Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 novembre 2015

Moi après mois... Novembre 2015

Si octobre avait filé, que dire de novembre ?

Le temps de le voir apparaître et déjà il faut lui dire au revoir.

(Sur une idée de Moka)

image

Celle qui est submergée par le travail / Des partiels, des réunions en plus, dur dur de lâcher et faire autre chose / Mais heureusement il y a la vie à côté / Deux ans. Parce que malgré tout, ça fait bien deux ans / Les 90 ans tant attendus et fêtés en avance cet été, sous les fanions / Et puis les six ans du blog, dans la foulée ! / Détox sucre pendant 21 jours, check ! Même que c'est facile en fait / Un repas sous le signe de l'ayurveda et de l'Inde, j'aime,  même si j'étais aphone et que seul un souffle d'air franchissait mes lèvres / Un jour férié qui sert à m'avancer dans mes partiels / Redevenir étudiante, avantages et inconvénients compris / Vendredi 13 novembre, l'horreur, à nouveau / En rester prostrée deux jours durant / Etre scotchée au fil d'info des sites de presse quotidienne pour me préserver des images / En parler, beaucoup, et surtout avec ceux avec qui je travaille, pour aborder ça avec ces jeunes qui auront du mal à en saisir la portée / Reprendre le chemin du boulot, pour continuer à avancer, dans l'éducation, toujours. Parce que ça a du sens. / Celle qui s'achetait une Xbox One pour fuir dans la fiction. Et qui ne trouve malheureusement pas assez de temps pour y jouer et trouver l'évasion recherchée / La sortie du nouveau Flow, une lueur d'espoir et de positif dans cette semaine si sombre / Un weekend sous le signe des partiels et comme une envie d'imploser sous la pression / Mais tenir bon, sans sucre toujours / Ne pas du tout avoir le coeur d'aller voir les vitrines de Noël des grands magasins parisiens / Dormir, beaucoup, parce que c'est l'effet novembre qui s'abat sur moi / Etre à l'aise avec l'idée et faire de longues nuits pour prendre soin de moi / Avoir de l'énergie malgré tout ça / Heureusement un quotidien ponctué de gens chouettes et d'instants volés / Monter les caisses de déco de Noël de la cave et prévoir l'achat d'un sapin pour illuminer mon mois de décembre / Et le petit géant Abel qui pointe son nez avec deux jours de retard. Félicitation ma warriorcollègue ! / Terminer ce mois sombre  par un weekend sous le signe des marchés de Noël et de retrouvailles mensuelles / Détente, grande roue, féérie de glaces, vin chaud, aligot et flammekueches au programme ! / En profiter au maximum et savourer ce weekend. Parce que ça fait longtemps / En profiter encore plus en le terminant avec ma soeurette autour d'un cheesecake et en flânant dans les magasins /  Ne pas toucher à ma machine à coudre du mois, c'est triste / Un mois dur, un mois qui a fait mal à la France. Un mois à la douceur en pointillé. Un mois qui écorche beaucoup mais dans lequel je me sens quand même bien ancrée / Croire en l'avenir. Garder confiance / Et si... / 

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


26 novembre 2015

Deux secondes de trop, Rachel Joyce

Deux secondes de trop, Rachel JoyceDeux secondes de trop est le second roman de l'anglaise Rachel Joyce paru chez XO en 2014. Son premier roman, La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi reçut le prestigieux National Book Award en 2012.

Angleterre, 1972. Pour coïncider avec la rotation de la Terre, il a été décidé que deux secondes seraient rajoutées au temps. Deux minuscules secondes, qui auraient pu passer inaperçues mais qui troublent énormément le jeune Byron. Et lorsque le moment annoncé arrive, Byron et sa mère sont victimes d'un accident de voiture, Byron ayant déconcentré sa mère au volant. Les conséquences de cet accident vont être lourdes pour le jeune garçon et sa mère, et seule le temps parviendra à panser les blessures occasionnées.

