l'ai lue pendant le RAT de dimanche. Peut-être n'était-ce pas le bon moment ?  Planche 1 

Je remercie néanmoins Claire Ughes et les éditions Soleil pour cette découverte.

 Voici ma 47e participation
à la BD du mercredi de Mango
  

  Et ma 38e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20)

 Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


03 octobre 2012

La douleur fantôme T.1 Plus rien qu'un souvenir, Alexis Robin et Byun Hye Jun

La douleur fantômeLa douleur Fantôme est une série en 2 tomes parue chez Paquet. Le français Alexis Robin en signe le scénario et le coréen Byun Hye Jun les illustrations. Le premier volet de cette histoire, Plus rien qu'un souvenir, est paru en mars 2008.

Vanessa, dix-sept ans, est une jeune fille à qui tout sourit. Amoureuse de Mickaël, elle accepte de prendre avec lui un raccourci par des voies ferrées. Un train arrive. Mickaël s'en sort indemne. Vanessa perd une partie de son bras droit. Une lente reconstruction s'amorce pour la jeune fille.  Mais celle-ci se rend vite compte qu'elle sent toujours son bras disparu. Et que ce dernier semble prendre une effrayante indépendance par rapport à elle...

Étrange que cette histoire de douleur fantôme. Alexis Robin nous entraîne dans une intrigue pour le moins bien ficelée et effrayante à la fois. D'un accident dramatique pour une adolescente à qui la vie souriait, il amorce un virage fantastique pour le moins étonnant et intriguant. L'indépendance du membre disparu offre à l'intrigue quelque chose de piquant, de curieux, tandis que la question du handicap est posée. Alexis Robin n'élude pas cette partie et s'attarde sur la reconstruction de son héroïne et les réactions de son entourage. C'est fin, très fin ! 
L'intrigue est complétée par les dessins de Byun Hye Jun, qui offrent une coloration de manhwa* à cette BD (* BD coréenne). Planche La douleur fantômeUn style dynamique, qui n'est pas sans rappeler celui des mangas. Des personnages grands et élancés, aux immenses yeux bleus et aux jambes interminables, des planches très fluides et dynamiques.
Un album que j'ai trouvé par hasard dans le fonds du CDI de mon lycée. Une belle découverte ! 

Et voici ma 46e participation
à la BD du mercredi de
Mango

  

  Et ma 37e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 14/20)

  Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

26 septembre 2012

La dernière image, Gani Jakupi + entretien avec l'auteur

La dernière imageLa dernière image est un album du touche-à-tout Gani Jakupi paru en mai 2012 aux éditions Soleil, dans la collection Noctambule.

Engagé par un journal espagnol pour revenir au Kosovo, son pays d'origine, Gani Jakupi est confronté à l'horreur de la guerre qui oppose les Serbes aux Albanais. Accompagné d'un photographe, il traverse alors le pays détruit par les conflits et va à la rencontre des journalistes de guerre. Douze ans plus tard, il nous livre, en BD, son expérience.

Gani Jakupi donne à voir, dans cet album, un Kosovo meurtri par la guerre civile. Pas de fiction, ici, mais une BD documentaire, qui se lit comme un reportage. La violence est là, dans les traits des personnages, dans les dessins de bâtiments en ruines. Gani Jakupi nous offre des planches bouleversantes, et  poignantes de réalisme qui n'ont rien à envier à des photos. Mais pas de sensationnalisme ici, l'auteur conserve une certaine pudeur dans son texte etDerniereImage-p171 ses images. Et bien qu'il raconte une partie de son histoire et de celle de sa famille, il évite de sombrer dans le pathos et conserve une distance sur ce voyage et ce qu'il a pu voir.       
La dernière image est un album qui chamboule. Sa lecture offre un autre éclairage sur le conflit du Kosovo, en se penchant sur la question de l'information et la manière dont elle est transmise. Gani Jakupi nous entraîne dans une réflexion sur le métier de reporter et sur les dérives liées au sensationnalisme. Une lecture dont on ne ressort pas indemne.

Un grand merci à Clotilde Vu ainsi qu'à Claire Ughes de chez Soleil pour cette très belle découverte.

