Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

18 juin 2017

Watership Down, Richard Adams

Watership Down Richard AdamsWatership Down est un monument de la littérature anglaise écrit en 1972 par Richard Adams et écoulé à plus de 50 millions d'exemplaires à travers le monde. Sa réédition, en septembre 2016 par Monsieur Toussaint Louverture, a permis de remettre ce roman sur le devant de la scène.

Parce qu'un jour son jeune frère Fyveer lui prédit une grande catastrophe, Hazel décide de fuir sa garenne avec tous ceux qui le souhaitent pour trouver un ailleurs meilleur. Voici donc une bande de lapins séditieux, mus par un instinct de survie, lancés à l'aventure. Les dangers sont nombreux jusqu'à leur terre promise, celle que Fyveer a vue en rêve, mais le courage ne leur manque pas.

Incroyable épopée au rythme intense, Watership Down est un roman marquant à plus d'un titre. Tout d'abord parce que ses personnages sont des lapins, mais pas des lapins humanisés, non. De vrais lapins, qui ont un quotidien de lapins, entre grignotage de trèfles, terriers et prédateurs divers. Des lapins à quatre pattes, qui se battent avec leurs griffes et leurs dents, détestent nager et ne comprennent pas le monde des humains et leurs terrifiants objets. Richard Adams réussit l'exploit de donner à voir l'intériorité de ce monde animal avec un oeil des plus aiguisés.

Marquant également par le vocabulaire singulier que l'auteur imagine pour ses personnages. La langue des lapins est fleurie, à l'image des plantes qu'ils adorent : fu inlè désigne ainsi le lever de la lune, sfar le fait d'être pétrifié de peur,  farfal le repas, etc. L'univers des lapins est riche, tout comme les légendes qu'ils aiment à raconter le soir, lors des veillées, et qui mettent en scène Shraavilshâ, un héros légendaire. J'ai eu l'impression de redécouvrir Le Seigneur des anneaux, par cet aspect linguistique et culturel riche et cette mythologie (Krik, le dieu des lapins, est fréquemment évoqué).

Marquant, enfin, car très vite le lecteur oublie qu'il s'agit finalement de lapins. La portée universelle est là, dans le courage et les valeurs de ce groupe de lapins valeureux qui tentent coûte que coûte de survivre et de construire une nouvelle garenne. Les parallèles sont nombreux - et certains m'ont sans aucun doute échappé - et plus d'une fois, dans les scènes de combats où le courage ne manque pas aux petits lapins, j'ai oublié qu'il s'agissait d'animaux. Epopée remplie d'espoir et de poésie, Watership Down est une de ces lectures qui marque durablement. J'ai adoré trembler aux côtés d'Hazel et ses troupes, frémir à l'apparition de la moindre belette, espérer qu'ils atteignent leur terre promise. Bref, un régal, un délice. Un roman à découvrir d'urgence. Merci de ce chouette conseil S. ! Jérome aussi avait adoré.

Une nouvelle participation au Mois anglais de Lou et Cryssilda !

mois anglais 2014_4.jpg

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,



Vos commentaires

    Ça a l'air super étrange mais je t'avoue que tu m'intrigues avec ton enthousiasme !

    Posté par Chicky Poo, 19 juin 2017 à 09:42 | | Répondre
    • Un petit bijou écoulé à 50 millions d'exemplaires, ça se tente, non ?

      Posté par soukee, 19 juin 2017 à 18:21 | | Répondre
  • J'ai adoré, oui, c'est un roman tellement incroyable, très marquant en effet.

    Posté par Jérome, 19 juin 2017 à 12:03 | | Répondre
  • Moi je l'ai abandonné, je n'ai pas réussi à m'intéresser aux lapins et à leur histoire.....

    Posté par Murielle bocage, 20 juin 2017 à 08:23 | | Répondre
    • C'est vrai ? Alors que de mon côté j'avais l'impression de dévorer une épopée historique majeure et j'oubliais presque qu'il s'agissait de lapins...

      Posté par soukee, 20 juin 2017 à 16:22 | | Répondre
  • Il en faut pour tous les goûts... Peut être n'étais pas dans de bonnes dispositions ou que le monde des lapins ne me convient pas (je suis végétarienne je les aime ces petites bêtes) mais peut être aussi que mon imaginaire n'a pas fonctionné

    Posté par Murielle bocage, 20 juin 2017 à 16:36 | | Répondre
    • Moi aussi je suis végétarienne et j'adore les lapins !^^ Oui il en faut pour tous les goûts et tu n'étais peut-être pas dans de bonnes dispositions mais si jamais tu as envie d'y revenir un jour, sache que c'est un roman émouvant, avec une grande portée universelle. Ce qui est justement très fort c'est que même si Richard Adams a su rendre à la perfection l'univers des lapins, il a su aussi faire oublier leur condition en centrant son intrigue sur la question de la survie, du groupe, de l'entraide, etc. Un mélange de Sa Majesté des mouches et du Seigneur des Anneaux, en version lapins. Un très grand roman, c'est indéniable (et puis avec les scènes de combats, on se croirait dans la bataille du gouffre de Helm dans Tolkien ! )

      Posté par soukee, 20 juin 2017 à 16:46 | | Répondre
  • je viens d'en terminer la lecture ! J'ai beaucoup aimé aussi, c'est si particulier!

    Posté par Violette, 20 juin 2017 à 22:34 | | Répondre
    • Ah super, je file voir ton avis ! Oui, particulier mais tellement bon...

      Posté par soukee, 20 juin 2017 à 22:40 | | Répondre
Nouveau commentaire