J'ai beaucoup entendu parler de cette auteure et de son premier roman, et étant tombée sur celui-ci par hasard avant de partir en vacances cet été, je l'ai glissé sans hésiter dans mes valises, pensant passer un délicieux moment dans les 70's avec une intrigue tournée autour de la question du temps et de ses distorsions. J'adore les voyages dans le temps et toutes les thématiques qui tournent autour de cette question et je pensais les retrouver dans ce roman (j'ai d'ailleurs beaucoup réfléchi au pourquoi du comment de ces deux secondes moi aussi, en même temps que le petit Byron...).
Mais en réalité, Deux secondes de trop est un roman bien plus grave qu'il n'y paraît. L'intrigue tourne autour de cet accident de voiture et de ces conséquences dramatiques sur la famille, alternant passé et présent. Le ton est lourd, grave, et les personnages semblent engoncés dans des situations dramatiques dont le lecteur doute qu'ils puissent sortir. 
J'ai trouvé l'ensemble très pesant et j'ai éprouvé un certain malaise à cette lecture. Malgré un retournement de situation final intéressant (mais qui n'ôte rien au caractère morose de l'intrigue), j'ai eu beaucoup de mal à terminer ce roman, non parce que je m'y suis ennuyée ou que l'auteure écrit mal, mais parce que tout semblait si sombre pour les personnages que je n'avais pas envie de progresser dans ma lecture pour apprendre d'autres événements dramatiques pour eux. Une lecture de vacances qui m'avait tout sauf détendue, vous vous en doutez...

Les avis d'Anne, Alex-mot-à-mots, Keisha, Amartia, etc.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

23 novembre 2015

Le plus bel endroit du monde est ici, Francesc Miralles et Care Santos

Le plus bel endroit du monde est iciLe plus bel endroit du monde est ici est un roman écrit à quatre mains par deux auteurs espagnols, Francesc Miralles et Care Santos, paru en 2010 chez Fleuve.

Iris a la trentaine et une vie qui ne lui convient pas. Célibataire et employée comme standardiste dans une compagnie d'assurance, elle ne trouve du réconfort qu'en compagnie de ses parents. Mais ceux-ci viennent de mourir dans un accident de la route et Iris se retrouve seule.
Envahie de pensées sombres, par un sombre après-midi de janvier, Iris se décide à en finir avec la vie. Alors qu'elle est sur le point de passer à l'acte, elle découvre un café au nom intriguant : Le plus bel endroit du monde est ici. Iris en pousse la porte et découvre un lieu à l'atmosphère singulière et chaleureuse et y rencontre Luca, un jeune italien avec qui elle commence à parler de sa vie. Six jours d'affilés, elle y retrouve le jeune homme. Mais le septième, il a disparu.

Prêtée par une bonne âme il y a quelques temps, j'ai lu ce court roman d'une traite, curieuse de voir ce que j'allais découvrir derrière ces pages. Et si le style des deux auteurs est relativement plat et insipide, force est de reconnaître que l'intrigue possède de beaux retournements de situation et que cette lecture fait du bien.
Iris est dépressive et ne voit plus aucune lumière dans sa vie, engoncée dans ses problèmes. La solution lui arrive par l'intermédiaire de ce lieu un peu étrange, un peu enchanté, qu'est le café. Et c'est grâce à ce café et Luca que la jeune femme va reprendre goût à la vie.
Point de drame donc ici (mais vous vous en doutiez, vus le titre et la couverture, non ?) mais un roman doudou, qui fait du bien, qui délivre un message d'espoir. Alors certes les idées véhiculées sont parfois simples et déjà vues et seront peut-être jugées par certains comme frôlant les rives de la psychologie de comptoir, mais l'ensemble remplit complètement son rôle de
roman feel good. Et c'est l'essentiel ! Il n'y a pas de mal à se faire du bien... Merci Manuella pour le prêt.  

