Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 juin 2013

Une journée à Canterbury

Habiter en région parisienne comporte beaucoup d'avantages, certes, mais aussi beaucoup d'inconvénients. Si vous me connaissez un tant soit peu ou que vous me lisez occasionnellement, vous n'avez pas pu passer à côté de mes protestations diverses quant à ma vie parisienne...
Mais force est de reconnaître que lorsqu'on aime voyager, Paris offre beaucoup d'avantages : aéroports internationaux desservant toutes les destinations probables et improbables, prix défiant toute concurrence, vols directs, etc. Et surtout, la possibilité, en une journée, d'aller faire un périple de l'autre côté de la Manche. C'est ce que j'ai fait hier...

Une journée à Canterbury !

Après un périple en bus, un passage par le Shuttle, nous sommes arrivés dans la paisible et mignonne ville de Canterbury, au sud de l'Angleterre, célèbre pour sa cathédrale, l'une des plus anciennes églises chrétiennes du pays. Partiellement détruite en 1942 par les bombardements, elle fut restaurée et la ville accueille aujourd'hui plus d'un million de visiteurs par an.

 

        

1h30 de visite pour arpenter les dédales du lieu, classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité. La Crypte, lieu de recueillement et de prière, est un petit bijou (mais vous ne la verrez pas ici : les photos sont interdites pour respecter le recueillement).

La Cathédrale est tristement célèbre car elle fut le théâtre de l'assassinat de l'Archevêque Thomas Becket, le 29 décembre 1170. Cet épisode fait de la cathédrale un des lieux de pélerinage les plus importants au monde.

Le cloître de la cathédrale, magnifique et extrêment bien conservé.

 La Cathédrale est également célèbre pour ses vitraux, datant des 12e et 13e siècles.

Mais Canterbury, c'est aussi une petite ville pavée très agréable pour se balader. Hier, nous avons eu la chance d'avoir un temps estival très agréable et nous en avons bien profité !

Un café à la déco sympa : observez les théières et les tasses suspendues dans la vitrine !

A droite, une boutique avec des gâteaux typiquement anglais : plein de colorants, de décors en pâte de sucre, de glaçages improbables, etc. Si nous n'avons finalement pas craqué, c'est que notre fish&chips du midi a su remplir notre estomac comme il se doit !

P1060793 

La ville regorge d'enseignes en harmonie avec les vieilles demeures et les façades anciennes. Un peu plus, et on croirait vraiment que le temps s'est arrêté... Comme vous le remarquez, je n'ai pas pu m'empêcher de rentrer dans cette boutique de couture, mon nouveau dada !

 
Les canaux de la ville, qui permettent de voir la ville autrement. Un petit air de Bruges, non ?
A droite, le pub The Parrot, réputé pour sa cuisine traditionnelle.
 

  P1060794

La bibliothèque et la place centrale, en face du porche de la Cathédrale.

  P1060796  

Un jardin municipal qui condense tout le charme de l'Angleterre actuelle à mes yeux : les briques rouges, le fer forgé, les lampadaires traditionnels et les cabines téléphoniques.

A droite, une des nombreuses façades historiques de la ville.

                                                                                Tasse anglaise mois de l'année JuneTasse anglaise mois de l'année JuneTasse anglaise mois de l'année June

Une bien belle journée, partagée à deux. Une petite ville très agréable pour se perdre dans le dédale de ses ruelles médiévales. Une douce ambiance estivale et un charme british qui me séduit à chacune de mes visites anglaises. Bref, une journée de rêve.
 

Et voici ma seconde et dernière participation au Mois anglais de Lou et Titine !

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


26 juin 2013

Toute passion abolie, Vita Sackville-West

Toute passion abolie, Vita Sackville-WestToute passion abolie est une oeuvre de la poétesse et romancière anglaise Vita Sackville-West (1892-1962) parue en 1931. Celle qui fut la maîtresse de Virginia Woolf laisse derrière elle une oeuvre importante et fut plusieurs fois récompensée pour celle-ci.

A la mort de son époux, Lady Slane prend une décision importante : elle décide de s'installer seule, dans une petite maison repérée des années auparavant et de cesser d'être cette femme soumise et silencieuse que tous ont connue. Pour les enfants de cette octogénaire, leur mère est incensée. Mais Lady Slane décide de faire fi du qu'en-dira-t-on et de terminer ses jours au calme, loin de toute agitation mondaine.