Et voici ma 45e participation à la BD du mercredi de Mango  et ma 36e au Top BD des blogueurs de Yaneck (note 17/20)

                             Top BD

        Gani

 Suite à ma lecture, Gani Jakupi a accepté gentiment de répondre à mes questions.

1/ L'idée d'une BD documentaire sur un reportage au Kosovo est particulièrement intéressante. Comment avez-vous choisi les moments que vous alliez relater dans cet album ? Et ceux que vous alliez dessiner ?

L’expérience a été si dense que le travail de sélection portait surtout sur ce qu’il y avait à omettre. Le premier critère a été la relation de ce que je racontais avec le journalisme, avec les médias. Ensuite, il fallait construire une ligne narrative, une carcasse qui donnerait une forme cohérente à ce qui, autrement, n’aurait été qu’un recueil d’anecdotes. Et, the last but not the least, ou plutôt – le plus important, c’était l’évaluation de chaque épisode ; ce qu’il était susceptible d’apporter, de générer comme réflexion, ou vers quelle conclusion pouvait-il mener. Une inconnue imprévisible devant laquelle on n’a pas de garde-fou, c’est la subjectivité du lecteur. Il aura souvent tendance à interpréter ce qu’il lit selon ses propres convictions. Tout ce qu’on peut, c’est faire le maximum pour maintenir la clarté des propos.

2/ Votre réflexion sur le métier de reporter de guerre vous amène à vous interroger sur la question des faits et de leur interprétation, consciente ou non. Vous posez, dans votre album, la question de l'ambiguïté de l'information. Comment avez-vous dépassé ce sentiment lorsque vous vous êtes lancé dans le projet de La dernière image, projet inévitablement personnel et qui donne à voir votre regard sur une situation donnée ?

Tout documentaire intéressant et passionnant l’est parce qu’il implique la subjectivité de son réalisateur. Autrement, ça se réduit à une simple information. Cela n’exempte pas ; il serait facile de dire « l’objectivité stricto sensu n’existant pas, j’ai carte blanche pour faire dire au matériel présenté ce que je souhaite ». Bien au contraire, cette prise de conscience génère une responsabilité. Il faut assumer la subjectivité et se mettre soi-même en balance, en quelque sorte être son propre superviseur et censeur. Un bon journaliste est responsable non seulement de ce qu’il rapporte, mais aussi de ce qu’il omet, ou de ce qu’il laisse entendre.

3/N'avez-vous pas éprouvé une tentation de fictionnaliser ce que vous avez vécu, lorsque vous avez décidé de le transmettre par le biais d'une BD ?

Surtout pas !!! J’ai perdu une dizaine de membres de ma famille dans cette guerre. Même sous la forme de documentaire, il faut un énorme travail sur soi-même pour ne pas laisser l’émotion voiler le témoignage. C’est pourquoi j’ai si tenacement tenu à l’angle d’approche principal de cet ouvrage : parler des médias m’aidait à prendre une distance avec les événements, me placer en observateur. Observateur des autres, mais, intégrité oblige, aussi de moi-même.  
Dans une œuvre de fiction j’aurais inévitablement mis l’émotion en avant. D’ailleurs, j’ai horreur des œuvres de fiction qui prétendent ménager la chèvre et le chou. Si un documentaire qui manque d’objectivité est malhonnête, une fiction « décaféinée » est une œuvre ratée. Je ne veux pas donner de noms, mais il y a eu des cas qui exemplifient mon affirmation, en relation avec la guerre de Bosnie, l’évènement le plus tragique en Europe depuis la Deuxième Guerre Mondiale. Le succès a été au rendez-vous, car le public préfère qu’on lui raconte l’histoire en marche de manière la moins dérangeante possible. J’exprime mon respect envers le lecteur par le sérieux de mon travail, pas en lui offrant ce qui lui sera plus commode à consommer.   
La BD fut un choix naturel, c’est ma profession première. Mais aussi parce que c’est un promontoire idéal pour traiter de l’information : après tout, on se sert du discours écrit et de l’image. Vous aurez remarqué que je n’utilise pas de bulles dans ce livre, pour rester le plus possible du langage journalistique.