Et hop ! Voici ma deuxième participation au Challenge Feel Good !

Logo Challenge Feel goode

16. Un titre d'un auteur que j'aime et que je n'ai pas lu

image

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2015/09/19/32647387.html#sthash.FYjxvPfw.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Littérature espagnole - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

21 novembre 2015

Liebster Award 2015

J'ai eu besoin d'un temps de silence, cette semaine, après les événements dramatiques qui se sont déroulés à Paris. Un temps de réflexion, de repli, pour affronter l'horreur et pouvoir continuer à y croire, malgré tout. Aujourd'hui, je sors de mon silence, mais cela ne veut pas dire que j'ai le coeur léger. Cela signifie juste que je trouve à nouveau les mots pour continuer à écrire ici, à Bouquinbourg. Et que la lecture reste selon moi une des manières de continuer à réfléchir et comprendre le monde qui nous entoure. Même si cette semaine, il a été bien difficile de me plonger allégrement dans la fiction...

Je reviens néanmoins, et j'ai choisi de le faire avec un billet un peu personnel et que j'ai voulu assez drôle, malgré tout. Fondant m'a fait l'honneur de me décerner il y a quelques jours un Liebster Award et c'est donc avec plaisir que je me plie au petit exercice et vous révèle onze choses sur moi avant de répondre à ses questions. Merci beaucoup d'avoir pensé à moi Fondant, tu sais comme j'aime les tags et le plaisir que j'éprouve à rédiger ces billets !

Liebster award 2015

11 choses inédites sur moi

[humour et grosses révélations inside !]

1) Petite, je voulais être boulangère de l'espace ! Bon ok, c'était avant qu'on me dise que la conquête spatiale ne serait peut-être pas assez avancée pour que je puisse vendre des croissants dans l'espace (ne me demandez pas d'où était  venue cette idée...)

2) Je suis raide dingue du magazine Flow, dont je n'arrête pas de parler autour de moi (du reste, je vais finir par prendre des actions ?!) et auquel je viens de m'abonner. Je note scrupuleusement sur mon téléphone la date de sortie du prochain numéro et suis toute excitée le jour J, envoyant des sms à mes copines pour savoir si elles ont trouvé leur exemplaire ! Le jour où Flow m'a fait l'immense honneur de reposter une de mes photos sur Instagram, j'ai été hyper flattée !

3) Je ne mange plus de boeuf depuis quinze ans, par goût, et tout va très bien, merci. Je suis veggie les 3/4 du temps, mais je m'autorise de temps en temps des protéines animales (notamment les sushis et le canard, n'oubliez pas que je suis toulousaine !).

4) Mon rituel des matins où je travaille ? Un bol de porridge tiède devant Pinterest, histoire de rêver devant des paysages et des idées DIY avant d'aller prendre mon train.

5) Depuis plus d'un an, je m'intéresse beaucoup à l'Ayurvéda, la médecine traditionnelle indienne. Pas si étonnant que ça vu que cela fait longtemps que je m'intéresse à l'Inde et que je pratique le yoga depuis plus de cinq ans maintenant. J'y ai appris beaucoup sur moi grâce à ce que j'ai lu et aux enseignements reçus.

6) Alors ça, je suis certaine que je ne l'ai jamais dit ici (et en même temps, je comprends pourquoi...), ce n'est ni capital ni en rapport avec les livres et ça ne sert à rien dans la vie, mais j'ai une très grande souplesse des pieds, ce qui peut paraître un peu bizarre. Traduction : j'ai un pied de danseuse très prononcé. En gros, je peux mettre mon pied complètement à plat, orteils compris, quand j'ai les jambes tendues. Ce qui fait qu'on me demande tout le temps si je fais de la danse ! Bon et sinon, le corrolaire moins sympa c'est que je me tords tout le temps les chevilles...