Toute passion abolie est un roman court qui propose une réflexion intéressante sur la vieillesse, d'une part, et les choix d'une vie de l'autre.
En refaisant revivre le passé de Lady Slane à travers l'évocation de souvenirs, la romancière offre un regard singulier sur la vie de son héroïne. Cette dernière n'a pas eu le loisir de choisir sa vie et son existence aisée est allée à l'encontre de ses désirs artistiques. C'est une autre époque qui est décrite ici, une époque régie par des codes sociaux très stricts et dans laquelle les femmes disposaient d'un droit infime par rapport à leurs maris.
C
ette retraite retirée de toute vie sociale et du faste superficiel dans lequel baignent ses enfants permet à Lady Slane de se livrer à une introspection purificatrice de cette vie contrainte.

Avec une plume acérée, Vita Sackville-West dresse une galerie de personnages savoureux. Des enfants de Lady Slane, intéressés et bourrés de défauts, aux vieux messieurs qui font la cour de façon platonique à l'héroïne, les personnages de ce roman sont vibrants de réalisme.
Ode à la vie simple d'une vieillesse assumée, Toute passion abolie est une lecture apaisante, un roman introspectif qui se permet toutefois un pied de nez conclusif tout à fait intéressant.  
Et si, comme moi, vous craquez sur cette édition illustrée par Christian Lacroix, rendez-vous sur la chronique où je détaille le fabuleux coffret inédit consacré aux héroïnes de la littérature, illustré par le couturier.

D'autres avis : Anne, Kathel, L'Irrégulière, Lou, etc.

Enfin une participation au Mois anglais (mieux vaut tard que jamais...) de Lou et Titine et ma lettre S pour le Challenge ABC critiques de Babelio.

Challenge ABC Babelio

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

23 juin 2013

L'école maternelle et Les bébés animaux

L'école maternelle et Les bébés animaux sont deux albums cartonnés de format carré parus en avril 2013 dans la collection Anim'Doc chez Tourbillon.

    

L'école maternelle permet au petit lecteur de découvrir comment se déroule une journée type à l'école : l'arrivée, différentes activités, le repas, la récréation, etc.
Ce qui peut être anxiogène pour l'enfant prochainement scolarisé est ici décortiqué et expliqué grâce à de nombreuses animations comme les tirettes qui coulissent. Un album très bien fait qui permet donc d'aborder le sujet en douceur et de vaincre certaines peurs enfantines.

     

Les bébés animaux permet, quant à lui, de découvrir les différents petits des animaux et leur évolution. Qui naît dans un oeuf  et qui grandit dans le ventre de sa mère ? Qui est allaité et qui doit immédiatement apprendre à se débrouiller ? A chaque double page ses découvertes et ses animations pour voir évoluer l'animal et observer son quotidien.

Mon avis :

Voilà deux albums bien solides, adaptés aux petites mains des lecteurs auxquels ils s'adressent, et qui permettent, grâce à des textes courts et des illustrations simples, d'aborder des sujets adaptés aux enfants dès 3 ans. La brièveté des textes permet à l'enfant non lecteur de s'imaginer sa propre histoire et de développer son imaginaire. Le côté ludique des tirettes offre une dynamique intéressante àla lecture et offre un rôle actif à l'enfant non lecteur dans sa découverte de l'album.
La collection Anim'doc proposent de nombreux titres : Les Chevaliers, Les engins du chantier, La ferme, Les pirates, Les dinosaures, etc.

L'avis de ma lectrice-test, Eva, 3 ans :

Ma petite lectrice-test a, de son côté, nettement préféré Les bébés animaux, découvrant grâce à cet album, des animaux qui lui étaient inconnus (notamment l'autruchon !).
Elle a adoré jouer avec les tirettes de ces deux albums et faire apparaître les dessins cachés derrière chacune d'elles.
Si L'école maternelle l'a moins passionnée, c'est que l'album reprend de façon très fidèle les journées qu'elle peut faire depuis cette année. Peu de découverte donc, et moins d'attrait. Mais c'est un album qui aurait été parfait pour la préparer à sa première rentrée scolaire en septembre dernier.
Deux très belles découvertes en tout cas, puisque notre mini-lectrice a tanné sa maman un bout de temps pour qu'elle lui relise sans cesse ces deux albums !

