Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

04 mars 2015

Les Gardiens du Louvre, Jiro Taniguchi

Les gardiens du Louvre, TaniguchiLes Gardiens du Louvre est le dernier album de Jiro Taniguchi paru chez Futuropolis, en partenariat avec les éditions du Louvre, en novembre 2014.

Après un séjour en Europe pour un salon de la bande dessinée, un illustrateur japonais décide de faire escale à Paris afin de visiter ses musées.  
Fiévreux et délirant, il débute son séjour parisien avec un sentiment de solitude exacerbé par la maladie. Alors que celle-ci lui laisse quelque répit, il décide de se perdre dans les dédales du Louvre. Mais là encore, il est pris de vertiges et d'hallucinations et c'est la Victoire de Samothrace qui vient à sa rencontre pour le guider dans ce musée tentaculaire. 
Errant seul dans les couloirs du Louvre, il va se perdre à travers les époques et les genres picturaux. Croiser Camille Corot, Antonio Fontanesi, Asai Chu, ou encore Saint Exupéry, peu avant l'évacuation des oeuvres du musée en 1939. Et lors d'une escapade à Auvers-sur-Oise, c'est bien Van Gogh qui l'entraînera dans son atelier pour lui montrer sa dernière esquisse : Les Jardins de Daubigny. Un séjour parisien des plus mystérieux pour ce dessinateur japonais...

Ouvrir un album de Taniguchi, c'est à coup sûr s'immerger totalement dans un univers contemplatif des plus fascinants. De cet auteur, j'ai adoré Quartier Lointain (qui reste mon préféré), mais aussi Le gourmet solitaire, Le journal de mon père et L'homme qui marche. Et Les Gardiens du Louvre s'inscrit dans cette droite lignée d'albums tout en poésie et en contemplation, signature de l'auteur.   
Et cette fois, ce n'est pas le Japon qui est à l'honneur mais Paris et ses musées. A travers l'oeil de Taniguchi, les traits de la capitale française prennent forme et s'animent, à l'image des mystérieux gardiens
du Louvre que rencontre le héros.   
Véritable hommage à Paris
et à son histoire artistique, cet album trace des parallèles entre le Japon et la France, grâce aux artistes que Taniguchi fait revivre sous son crayon et les inspirations réciproques de leurs travaux.    
L
e trait de Taniguchi est fidèle à ses précédents albums, avec une différence notable : celui-ci est en couleurs. Difficile, peut-être, de rendre hommage au Louvre et à ses oeuvres en noir et blanc. 
J'ai adoré suivre les errements du narrateur dans les dédales du Louvre. Me perdre à ses côtés dans ce musée et m'interroger moi aussi sur la création artistique, sur la question de l'art à travers l'Histoire. Une très belle lecture. Mais ça, ce n'est pas une surprise avec Taniguchi...

C'était ma BD de la semaine et ma 61e participation au Top BD des blogueurs de Yaneck (18/20)

  Top BD

 

Planche 1 Planche 2

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,



Vos commentaires

    J'aime beaucoup Taniguchi en général mais là, je ne suis pas certain du tout d'apprécier celui-là. Il faut dire que j'ai beaucoup de mal avec cette collection qui intellectualise beaucoup trop pour moi

    Posté par jerome, 04 mars 2015 à 08:40 | | Répondre
    • C'est vrai ? Pour ma part, je me suis plongée dans cette histoire mi-rêve mi-réalité et j'ai adoré. Du coup, je vais aller faire un saut à Auvers-sur-Oise !

      Posté par soukee, 09 mars 2015 à 16:30 | | Répondre
  • voilà qui me tente bien!

    Posté par eimelle, 04 mars 2015 à 09:50 | | Répondre
    • Tant mieux ! C'est encore une fois un très bon titre de Taniguchi...

      Posté par soukee, 04 mars 2015 à 10:53 | | Répondre
  • Il m'attend sur ma PAL.
    Vite, du temps pour moi

    Posté par Sandrine, 04 mars 2015 à 14:22 | | Répondre
    • Héhé, je te comprends ! Tu verras, encore une fois une belle lecture !