7) J'anime un club de lecture depuis cinq ans dans mon lycée avec d'autres collègues. Cette année, on a décidé d'écrire une fan-fiction collaborative et d'amener les élèves dans la librairie-café avec laquelle on travaille pour qu'ils découvrent le métier de libraire. C'est un des gros plaisirs de mon boulot : parler de lecture avec des élèves et des collègues.

8) Lorsque je lis chez moi, j'adore me créer un rituel cocooning apaisant et zen : j'allume mon diffuseur et j'y glisse quelques gouttes de parfum aux notes sucrées (au choix, Veillées et contes d'hiver ou Petit goûter d'automne de Nature&Découvertes), je lance la playlist Zen de Spotify, j'allume ma guirlande La Case de Cousin Paul pour créer une ambiance chaleureuse et je me glisse sous mon plaid en fourrure tout doux. Un pur moment de plaisir pour tous les sens ! (et non, je ne m'endors pas après tout ça !)

9) Il y a cinq mois, j'ai arrêté complètement le café, dans lequel j'avais sombré en commençant à travailler. Je n'aimais pas ça et me sentais dépendante, alors un matin, j'ai dit stop à tout ça. Et je me sens mille fois mieux, avec beaucoup plus d'énergie. Depuis, j'ai repris le thé, avec plaisir et modération, et découvert les infusions, notamment avec Yogi tea (des infusions ayurvédiques !) et Pukka tea.

10) Je viens de m'acheter la Xbox One... Oui, je sais, à trente ans passés ça peut étonner (quoique...), mais si vous me lisez depuis un moment vous connaissez mon amour des jeux vidéo. Cela faisait un moment que je différais cet achat et puis finalement j'ai arrêté de résister à l'appel et je m'en réjouis ! Depuis, je suis plongée dans le dernier Assassin's Creed qui se déroule à Londres, en 1868...

11) Allez, du léger pour la dernière : si je suis archi fan de jeux vidéo et peux y passer des heures sans voir le temps passer, j'ai aussi un côté trèèèèèèès girlie que je ne masque absolument pas. J'adore parler de produits de beauté, de soins pour les cheveux, de vernis à ongles et de mode. J'ai un côté superficiel que j'assume totalement (j'avoue même que je suis abonnée à Glamour depuis le premier numéro !) et qui me permet de relâcher totalement de mon métier, mes responsabilités et mes obligations. Parce que c'est bien d'être la documentaliste qui gère avec les 1ères en TPE, qui forme ses collègues aux ressources numériques, qui assume tout un tas de réunions dans lesquelles elle prend la parole etc., mais c'est bien aussi de regarder mes cheveux et me demander si j'ai trop de fourches et je dois aller chez le coiffeur. Je revendique donc ce côté futile et n'aime rien tant qu'appeler ma soeur* pour savoir si oui ou non, la laque est nécessaire au quotidien. (*c'est bien la seule qui me suit aussi loin dans ce côté-là et avec laquelle je peux débriefer des heures devant mon armoire). 

Les 11 questions de Fondant

1) Préfères-tu les classiques ou la littérature contemporaine ? Je n'ai pas de préférence et alterne les deux, selon mes envies.

2) Combien d'ouvrages se trouvent actuellement sur ta table de chevet ? Alors j'ai beaucoup progressé sur ce point-là : avant, ma table de nuit était digne de la Tour de Babel et je me noyais quasiment sous les livres que j'avais envie de lire. Mais ça, c'était avant. Sobriété exige, maintenant je n'ai qu'un roman sur ma table de chevet, celui que je suis en train de lire. Et pour l'heure, il s'agit de La logique de l'amanite que je viens de commencer pour les Matchs de la Rentrée littéraire de Priceminister

3) Quel auteur (ou auteure) aimerais-tu avoir pour ami(e) et pourquoi ? Carole Martinez, parce que j'aime tellement ses romans et sa plume que je pourrais l'écouter des heures en parler. 