Un grand merci aux éditions  pour ces deux albums et cette expérience de lecture-croisée adulte/enfant.

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

22 juin 2013

Pour l'amour du chocolat, José Carlos Carmona

Pour l'amour du chocolatPour l'amour du chocolat est le premier roman de José Carlos Carmona, professeur de musique à l'université de Séville. Sorti en 2010 chez Grasset, il est paru en poche chez J'ai lu en février 2013.

Automne 1963. Eleanor Trap atterit en Suisse et rencontre son oncle, Adrian Troadec. Ce dernier, submergé par la nostalgie, lui raconte comment, en 1922, il tomba éperdument amoureux d'Alma, une jeune violoncelliste. Pour attirer son attention et la séduire, il décida d'ouvrir une boutique de chocolats dans leur ville, Lausanne. Le Petit Chocolat Troadec vit ainsi le jour, et tandis qu'Adrian se perdait d'amour pour Alma, cette dernière s'envolait aux Etats-Unis au bras d'un capitaine de l'aviation américaine.

Voilà un roman qui a su me chavirer comme Soie l'avait fait en son temps. En 165 pages, José Carlos Carmona nous entraîne dans le sillage d'une famille, de 1922 à 2001, de la Suisse à l'Italie, en passant par la France et les Etats-Unis. Plusieurs générations se succèdent, avec comme point d'ancrage Le Petit Chocolat Troadec, la chocolaterie fondée par Adrian.
Les personnages s'aiment, se déchirent, se séparent pour mieux se retrouver, hésitent, se trompent, se pardonnent. Personne ne s'épargne, et la vie n'épargnera pas les nombreux personnages croisés au fil des pages.
José Carlos Carmona possède une plume très poétique qui m'a fortement rappelé celle de Maxence Fermine et d'Alessandro Barrico. Ses phrases sont cadencées, rythmées et musicales et les images se succèdent au fil des pages.
Et le plus poignant avec ce court roman, c'est que  l'auteur relate l'histoire vraie d'un jeune homme dont la vie s'arrêta brutalement le 21 juillet 2001, lors de la tristement célèbre fusillade à Gènes.

Vous l'aurez compris, Pour l'amour du chocolat fait partie des rares textes qui ont résonné en moi d'une façon particulière. Ils sont trois à m'avoir fait cet effet, depuis l'ouverture de ce blog. J'avais dit que c'était fini, qu'il n'y aurait plus de coup de coeur ici car cela dépendait de trop de critères pour être légitime parfois quelques mois après, mais je ne pouvais pas laisser ce texte comme ça sur mon blog, sans le démarquer des autres. Alors c'est officiel, Pour l'amour du chocolat mérite grandement de voir apparaître un petit logo sur sa chronique. Histoire de vous prouver davantage encore, s'il en était besoin, que j'ai été bouleversée par ce roman. Histoire de vous inciter à le découvrir. Histoire de partager avec vous cette pépite. Et tant pis si c'est la seule lecture à avoir un macaron Coup de coeur 2013 ! L'avenir nous le dira...
Marilyne avait été conquise aussi.

« On était en 1963. Automne 1963. Martin Luther King venait de proclamer au monde : "J'ai fait un rêve". Elle avait vingt-trois ans  ». (p.13)

challenge Des notes et des mots 4Première participation au nouveau Challenge Des notes et des mots d'Anne.

hez Anne

 

 challenge-Des-notes-et-des-mots-4

Quid ? Challenge Des notes et des mots chez Anne

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2011/09/24/22063208.html#sthash.LofZPksK.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Littérature espagnole - Vos commentaires [42] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

19 juin 2013

En cuisine avec Alain Passard, Christophe Blain

En cuisine avec Alain Passard, Christophe BlainEn cuisine avec Alain Passard est une BD documentaire parue en mai 2011 chez Gallimard.

Christophe Blain, auteur de BD, nous entraîne dans les cuisines d'Alain Passard, chef cuisinier propriétaire du restaurant parisien trois étoiles L'Arpège. L'occasion d'une belle leçon de cuisine !

