Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

09 janvier 2017

Le restaurant de l'amour retrouvé, Ito Ogawa

Le restaurant de l'amour retrouvéLe restaurant de l'amour retrouvé est le premier roman de la japonaise Ito Ogawa paru en 2013 aux éditions Philippe Piquier.

Rinco rentre un jour chez elle et trouve son appartement vide. Son petit ami est parti, emportant toutes leurs affaires. La discrète jeune femme, devenue muette suite à ce traumatisme, retourne vivre chez sa mère - personnage fantasque s'il en est - dans le petit village de son enfance. Là, elle y ouvre un tout petit restaurant, qu'elle gère seule et qui propose un service unique : préparer un repas spécial pour chaque client, un repas réfléchi et pensé selon les envies et les besoins du convive. Par sa patience et son amour de la cuisine, Rinco réussit à rendre les gens heureux. Et c'est en s'occupant des autres qu'elle parvient peu à peu à panser ses blessures.

Cela faisait bien longtemps que je tournais autour de ce roman au titre alléchant et au sujet ô combien tentateur. Et j'ai bien fait de succomber (deux titres du catalogue Piquier en quelques jours, je reviens décidément à mes premières amours !).

Le restaurant de l'amour retrouvé est un petit bijou autour de la notion du partage et du don, au rythme lent et aux phrases poétiques. L'intrigue est centrée sur le personnage de Rinco, la narratrice de l'histoire, et embrasse son tempérament serein et méditatif. La cuisine comme résilience pour Rinco prend une toute autre dimension. Chaque repas est appréhendé telle une offrande et la jeune héroïne prend tout son temps pour servir les mets les plus adaptés à ses hôtes. De la soupe légère pour deux futurs amoureux au repas pour enfant pour un vieil homme sénile en passant par un tour du monde gastronomique, chaque page rend hommage à la cuisine et ses saveurs, suivant le rythme lent des saisons et de leurs produits.

La nature est très présente, comme souvent dans la littérature japonaise, et offre de très beaux moments contemplatifs. Les saisons passent, Rinco adapte ses repas aux productions locales. La vie est simple, rythmée par le restaurant et le cochon de sa mère dont elle doit s'occuper. Et Rinco se répare petit à petit. Un magnifique roman à savourer sans hésiter un instant et qu'on referme à regret.

RSS

Une chronique de soukee rangée dans Littérature japonaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,



Vos commentaires

    Je l'avais commencé sur ma liseuse et laissé tomber... Je trouvais le rythme trop lent mais il faut sans doute que je le reprenne

    Posté par Myrtille lit, 09 janvier 2017 à 21:23 | | Répondre
    • Oh oui reprend-le, il est magnifique ! Le rythme est un peu lent mais c'est si poétique et c'est un réel hommage à la vie, l'amour des bonnes choses et au partage. Je sais que cest un roman qui te plaira. Et je n'ai aucun doute là-dessus.

      Posté par soukee, 09 janvier 2017 à 23:41 | | Répondre
  • Merci pour l'escapade nippone...

    Posté par Moka, 09 janvier 2017 à 21:25 | | Répondre
    • Avec grand plaisir.

      Posté par soukee, 09 janvier 2017 à 23:18 | | Répondre
  • Les billets sont toujours enthousiastes sur ce roman ! Il faut vraiment que je le lise.

    Posté par Estellecalim, 10 janvier 2017 à 09:16 | | Répondre
    • C'est vrai... Mais c'est mérité ! Lis-le, oui, il te plaira sans aucun doute.

      Posté par soukee, 10 janvier 2017 à 18:37 | | Répondre
  • Ton article rend bien compte du plaisir que tu as pris à lire ce livre ; de mon côté, je ne l'ai pas aimé, je l'ai trouvé très mièvre, mais je n'étais peut-être pas en phase au moment où je l'ai lu.

    Posté par Bibliblogueuse, 10 janvier 2017 à 11:53 | | Répondre
    • Merci ! Tout dépend en effet de son tant d'esprit au moment de la lecture mais c'est vrai que je ne l'ai pas trouvé particulièrement mièvre. J'ai beaucoup aimé la relation mère-fille (dont je ne parle pas ici, pour laisser du suspense à ceux qui voudraient le découvrir) et la résilience de l'héroïne. En tout cas, j'ai lu bien plus mièvre ces derniers mois !^^

      Posté par soukee, 11 janvier 2017 à 08:01 | | Répondre
  • Perso je trouve le titre très cucul
    Mais j'aime la littérature japonaise et sur ce point je te rejoints totalement^^

    Posté par Jerome, 10 janvier 2017 à 12:43 | | Répondre
    • Très très cucul, on est d'accord ! Et c'est vraiment dommage car il dessert ce roman magnifique, tout sauf mièvre (enfin, de mon point de vue^^) Avec tout l'aspect contemplatif de la littérature japonaise en plus de l'hommage à la cuisine. Un régal !

      Posté par soukee, 10 janvier 2017 à 19:50 | | Répondre
  • je l'ai acheté en promo et il est prévu que le lise d'ici peu !

    Posté par malicia668, 10 janvier 2017 à 15:13 | | Répondre
    • Bonne lecture alors ! Tu vas te régaler !

      Posté par soukee, 10 janvier 2017 à 21:02 | | Répondre
  • Je ne connais pas du tout, mais le titre me plait bien.

    Posté par philippedester, 11 janvier 2017 à 21:20 | | Répondre
    • C'est un roman tout en douceur et en poésie, le récit d'une résilience par le partage et le don. J'ai vraiment beaucoup aimé.

      Posté par soukee, 12 janvier 2017 à 18:18 | | Répondre
  • J'ai aussi beaucoup aimé, tout comme le film d'ailleurs !

    Posté par Hélène, 12 janvier 2017 à 09:39 | | Répondre
    • Je préfère garder mes images personnelles en tête, du coup je resterai loin du film (du reste, j'ignorais qu'il y en avait un ^^)

      Posté par soukee, 12 janvier 2017 à 18:21 | | Répondre
  • Je tourne aussi depuis un moment, je file l'acheter demain suite à ton billet ! Un peu de douceur et de contemplation (sans parler de cuisine) ne peuvent pas nuire.

    Posté par SvCath, 13 janvier 2017 à 14:22 | | Répondre
    • Je suis bien contente de t'avoir convaincue. Tu vas voir, tu vas te régaler ! Un peu de douceur dans la nature japonaise, sur fond de cuisine saine et locale, ne fait pas de mal.

      Posté par soukee, 14 janvier 2017 à 09:28 | | Répondre
  • Je ne sais pas si je l'aurais mis dans ton challenge "Feel good". L'histoire est quand même dure. Je prends ton lien...

    Posté par Syl., 15 janvier 2017 à 19:36 | | Répondre
    • C'est toute la subjectivité de ce challenge en fait... C'est vrai que l'histoire est dure mais j'ai trouvé qu'elle était tellement porteuse d'espoir que je n'ai pas réfléchi pour la mettre dans mon challenge. Oui bien sûr, prend mon lien. A bientôt !

      Posté par soukee, 15 janvier 2017 à 21:44 | | Répondre
Nouveau commentaire