4) Quel prénom d'héroïne de papier aurais-tu aimé porter ? Anna, sans hésiter ! Pour Anna Karénine, bien entendu (mais sans la fin, merci bien !)

5) A quel livre penses-tu pour te rassurer lorsque tout va mal ? Le journal de Bridget Jones ! C'est mon remède anti moral-dans-les-chaussettes par excellence ! Soit je relis le roman, soit (le plus souvent !) je me replonge dans un des films. J'ai beau les connaître par coeur (c'est indécent ma connaissance de Bridget... vraiment...), je ris toujours autant ! 

6) Question oreillers, as-tu un coussin spécial pour lire ? Ah non... Pourquoi, toi oui ?

7) Côté chaussons, es-tu plutôt pantoufle fourrée ou mule en soie ? Jusqu'il y a peu, je n'en avais pas, mais maintenant que j'ai du carrelage, j'ai opté pour des petites bottes en fourrure blanches.

8) Quel film penses-tu avoir vu le plus de fois ? Aïe... Sois Bridget (voir question 5) sois La Cité de la peur. Ok, c'est pas avec cette réponse que je montre l'étendue de mes connaissances ciné, mais je suis honnête ! 

9) Un long-métrage que tu associes à l'automne ? Hum... Je n'y ai jamais réfléchi en ces termes mais je crois que (500) jours ensemble, avec l'arbre qui scande les saisons, est celui auquel je pense spontanément.

10) De quoi se compose ton petit déjeuner du dimanche ? J'ai souvent peu faim le matin et si je me force à manger avant d'aller travailler, souvent, le weekend, je ne me force pas. Donc le petit déj' du dimanche matin est bien souvent zapé, sans regret !

11) Cite un mot qui te plaît tout particulièrement (pour son sens, pour ses sonorités, pour les images que tu y associes etc). Loupiote. J'adore le prononcer : sa première syllabe un peu longue et la seconde si rapide, qu'elle meurt sur les lèvres. A peine le temps de la dire et c'est déjà terminé. C'est un nom peu usité, qui fait un peu enfantin, aux connotations de douceurs, de chaleur, de réconfort et de cocon. J'adore !

A mon tour, je tague...

Allez, zou ! Si le coeur vous en dit, que vous avez envie de répondre à mes questions barrées de façon plus ou moins décalée, et nous révéler onze choses sur vous, L'Or, Enna, Hilde, Karine:), Jerome, Tasse de culture, Tiphanie, Syl., Yoshi, She reads a book et Tante Fi, vous êtes les prochains sur la liste !

Edit du 23 novembre : voici les réponses de Tiphanie et d'Ismérie.

 

Mes 11 questions

1) Le Père Noël te rend visite et parce que tu as été hyper sage, et t'offre la possibilité d'exaucer un voeu. Lequel ?

2) Ouahou... On a trouvé le moyen de voyager dans les livres ! Où voudrais-tu te rendre en premier ?

3) As-tu un rituel de lecture ?

4) Tu es bien installé(e), en train de bouquiner. Une envie soudaine de grignoter... Sucré ou salé ?

5) Une innondation menace ta bibliothèque ! Quel livre sauves-tu en priorité ?

6) On sonne à ta porte. James Bond* en costume trois pièces s'invite à dîner chez toi. Que lui prépares-tu ?

7) Tu as adoré ce livre mais l'adaptation ciné t'a cruellement déçu(e) :

8) On t'offre la possibilité d'exercer le métier de tes rêves. Quel est-il ?

9) Tu aimes lire, ça on le sait déjà ! Mais qu'aimes-tu faire d'autre dans la vie ?

10) Allez, avoue : as-tu succombé à la lecture sur liseuse ou es-tu un(e) réfractaire qui ne jure que par le papier ?

11) As-tu commencé ta liste au Père Noël ? Qu'y-a-t-il dessus ?

(* ok, j'avoue, je viens d'aller voir le dernier Jame Bond. Forcément, ça m'influence !)