      Posté par soukee, 09 mars 2015 à 16:30 | | Répondre
  • Je n'avais pas aimé L'homme qui marche, mais celui-ci me tente plus.

    Posté par Alex mot a mots, 04 mars 2015 à 17:56 | | Répondre
    • Ah oui, L'homme qui marche est certainement le plus contemplatif des Taniguchi... Il ne séduit pas tout le monde, contrairement à Quartier Lointain ou Le journal de mon père. Celui-ci devrait te donner envie de te perdre dans les dédales du Louvre.

      Posté par soukee, 04 mars 2015 à 19:26 | | Répondre
  • J'aime Taniguchi, j'aime le Louvre, j'aime ton avis, je vais finir par craquer sous peu chez mon libraire

    Posté par Hélène, 05 mars 2015 à 09:04 | | Répondre
    • Et tu feras bien... Tu vas te régaler !

      Posté par soukee, 09 mars 2015 à 16:30 | | Répondre
  • Il me plairait sûrement plus que le dernier que j'ai lu de lui... Elle s'appelait Tomoji...

    Posté par Noukette, 05 mars 2015 à 18:37 | | Répondre
    • Ah mince ! Bon, je me le procure au plus vite pour en avoir le cœur net : Taniguchi peut-il me décevoir ?

      Posté par soukee, 09 mars 2015 à 17:14 | | Répondre
  • Feuilleté par hasard pendant les vacances dans une librairie, et hier encore (là où tu sais), j'ai beaucoup aimé le dessin et fut très surpris de découvrir ce style dans cet univers manga que j'ignore complètement. Je me suis alors procuré le dernier ouvrage de l'auteur : "elle s'appelait TOMOJI " aux éditions Rue de Sèvres, je te ferai part de mes impressions...
    Quant à Auvers-sur-Oise, n'hésite pas une seconde, j'ai beaucoup aimé, cela vaut le détour...

    Posté par Sébastien, 06 mars 2015 à 11:49 | | Répondre
    • Oh super ! Je n'avais pas eu l'occasion de te dire que je voulais y aller... Je vais attendre les beaux jours et tout ce qui est organisé à partir du 4 avril sur les impressionnistes pour y faire un saut. Je te raconterai ! Bonne découverte de Taniguchi alors ! Il me tarde de connaître ton avis sur cet album.

      Posté par soukee, 09 mars 2015 à 16:31 | | Répondre
  • Tu as raison ; avec Taniguchi on est toujours sûr d'apprécier :0) Et bien sûr, tout ce qu'il fait me tente... Mon préféré est je crois les années douces... Et j'ai adoré Quartier Lointain... Là, en ce moment, je suis en train de relire Le sommet des dieux, le tome 1 (tu les as lus ?)

    Posté par L'or rouge, 07 mars 2015 à 20:20 | | Répondre
    • Non, et je l'ai dans mon fonds. Il faut que je le lise ! Je n'ai pas lu Les années douces para Taniguchi, mais j'avais adoré le roman à l'origine de l'adaptation BD.

      Posté par soukee, 08 mars 2015 à 14:10 | | Répondre
  • Je n'ai pas lu ce Taniguchi là ! Je le note !

    Posté par Marion, 16 mars 2015 à 14:38 | | Répondre
    • Héhé, il reste toujours un Taniguchi à découvrir.

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 15:56 | | Répondre
  • J'adore Taniguchi mais celui-ci m'a un peu laissé sur ma faim en dépit du graphisme toujours superbe...

    Posté par manU, 20 mars 2015 à 11:30 | | Répondre
    • C'est vrai ? Je peux comprendre. Il est quand même différent des autres œuvres de l'auteur...

      Posté par soukee, 22 mars 2015 à 17:33 | | Répondre
  • Une BD qui a l'air vraiment chouette esthétiquement, j'espère que ma bibliothèque l'achètera!

    Posté par enigma, 18 mai 2015 à 18:06 | | Répondre
    • Esthétiquement ce n'est pas le meilleur Taniguchi selon moi mais c'est un album qui vaut le détour, c'est certain...

      Posté par soukee, 19 mai 2015 à 14:51 | | Répondre
Nouveau commentaire