Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

26 novembre 2016

Le roman du mariage, Jeffrey Eugenides

Le roman du mariage, Jeffrey EugenidesLe roman du mariage est le troisième roman de l'américain Jeffrey Eugenides paru aux éditions de L'Olivier en 2013. Son nom ne vous dit peut-être rien mais Jeffrey Eugenides, lauréat du Pulitzer catégorie fiction en 2003, est également l'auteur de Virgin Suicides, adapté à l'écran par Sofia Coppola en 1999.

Madeleine, Mitchell et Leonard. Trois étudiants américains qui se rencontrent à l'Université de Brown et explorent la sensation grisante de la liberté estudiantine. Entre soirées arrosées et cours de sémiologie, ils découvrent Barthes, et son Fragment d'un discours amoureux. A partir de ce moment-là, leurs vies dérapent. Mitchell tombe fou amoureux de Madeleine, qui n'a d'yeux que pour Leonard. Ce dernier, ténébreux et mystérieux, l'entraîne bien vite dans sa tourmente. Diagnostiqué maniaco-dépressif quelques années plus tôt, Leonard souffre d'instabilité chronique. Madeleine, éperdue d'amour pour lui, tente coûte que coûte de le sauver de ses démons. Mitchell, de son côté, part faire un voyage au long cours afin d'oublier Madeleine.

Jeffrey Eugenie signe ici un roman magistral, et je pèse mes mots. Difficile d'en parler, tant cette lecture est poignante et puissante... Portée par une construction narrative bluffante, l'intrigue suit un cours singulier où passé et présent s'entremêlent pour mieux raconter ces trois personnages. De ce triangle amoureux, personne ne sort indemne. Ni Leonard, brisé par une enfance désastreuse et une maladie qui le ronge ; ni Madeleine, soumise à ses sentiments pour Leonard et qui l'amènent à s'oublier ; ni Mitchell, qui reste dans l'ombre de Madeleine, attendant d'elle un regard, un sourire. 

Jeffrey Eugenides y décortique le sentiment amoureux pour mieux l'analyser et le donner à voir. C'est cru, parfois dérangeant, si souvent vraisemblable, malheureusement. Portrait d'une génération un rien brisée, cette comédie dramatique entraîne son lecteur dans l'intériorité de ses personnages, donnant à voir un spectre d'émotions finement dépeintes. Et le lecteur de s'interroger lui-même, à l'aune des réflexions des personnages, qu'elles soient sentimentales, professionnelles ou encore théologiques.

Bref, Le roman du mariage est une petite pépite dont vous auriez tort de vous priver. C'est grand, c'est addictif, c'est un indéniable coup de coeur ! Merci mon cher Alain pour ce conseil avisé qui n'a pas fini de me surprendre. Je sens que Madeleine, Mitchelle et Leonard n'ont pas fini de me hanter...

"Elle avait le sentiment que la plupart des sémiologues avaient dû être impopulaires dans leur enfance, tyrannisés, mis à l'écart, et qu'ils reportaient sur la littérature leur colère rentrée. Ils voulaient destituer l'auteur. Du livre, cet objet transcendantal, fruit de tant d'efforts, ils voulaient faire un texte, libre de toute attache, indeterminé, ouvert aux interprétations. Ils voulaient donner la vedette au lecteur. Parce qu'eux-mêmes étaient des lecteurs." (p.67)

"Après ton départ ce jour-là, je me suis allongé sur mon lit et je ne me suis plus levé de la semaine. Je suis resté là à ressasser comment j'avais foutu en l'air la meilleure occasion que j'aie jamais eue d'être heureux dans la vie. La meilleure occasion que j'aie jamais eue d'être avec une fille intelligente, belle et équilibrée. Une fille avec qui j'aurais pu former une équipe." (p.180)

"Il y avait des livres qui traversaient le tumulte de la vie pour vous prendre par le col et vous dire des choses essentielles." (p.285)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,



Vos commentaires

    Coucou,
    Suite à ton mail, je me suis dit que ça faisait un moment que je n'avais pas fait un petit tour sur ton blog! Quand je viens, ça donne envie de lire trop de bouquins!!! J'ai raté le concours paillettes, mais du coup j'ai lu quelques beaux commentaires Je vois que tu lis L'Eveil de Mlle Prim. Elo me l'a offert l'an passé, j'ai hâte de lire ton billet dessus! des bisous à très viite

    Posté par marine, 27 novembre 2016 à 11:46 | | Répondre
    • Coucou Marine, je suis contente de te voir par ici ! Et ravie aussi si tu trouves de belles idées de lectures à piocher. J'ai commencé Mlle Prim ce matin... Dur dur de reposer ce roman ! Je pense qu'il sera chroniqué demain ou mardi ! Des bisous, à très bientôt !

      Posté par soukee, 27 novembre 2016 à 12:28 | | Répondre
  • Ben voila, avec un tel coup de cœur, pas besoin de tergiverser ou de penser à le faire lire à quelqu'un dautre

    Posté par Jerome, 27 novembre 2016 à 19:38 | | Répondre
    • Ah, j'étais certaine qu'il était pour toi celui-là. ! (bon si ta femme veut le lire, pas de problème mais vues toutes les inspirations que tu trouves sur mon blog pour elle, ça ne fait pas de mal de garder quelques titres pour toi !^^)

      Posté par soukee, 27 novembre 2016 à 19:57 | | Répondre
  • Un coup de coeur? Moi, je ne connais pas du tout.
    Bonne semaine.

    Posté par philippedester, 27 novembre 2016 à 21:44 | | Répondre
    • Je ne connaissais pas cet auteur avant non plus, mais je comprends l'enchantement général qu'a suscité cette publication, près de dix ans après son deuxième roman. Un réel bijou ! Bonne semaine toi aussi !

      Posté par soukee, 27 novembre 2016 à 22:42 | | Répondre
  • je ne connais pas du tout ! je note allez!

    Posté par Violette, 30 novembre 2016 à 09:54 | | Répondre
    • Très bonne idée !

      Posté par soukee, 30 novembre 2016 à 22:57 | | Répondre
Nouveau commentaire