*** Merci encore Fondant ! J'adore me prêter au jeu des tags et découvrir les réponses des autres ! ***

Une chronique de soukee rangée dans Tags - Vos commentaires [29] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

09 novembre 2015

Quand Bouquinbourg souffle ses six bougies

Encore une année de plus ! Et oui, aujourd'hui, cela fait six ans que Bouquinbourg a ouvert ses portes. Et à l'origine, je n'imaginais pas le nombre de passionnés de livres que je rencontrerais derrière, les échanges endiablés qui en découleraient, les nouveaux livres qui viendraient peupler ma bibliothèque et l'envie démsurée d'en découvrir davantage qui m'envahirait.

0253729b140ac5230b1b6a400468cbbc 

Chaque année, je  vous ponds un billet culcul et mièvre - qui fait rire grassement certains - mais cette année j'ai décidé de déroger à la règle. Bien sûr qu'il y aura du larmoyant à la fin (sinon ça ne serait pas moi...), mais je voulais aussi revenir sur ces six ans. En préparant ce billet, j'ai regardé derrière moi et observé l'évolution de ce blog au fil de ces années. 
Si mes débuts sur la blogosphère ont été à la fois vibrants et vivants, m'entraînant dans moult challenges et forums, les années passant, j'ai l'impression de m'être recentrée et assagie, gagnant en discrétion, ce que certains interprètent parfois comme de la lassitude. Mais que nenni ! L'envie de vous parler de livres est toujours là, mais elle l'est sans pression, sans stress, sans injonction quelconque, mue uniquement par le plaisir d'échanger avec vous. Parfois j'ai du temps, beaucoup, pour lire et écrire. Parfois moins. Parfois pas du tout. Et si je perds des visiteurs en route, qu'importe ! Il est loin le temps de la chasse aux stats. Plaisir est le maître mot de Bouquinbourg, que j'imagine comme Walter Moers l'a décrite, comme une cité remplie de livres et de lecteurs.   
Il y a quelques temps, j'ai ouvert une porte plus personnelle, dans une des ruelles de Bouquinbourg, avec le rendez-vous Moi après mois. Il témoigne d'une envie que j'ai eue de mettre en lumière les moments importants de ma vie. Souvent énigmatiques, parfois drôles, volontairement pudiques, ces billets sont ceux dont je parle le plus avec mes proches. Comme si Bouquinbourg était une façon simple de mettre des mots sur la vraie vie et de créer des ponts quand la parole manque.   
Et puis plus récemment encore, j'ai ouvert une autre porte, visuelle cette fois-ci, avec mon compte Instagram. Pas de selfie ni de duck face dessus, désolée, je continue à garder mon anonymat, mais des photos de mon quotidien, de mon intérieur, des mes lectures, de mes repas, de toutes ces petites choses qui attirent mon regard et que je veux immortaliser. 

Mes chroniques se sont modifiées elles aussi, et sans affirmer que j'ai trouvé mon style, je peux néanmoins constater qu'elle se sont adaptées à mon évolution personnelle et reflètent davantage mon état d'esprit actuel.  
Le graphisme de Bouquinbourg s'est épuré enfin, tout comme mon appartement et mon esprit, ces dernières années. Et alors qu'il m'était impensable de passer six mois avec la même identité graphique, cela fait maintenant deux ans que Bouquinbourg s'accorde en turquoise et en rose, dans un style sobre (si si, on peut être rose et turquoise et sobre !) et qui correspond davantage à qui je suis aujourd'hui.

Alors (attention, séquence émotion, sortez vos mouchoirs !) en ce 9 novembre, et comme chaque année, je tiens à vous remercier, vous tous qui passez ici, commentez ou pas, êtes abonnés à ma newsletter ou pas, et qui faites vivre, chacun à votre façon, Bouquinbourg. Merci pour vos mots, vos idées, vos encouragements, vos inspirations. Merci de permettre à une passion solitaire de prendre une dimension collective. Merci pour cette grande communauté rassemblée autour du même amour des livres. Merci pour ces belles années que je traverse en votre compagnie. Merci à tous du fond du coeur. 

