Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

12 mars 2015

La condition pavillonnaire, Sophie Divry

La condition pavillonnaire, Sophie DivryLa condition pavillonnaire est le dernier roman de Sophie Divry paru en août 2014 aux éditions Noir sur Blanc.

 M.-A. a une vie très conventionnelle. Mariée, mère de deux enfants, propriétaire de sa maison, elle a tout ce qu'elle souhaitait. Et pourtant... Et pourtant elle est malheureuse. Vide. Insatisfaite de cette existence sans vague dans laquelle elle semble se noyer. Alors M.-A. s'essaye dans différentes directions : humanitaire, adultère, yoga, mais aucun de ces loisirs ne remplit le vide de son existence.

Autant j'avais dévoré et adoré La cote 400 de cette même auteure, autant j'ai été déroutée par ce nouveau roman. J'ai eu beaucoup de mal à éprouver de l'empathie pour cette femme à qui la vie a donné tout ce qu'elle souhaitait. Cette femme que l'existence a épargnée.      
J'ai éprouvé une forme d'agacement à la lecture de son ennui chronique, de son insatisfaction métaphysique. Emma Bovary sourd derrière cette héroïne du 21e siècle, mais pour autant je n'ai pas été séduite par le récit de cette vie aux contours lisses et dans laquelle M.-A. s'enlise.     
Le lecteur suit ses différentes tentatives pour échapper à son ennui et se doute qu'aucune ne réussira à la sortir de son impasse.     
Difficile d'expliquer pourquoi je n'ai pas adhéré à ce roman pourtant bien écrit et à la construction intéressante. Peut-être parce que le sujet très actuel tend à m'agacer et que mon empathie légendaire s'est effilochée et qu'il ne m'en restait plus, lors de ma lecture ? En tout cas Sophie Divry réussit à dépeindre un personnage vraisemblable, victime de ce qui semble être le mal du siècle. Reste à savoir si vous avez assez de patience pour écouter le récit de son insatisfaction...

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,



Vos commentaires

    J'avais entendu parler de ce roman. M.-A risque fort de me déplaire... Message bien reçu, je passe mon chemin et oublie ce livre...

    Posté par Sébastien, 12 mars 2015 à 18:23 | | Répondre
    • Je ne suis pas celle qui vais te conseiller ce roman, c'est certain...

      Posté par soukee, 12 mars 2015 à 20:39 | | Répondre
  • Pour moi, une fois n'est pas coutume, mais je ne vais pas suivre ton conseil et je pense que je vais le lire! Il m'intrigue... On pourra en parler ensuite ensemble!!! (Comme si on avait besoin d'un sujet de conversation...hihi)

    Posté par Poulette-Nene, 12 mars 2015 à 21:04 | | Répondre
    • Tu as peur des blancs au téléphone ?? Avec moi ?? Non sans rire, lis-le, oui, et on parlera ensuite. Je suis curieuse d'avoir ton ressenti...

      Posté par soukee, 12 mars 2015 à 21:17 | | Répondre
  • je l'ai lu et c'est un livre qui dérange, je trouve..

    Posté par clara, 13 mars 2015 à 07:24 | | Répondre
    • Oui, je sus d'accord avec ton ressenti. J'ai moi aussi été dérangée par le malaise de cette femme, mais pour autant, je n'ai pas éprouvé d'empathie pour elle.

      Posté par soukee, 13 mars 2015 à 21:26 | | Répondre
  • Je reste avec mon bon souvenir de La côte 400, dans ce cas.

    Posté par Alex mot a mots, 13 mars 2015 à 14:02 | | Répondre
    • Oui... Surtout avec notre métier !

      Posté par soukee, 13 mars 2015 à 18:28 | | Répondre
  • Bon ba je ne me laisserai pas tenter non plus!

    Posté par Tiphanie, 14 mars 2015 à 09:19 | | Répondre
    • Disons que je ne te le conseille pas vue mon expérience de lecture...

      Posté par soukee, 14 mars 2015 à 11:54 | | Répondre
Nouveau commentaire