4/Vos dessins offrent une dimension particulière à votre histoire, et plus particulièrement les couleurs que vous utilisez. Ce choix de couleurs s'est-il imposé d'emblée pour vous ? Correspondait-il aux tonalités que vous avez perçues lorsque vous étiez sur le terrain ou est-ce le fruit d'une réflexion de votre part pour rendre compte de ce que vous avez vu ?

Le Kosovo du début de l’été 1999 était ensoleillé et verdoyant ; les pluies de ce printemps-là avait été abondantes. Le choix des couleurs répond à un objectif purement narratif. Il correspond à la fin de votre question : c’était évidemment une manière de rendre compte de la vision personnelle des évènements. Un traitement « expressionniste », en quelque sorte.

5/Enfin, travaillez-vous sur un nouveau projet dont vous pourriez nous dire quelques mots ?

Comme auteur complet, je suis en plein sur une contre-histoire de la révolution cubaine, un double volume pour la collection Aire Libre. Il est bien possible que cet ouvrage fasse des mécontents, car il apporte des détails jusqu’à l’heure ignorés et qui ne seront pas du goût de tout le monde. Il y aura aussi un livre de mémoires de l’après-guerre kosovare, cette fois-ci hors du contexte journalistique, mais il sera dessiné par Jorge González, l’auteur de Chère Patagonie (qui vient juste de sortir). Vous constaterai que là, j’ai renoncé au dessin ; j’avais besoin d’être accompagné ! Le premier tome d’un triptyque qui explore la ferveur religieuse et les conflits raciaux au Brésil de la fin du XIX siècle, en collaboration avec Marc N’Guessan au dessin, pour Dargaud, devrait paraître en printemps 2013. D’autres projets sont en gestation, mais je crois qu’il serait tôt pour en parler. Studio

Gani Jakupi à sa table de travail 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

27 juin 2012

Zombillenium T.1 Gretchen, Arthur de Pins

Zombillenium TZombillenium est une série de BD d'Arthur de Pins comptant actuellement 2 tomes. Le premier, sorti en août 2010, s'intitule Gretchen. Et à force de l'avoir vu sur la blogosphère, je voulais savoir ce qu'il en était.

Zombillenium est un parc d'attractions où la peur est le maître mot. Chaque employé est une créature effrayante. Et Aurélien, trompé par sa femme et complètement désabusé, va vite s'en rendre compte. Tué accidentellement sur le bord de la route, il est embauché par Francis von Bloodt, le vampire qui gère le parc.

Au vu du nombre d'éloges sur la blogosphère, je m'attendais, en ouvrant cet album, à quelque chose de décoiffant, de grinçant, etc. Si j'ai aimé l'humour parsemé au fil des pages et qui offre à l'intrigue une dimension noire vraiment appréciable, j'ai trouvé cette dernière un peu légère. L'idée de départ est pourtant bonne - un parc d'attraction qui dupe ses visiteurs avec des créatures réelles que tout le monde croit déguisées - mais elle s'essouffle très vite.
Les dessins, quant à eux, ont un côté très froid. Pas de fioriture ni de rondeurs mais des planches sans relief, au trait qui semble plaqué. Les couleurs, travaillées à l'ordinateur, accentuent ce côté plastique. Je n'ai pas vraiment accroché, ayant  l'impression de lire un dessin animé en BD ! 

Planche 1Bref, un album que je suis contente d'avoir découvert mais une série que je ne poursuivrai pas. 

Ils ont lu ce 1er tome aussi : Manu, Acro, Yaneck, Theoma ...

 Et voici ma 44e participation
à la BD du mercredi de
Mango

  

  Et ma 35e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 14/20)

  Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

13 juin 2012

Mortelle Adèle T.1 et 2, Tan et Miss Prickly

Mortelle Adèle est une série de BD pour enfants de petit format (12x15 cm) dont les deux premiers tomes, Tout ça finira mal et L'enfer, c'est les autres, sont parus en février 2012 chez Tourbillon. Ses créateurs ? Deux jeunes français, Antoine Dole, alias Tan, au scénario, et Isabelle Mandrou, alias Miss Prickly, pour les illustrations. Le troisième tome des aventures d'Adèle sortira le 28 juin en librairie.