******

Maintenant, place à une petite séquence  nostalgie avec mes premières bannières 
(je ne les ai pas toutes conservées, il m'en manque trois, si mes souvenis sont bons...)

Définitive Bannière69279193Capture 

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [46] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

07 novembre 2015

L'attente de l'aube, William Boyd

L'attente de l'aube, William BoydL'attente de l'aube est un roman de l'écrivain, scénariste et réalisateur britannique William Boyd paru en 2012 aux éditions du Seuil.

Vienne, 1913. Lysander Rief est un jeune acteur anglais de vingt-sept ans à la vie bien rangée. Fiancé à Blanche, une jeune comédienne, Lysander rencontre un pourtant problème sexuel qui l'amène à consulter un thérapeute viennois. Chez celui-ci, il croise le chemin de Hettie, une jeune femme fantasque dont il tombe éperdument amoureux. Mais Hettie entraîne bien vite Lysander sur une pente des plus dangereuses et le jeune acteur se voit rapidement entraîné dans la guerre qui débute en Europe et pour lequel il devient vite espion. Un traître se cache dans l'armée britannique. A charge de Lysander de découvrir son identité.

J'avais déjà eu ce problème avec L'ombre du vent de Zafon : avoir tellement entendu parler d'un roman que j'en attends beaucoup... Et que je suis déçue lors de ma lecture ! Tout est dit : j'ai entendu tant de bien sur ce roman, que j'étais très enthousiaste à l'idée de le découvrir. Mais la magie n'a pas opéré...
Pourtant, tous les ingrédients étaient réunis pour que j'apprécie ce roman : une intrigue rudement bien ficelée, dans lequel le suspense va crescendo, une narration qui change de focalisation et tient le lecteur en haleine, de l'humour, un contexte historique recherché dans lequel la guerre et la naissance de la psychanalyse servent de toiles de fond, un triangle amoureux et une passion destructrice, une plume des plus maîtrisées qui laisse transparaître le talent de raconteur d'histoires de William Boyd.  En bref, un roman excellent dans lequel, d'autres, ont pu plonger à corps perdu et suivre la piste du traître aux côtés des Lysander. Pour ma part, je me suis ennuyée... Je sais que je vais loin en disant ça mais j'exprime un ressenti réel et je m'interroge aujourd'hui encore sur sa raison. Je pense réellement que trop attendre d'un livre biaise son jugement et ces deux expériences - celle de Zafon et celle-ci - me laissent de marbre face à deux romans qui, s'ils avaient été découverts dans d'autres circonstances, m'auraient séduite au plus au point. Morale de l'histoire ? Essayer de ne pas être trop perméable aux échos que l'on peut avoir sur certains livres. Est-ce réellement possible ou faisable ? Grande question...
En bref, un roman qui possède de grandes qualités, qui a séduit énormément de lecteurs, mais à côté duquel, malheureusement, je suis passée.

Allez jeter un oeil à d'autres chroniques pour ne pas rester sur mon impression toute personnelle et bien mitigée : Adalana, Clara, Jostein, Le Bouquineur, Sandy, etc.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

05 novembre 2015

Bilan de lecture octobre 2015

Je vous annonçais le mois dernier que je souhaitais revenir à un bilan de lecture mensuel (et non pas bimestriel ou trimestriel ?!?) et c'est chose faite. Youpi ! Voilà donc mon mois d'octobre en livres.