Quelle régal cet album ! Facile, mais je n'ai pas pu m'en empêcher... Ouvrir cette BD, c'est plonger à corps perdu dans les cuisines d'un restaurant étoilé, aux côtés d'un chef exigeant et perfectionniste. Alain Passard adore les légumes et décline ses recettes avec des produits frais, de saison, et, la plupart du temps, qu'il fait venir des trois potagers qu'il possède.
Envie d'épater vos invités ? Pourquoi ne pas tenter une Emotion "pourpre" au miel d'acacia, un Coeur de chou nouveau "à cru" au parmesan ou encore une Dragée de pigeonneau à l'hydromel ? Car non seulement  Christophe Blain nous entraîne dans la cuisine d'Alain Passard, mais ce dernier nous donne des leçons de cuisine illustrées ! Et quelles recettes... Une fois tournée la dernière page, vous n'aurez d'autre choix que d'en tenter une ! Jamais plus vous ne regarderez une betterave comme avant...

D'autres avis : ChiffonnetteMo, Yaneck, Yvan, etc. Et pour rêver un peu, le site de L'Arpège, le restaurant trois étoiles d'Alain Passard.

Et voici une nouvelle participation au Challenge Les Livres Gourmands de Syl.

Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20)- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/bd_et_romans_graphiques/index.html#sthash.ywiF9qOw.dpuf

Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20) - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/bd_et_romans_graphiques/index.html#sthash.ywiF9qOw.dpuf

 

Voici ma 55e participation
 à la BD du mercredi de Mango

Et ma 44e participation au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 18/20)Top BD

    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de
t ma 43e au Top BD des blog

Planche 2 EnCuisineAvecAlainPassard


    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


15 juin 2013

Le Bal, Irène Némirovsky

Le Bal, Irène NémirovskyLe Bal est un court texte de la romancière russe d'origine ukrainienne Irène Némirovsky paru en 1930 chez Grasset. La carrière d'Irène Némirovsky fut aussi productive que brève. Déportée à Auschwitz en 1942 à l'âge de trente-neuf ans, elle laissa derrière elle un grand nombre d'oeuvres publiées à titre posthume.

Antoinette a quatorze ans et désespère d'entrer dans le monde. Ses parents, nouveaux riches, décident de donner un grand bal pour étaler leur opulence. Mais lorsque Mme Kampf, la mère d'Antoinette, interdit à sa fille d'y assister, l'adolescente sent monter en elle une profonde injustice. Et sa vengeance ne tarde pas à éclater. 

Le Bal fait partie de ces petites perles grinçantes et dérangeantes à souhait. Irène Némirovsky y dresse le tableau des tourments de l'enfance, oscillant entre cruauté et tendresse. Le personnage d'Antoinette, rejetée et méprisée par ses parents, accomplit, en un instant seulement, une vengeance aux conséquences désastreuses et se présente en vengeresse d'une enfance mise à mal.
Critique des nouveaux riches de cette époque, ce court roman de 120 pages érige les adultes en parvenus intéressés attachés au superficiel et négligeant l'essentiel. Le ridicule suinte de ces personnages qui jaugent l'autre à l'aune du paraître et c'est avec délectation que le lecteur voit le mécanisme s'enclencher sitôt la vengeance d'Antoinette accomplie.
Un petit régal pour tous, qui existe aussi en collection Biblio Collège chez Hachette.

D'autres avis : Canel, Cynthia, Choco, Mango, etc.

Challenge ABC Babelio

Challenge ABC de Babelio

 

Challenge ABC BabelioQuid ? Challenge ABC de Babelio

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2011/09/24/22063208.html#sthash.Pdn3p9XE.dpuf

Voici ma lettre N pour le challenge ABC critiques de Babelio.

Babelio

Une chronique de soukee rangée dans Littérature russe - Vos commentaires [39] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

13 juin 2013

Loup y es-tu ?, Henri Courtade

9782070449729-1Loup y es-tu ?, paru en 2010 chez Mille Saisons, est le premier roman du biologiste passionné de littérature Henri Courtade .

Imaginez un monde dans lequel les personnages de contes de fées de notre enfance existent. Cendrillon serait mannequin, le Petit Chaperon Rouge une styliste de renom, la Belle au Bois Dormant l'épouse d'un milliardaire et Blanche-Neige travaillerait dans une billeterie à New-York. Mais si ces quatre jeunes femmes n'ont aucun souvenir de leur passé, il n'en est pas de même pour les sorcières qui tentent de les tuer dans leurs contes respectifs. Et ces dernières ne se limitent pas à leur proie désignée et étendent leur influence maléfique sur le monde actuel.