                                                      Mortelle Adèle T  Mortelle Adèle T

Adèle est tout sauf un ange : elle déteste tout le monde, adore martyriser son amoureux, traumatiser ses parents avec ses expériences scientifiques et railler ses petits camarades. Précoce, la petite fille n'hésite pas une seconde à faire chanter le Père Noël, essayer d'envoyer son chat sur la lune ou encore tenter de se faire payer par sa maîtresse pour chaque devoir rendu...

Vous l'aurez compris, Adèle est une gamine qu'on préfère découvrir en album qu'avoir à ses côtés ! Son intelligence lui permet dePlanche 1 Mortelle Adèle regarder le monde à travers le prisme de l'enfance teinté de réflexions d'une maturité déconcertante. Pas d'intrigue suivie, dans ces deux albums, mais une série de gags et des tranches de vie humoristiques d'Adèle et de ses proches.
L'humour est noir et grinçant, et j'ai souvent ri aux péripéties de cette petite teigne d'Adèle. Les auteurs réussissent à créer des gags en deux ou trois cases. C'est simple, rapide et efficace. 
L'ironie est maniée avec finesse et le jeune Adèle s'en donne à coeur joie. Pas sûr que les plus jeunes en perçoivent toute la subtilité, mais pour un public adulte ou en mesure de la comprendre, c'est parfait !
Au fond, malgré toutes les méchancetés qu'elle fait subir à son chat ou ses proches, la petite Adèle a un côté attendrissant : le lecteur ne peut que remarquer que son anti-conformisme est dû à sa différence. Trop mature pour les enfants de son âge, Adèle les méprise et se joue de sa candeur enfantine pour désarmer les adultes.
Petit bémol, en revanche, pour le dessin. Le trait, trop minimaliste, manque de singularité. Il colle de façon diamétralement opposée à l'héroïne et oppose à son cynisme un univers enfantin, mais il lui manque un petit quelque chose pour sortir du lot et rester en mémoire. C'est dommage, mais l
'essentiel est ailleurs.
Bref, c'est cynique, très cynique. J'adore ! Allergiques à l'humour noir et grinçant, passez votre chemin et ne croisez pas Adèle !
Merci à Inès et aux Editions siteon0_130x51 pour cette découverte.

Jérôme aussi a découvert cette petite peste...

Et voici ma 43e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 

 Et ma 34e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 15/20)

 Top BD

 

Envie d'en savoir plus ? Rendez-vous sur le site consacré à Adèle !

Capture

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

06 juin 2012

La page blanche, Boulet et Pénélope Bagieu

La page blancheLa page blanche est un album collaboratif signé Boulet pour le scénario et Pénélope Bagieu pour les dessins sorti chez Delcourt en janvier 2012.

Une jeune femme est assise sur un banc. Qui est-elle ? Que fait-elle là ? Elle n'en sait rien. Sa vie est un mystère qu'elle doit élucider. Eloïse, c'est son nom, part à la conquête de sa vie. Aidée d'une de ses collègues, mise dans la confidence, elle tente de faire illusion face à ses proches et de mener l'enquête.

J'aime bien ce que fait Pénélope Bagieu. J'aime son humour et son trait minimaliste. J'avais particulièrement aimé Cadavre exquis, que j'avais trouvé bien ficelé.
Je ne connais pas Boulet. Cette collaboration m'intriguait. Et si l'idée de départ m'a séduite, la magie n'a pas opéré. La quête identitaire de l'héroïne est un peu longue et les temps morts se succèdent. J'étais intriguée, au début, des mystères qui opacifiaient sa vie, pour, au fil des pages, m'en désintéresser.
Je ne peux pas vraiment dire ce qui m'a déplu. Une intrigue principale assez maigre, qui tourne vite en rond ? Un dénouement plus profond que l'album ne l'a été dans sa quasi totalité et qui détonne avec l'ensemble ? Le ton faussement léger ? Une héroïne pas très attachante, un brin caricaturale ? Une envie d'autre chose ? Tout, peut-être ? Bref, un album à côté duquel je suis passée...
Elles ont aussi lu cet album : Leiloona, L’Irrègulière, Antigone, Lili Galipette, Iluze, Emeralda, Saxaoul
, Choupynette...

Et voici ma 42e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 

 Et ma 33 au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 12/20)

 Top BD

La page blanche planche 1 La page blanche planche 4

 

La page blanche planche 2

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,