Bilan de lecture

Les livres chroniqués

(cliquez sur les couvertures pour lire mes chroniques)

 

 Les livres en attente d'une chronique

 

Bilan

Un chouette mois de lecture où rentrée littéraire et feel good se sont côtoyés. Je poursuis sur cette belle lancée, avide de découvrir encore de nouveaux textes, même si je crains que ma reprise d'études me laisse un peu moins d'énergie et de temps pour lire. Nous verrons bien... Je vous souhaite à tous un excellent mois de novembre en lecture !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

04 novembre 2015

Moi après mois... Octobre 2015

Octobre a filé.

Il est temps de lui dire au revoir et de revenir sur ses moments importants.

(Sur une idée de Moka)

image

Celle qui décide de reprendre ses études. Pour se stimuler encore. Pour ouvrir une autre porte. Pour... On verra ! / Commencer le mois en me blessant au sport et écoper d'une semaine d'arrêt avec interdiction de marcher. Ca me rappelle quelque chose... / Prendre ce temps-là pour organiser ma nouvelle rentrée étudiante et tout préparer /  Et faire une overdose de Hart of Dixie, ma série doudou du moment / Celles qui débarquent pour prendre soin de moi et me regarder boitiller / Une mousse au chocolat avec coulis de caramel home made et qui plaît. Victoire ! / Mais un limoncello qui monte vite / Un rendez-vous médical avec le sosie du Père Noël. C'est la douleur qui me fait divaguer ou ce moment était vraiment étrange ? / Une collègue qui me sent en partance et qui me voit disparaître progressivement, comme le Chat du Cheshire, et dit vouloir me retenir dans les murs du lycée / Un Read-a-Thon d'Halloween improvisé et qui teinte de positif un lumineux dimanche / Reprendre le boulot juste avant les vacances, le temps d'organiser une grosse réunion et de mettre tout en ordre avant de partir en vacances / Une phrase malheureuse qui me blesse plus ce que j'imaginais / Manquer parfois du recul nécessaire / Celle qui vient me voir pour un weekend, malgré mon immobilité / Et une soirée essentielle au limoncello, une soirée qui fait faire un saut de géant sur fond d'étoiles alignées / Un drôle de dimanche épuisée, mais heureusement avec elle / Des sushis pour rattraper tout ça ! / Parler concours, méthodo et organisation et se stimuler à deux / Écoper de deux mois sans sport, ça c'est moins marrant / Ma première raclette de l'année, précédée de retrouvailles papotage qui font du bien ! Ca m'avait manqué Hélène ! / Le massage balinais offert par Flo qui fait tant de bien / Retourner chez l'ostéo pour qu'il me remette droite (bein oui, boîter pendant 3 semaines, ce n'est pas sans conséquences !) et papoter avec lui pendant qu'il martyrise mes muscles/ De la couture, intensément, pour terminer une robe framboise que j'aime d'amour /Octobre et sa poésie dans chacune de ses feuilles roussies / Égrainer le mois de lectures d'Halloween pour entrer doucement dans l'automne / Me régaler de thé et de lectures en ce mois un peu au ralenti / Un délicieux burger et un Sex on the beach avec celles qui me donnent toujours le sourire ici / Promettre d'être là, quand ça sera le D-day, même si c'est loin. Parce que la première fois, j'étais en Chine alors cette fois j'en serai ! / Changement d'heures et somnambulisme, on ne change pas une équipe qui gagne. Même si celle-ci est épuisante... / Coudre deux petite capes toutes douces pour des bébés qui vont pointer leur nez. Même que c'est moi qui ai fait les patrons ! Pas peu fière, j'avoue /Faire le plein de romans feel good, parce que j'en ai envie / Un énième train, again / Mais pour le retrouver, alors c'est bien / Un weekend de retrouvailles qui nous appartient / Envie de terminer octobre de façon lumineuse et positive en lançant le Challenge Feel Good / Faire le plein de romans feel good du coup / Un mois qui a filé, riche et intense / Welcome November ! /

Les mois de Stephie, Unlivreunthé, Sandrine, L’Irrégulière, Laurie, Tiphanie, Martine, Marion, Claire, Emi, Eléonore et Moka.

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :