Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




16 novembre 2017

Les Harmoniques, Gérald Tenenbaum

Les Harmoniques, Gérald TenenbaumLes Harmoniques est le dernier roman du mathématicien et écrivain Gérald Tenenbaum paru en février 2017 aux éditions de l'Aube.

Un homme et une femme se retrouvent au débarcadère du vaporetto de Venise. Ils ont rendez-vous. Leurs destins sont croisés dans une histoire plurielle dont il faudra remonter le temps pour en comprendre l'essence.

Roman mélancolique et poétique à souhait, Les Harmoniques est comme une chanson douce un peu triste que l'on écoute avec plaisir. Chassé-croisé de personnages, de sentiments, d'époques et de lieux, il emmène son lecteur au coeur d'une intrigue à tiroirs qui se joue comme une partition. L'amour éclot, pour mieux être entraîné dans un espace-temps tourbillonnant et mélodieux. Les chapitres se succèdent, alternant les années, créant une confusion savamment entretenue, pour mieux dévoiler le dénouement.

Gérald Tenenbaum possède une plume fine, mélodieuse et précise, qui entraîne son lecteur au gré des chapitres, entre la France, l'Italie, l'Argentine, illustrant le concept d'harmonique dépeint en citation liminaire. Une lecture qui transporte dans un monde de mots et de sons. Une belle découverte.

"Entre brume et lagune, la lumière éraillée de fin d'après-midi oscille à l'infini. Une pluie fine brise les formes, le ciel brouillé se ressaisit dans la densité liquide. On est charmé, donc troublé, par la texture de l'air, une épaisseur qui ne protège pas. On plisse les yeux, on réprime un frisson, on inspire prudemment, et, comme une évidence longtemps éludée, on se résout à admettre que le reflet de la clarté est aussi une clarté." (p.9)

"On cherche parce que, au fond de soi, le mystère est un défi à ce que l'on est, on cherche pour parachever l'ordre du monde, on cherche parce que le trou béant de l'incapacité à répondre aux questions que l'on porte en soi est un outrage à l'élégance." (p.70)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,



Vos commentaires

    Une grosse panne de lecture pour moi en ce moment 😞 pas sûre alors que c'est la lecture qu'il me faut

    Posté par l'or rouge, 18 novembre 2017 à 13:54 | | Répondre
    • Oh mince L'Or... Non peut-être qu'un feel good d'hiver te ferait du bien ?? Je t'embrasse fort dans tous les cas.

      Posté par soukee, 23 novembre 2017 à 06:54 | | Répondre
      • C'est ce que j'ai fait 😉😃 je me suis lu un p'tit harlequin de Noël 😄

        Posté par lorouge, 24 novembre 2017 à 13:31 | | Répondre
        • Parfait Madame ! Je viens d'en commencer un aussi !😁

          Posté par soukee, 28 novembre 2017 à 20:57 | | Répondre
          • Oui j'ai vu ça 😊 je l'avais adoré celui là, j'espère qu'il te plaît autant qu'il m'a plu 😉

            Posté par l'or rouge, 28 novembre 2017 à 22:33 | | Répondre
          • Il a l'air très chouette mais pour le moment j'ai tellement peu de temps pour lire que j'ai dû en découvrir 20 pages !!!😁

            Posté par soukee, 29 novembre 2017 à 07:50 | | Répondre
  • oh bon sang, ça donne bigrement envie! Rien que d'être dans le vaporetto!

    Posté par Violette, 20 novembre 2017 à 18:06 | | Répondre
  • ça sent l'histoire d'amour à plein nez cette affaire, non ? Mélancolique et poétique c'est pas franchement ma tasse de thé :p

    Posté par Jerome, 21 novembre 2017 à 14:20 | | Répondre
    • Et non, pas tant que ça ! Mais effectivement, pas sûre que ça soit ta tasse de thé...

      Posté par soukee, 22 novembre 2017 à 19:10 | | Répondre
  • Pas sûr que ça me plaise pourtant le vaporetto et Venise ça me tente bien.

    Posté par Tiphanie, 29 novembre 2017 à 22:15 | | Répondre
    • C'est à toi de voir...

      Posté par soukee, 29 novembre 2017 à 23:44 | | Répondre
Nouveau commentaire