Ces temps-ci, j'ai besoin de lectures qui me permettent de m'évader franchement de la réalité. Vous l'aurez peut-être remarqué au vu de mes récents billets. Être ailleurs, à une autre époque ou autrement, voilà ce qui me plaît en ce moment (et c'est suffisamment rare pour le noter). Et avec cette porosité entre contes de fées et réalité, voilà un roman qui m'a séduite dès les premières pages.
Henri Courtade possède une écriture cinématographique très visuelle qui stimule l'imaginaire de son lecteur tout au long de son roman. Moi qui ai lu ce roman sur une plage idyllique de Guadeloupe, j'ai vu émerger autour de moi des lieux très précis, des plans, des personnages, comme si je regardais un film. Une écriture aussi visuelle est assez rare et possède bien des atouts pour une intrigue merveilleuse comme celle-ci.

De plus, si les détournements de contes de fées possèdent un côté subversif et fascinant, il n'est pas rare de tomber dans certains écueils malheureux. L'auteur a ici réussi à très bien exploiter son idée, sans tomber dans la romance ni dans les clichés du genre. Les héroïnes sont dépoussiérées par rapport à leur conte originel et se sont adaptées à l'époque dans laquelle elles évoluent sans devenir des héroïnes écervelées à la recherche de leur prince charmant. Point d'oiseaux qui aident à faire une tarte ou de jeunes femmes qui frottent les sols mais des personnages à la mémoire abîmée qui peinent à retrouver leurs passés et tentent de réussir leur vie dans notre monde.
Et si tout cela semble déjà original, la véritable originalité de ce roman réside, selon moi, dans le fait de fusionner les contes de fées à l'Histoire. L'auteur a en effet imaginé que les grandes catastrophes de l'Humanité n'avaient pas été décidées que par les Hommes mais que des forces maléfiques les avaient influencés dans leurs décisions. Il n'est nullement question ici de minorer l'Histoire ou d'ôter toute responsabilité à l'Homme mais d'imaginer que les personnages maléfiques des contes ont pu avoir, à un moment ou à un autre, une influence invisible et un intérêt à inciter à tant de barbarie. Comme si le Mal rôdait entre les contes et la réalité. Cette interpénétration angoissante est source de bien des possibles.
Je n'ai pas pu m'empêcher d'établir un parallèle avec la série Once Upon a time, contemporaine de la sortie de ce roman et que j'aime beaucoup, même si cette dernière plonge plus franchement, au fil des saisons, dans le merveilleux que dans l'historique.
En tout cas, vous l'aurez compris, j'ai été happée par cette histoire merveilleuse. Si vous avez envie d'imaginer que parmi nous se cachent des personnages de contes, ouvrez Loup y es-tu ?
D'autres avis : Coralie, Karine:), Lynnae, Melisende, Mina, Petite Noisette, Phooka, etc.

Première participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans SF - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 juin 2013

Les Fables de l'Humpur T.1 Les Clans de la Dorgne, Bordage et Roman

Les Fables de L'HumpurLes Fables de l'Humpur est à l'origine un roman de Pierre Bordage paru en 1999. Adapté en BD dans la collection Cherche Futurs chez Soleil, le premier tome est paru en avril 2013 et a été scénarisé par Pierre Bordage lui-même et illustré par Roman.

Les fables de l'HumpurLes êtres humains ont disparu, laissant la place à des êtres hybrides, mi-humains mi-animaux. Véhir, un homme-cochon, refuse les lois de sa communauté et décide de s'enfuir. Dans la vallée de la Dorgne, il rencontre Jarrit, un homme-cochon qui, comme lui, a fui sa communauté il y a quelques années. Ce dernier lui apprend comment survivre face aux multiples prédateurs qui rôdent et lui révèle l'exisence des dieux humains. Commence alors pour Véhir une longue quête pour retrouver l'humanité perdue par les siens.

Je connaissais de nom, depuis longtemps, le roman de Bordage. Encore une fois, j'ai fait les choses à l'envers, préférant découvrir l'adaptation BD avant le roman originel.
Et je dois avouer que j'ai été assez déroutée par cette lecture. Si les dessins de Roman m'ont séduite et permis de me glisser dans cet univers de fantasy situé en Dordogne, l'histoire en elle-même, et surtout la langue employée, m'a mise en difficulté. J'ai eu du mal à accrocher aux tournures de phrases ("Demain la moisson, bientôt le Grut, Orn a promis que s'ra ma première et ma seule..." p.4) et si ce détail peut sembler n'en être qu'un, il a quand même rendu ma lecture laborieuse.
Je n'ai pas été conquise, du coup, par le propos plus général de l'intrigue. Cette histoire de créatures hybrides en quête de leur humanité perdue n'a pas su retenir mon attention. Un rendez-vous manqué, comme il arrive parfois, mais qui ne m'empêchera pas de lire d'autres livres de Bordage.

Je tiens néanmoins à remercier Bénédicte et les Éditions pour cette lecture.

   Voici ma 54e participation
 à la BD du mercredi de Mango
    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20)

Top BD

              Planche 2 Planche 1

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

09 juin 2013

A vos agendas #Juin 2013 : ma sélection de manifestations littéraires en France

Sans titre 1

Ce mois de juin est placé sous le signe du policier, cela ne fait aucun doute. Parmi les quatre manifestations que je vous présente aujourd'hui, trois sont en effet dédiées à ce genre littéraire. Rendez-vous donc au Havre (76), à Frontignan (34) et à Saint-Maur (94) pour plonger à pieds joints dans le polar, mais aussi à Vannes (56) pour un festival de littérature générale.

Mon billet paraît trop tard pour vous parler du Festival du Livre de Nice... Si vous voulez plus d'infos sur ce salon qui a fermé ses portes ce soir, c'est par ici !

Suggestion : Si vous êtes allé faire un tour dans un de ces salons/festival et que vous en avez parlé sur votre blog, n'hésitez pas à me laisser un commentaire avec le lien de votre chronique. Je ferai un récap' des billets !

     Je vous souhaite à tous un très beau mois littéraire !

   Au programme du mois de juin

agenda Les 14,15 et 16 juin 2013 : Le polar à la plage agenda 

au Havre

On y va pour...

*Participer à une murder party !
*Assister à la représentation de théâtre "Scène noire sur Seine".
*Déguster un tajine de la mer en compagnie de certains écrivains, sur le port.

Ils seront présents à cette édition 

Jacques Olivier Bosco, Thierry Crifo, Ignacio del Valle, Claire Favan, Dominique Delahaye, Philippe Huet-Marin Ledun, Sophie Loubière, Nadine Monfils, Jean-Bernard Pouy, Laura Sadowski, Cathi Unsworth, etc.  (la page des invités)

Toutes les informations sur la page du festival

 

 agenda Les 21,22 et 23 juin 2013 : agenda

Salon du livre en Bretagne à Vannes

On y va pour...

*Assister à un café littéraire avec Didier Van Cauwelaert et Irène Frain.
*Réfléchir à la question de l'humour dans les livres grâce à une table-ronde sur ce thème.

Ils seront présents à cette édition 

Janine Boissard, Richard Bohringer, Irène Frain, Serge Joncour, Gilles Laporte, Yann Queffélec, Michel Quint,Tatiana de Rosnay, Gonzague Saint-Bris, Jean Teulé, etc.  (la page des invités)

Toutes les informations sur la page du festival

 

 agendaLes 22 et 23 juin 2013 : Saint-Maur en poche agenda 

On y va pour...

*Assister à l'un des nombreux tête-à-tête de Gérard Collard, libraire à la Griffe Noire, avec un des auteurs présent au salon.
*Ecouter Jean-François Merle, directeur de collection chez Omnibus et spécialiste du polar,  parler de l’histoire du polar et de son renouveau lors d'une table ronde.

Ils seront présents à cette édition 

Agnès Abécassis, Olivier Adam, Michèle Barrière, Tonino Benaquista, Jean-Philippe Blondel, John Connoly, Barbara Constantine, Didier Daeninckx, Fatou Diomé, Frédéric Lenormand, Pierre Pevel, Lydie Salvayre, Sylvain Tesson, etc.  (la page des invités)

Toutes les informations sur la page du festival

 

 agenda Du 24 au 30 juin 2013 :agenda

Festival International du roman noir

à Frontignan   

On y va pour...

*Visiter l'exposition d'affiches illustrant trente-quatre films jamais tournés par de grands réalisateurs (Demy Hitchcock, Tati, Kubrick...) .
*Profiter d'un éclaircissement sur la police scientifique et explorer certaines des techniques utilisées par celle-ci.
*Faire une sieste noire : écouter, allongé sur un transat, une lecture publique.

Ils seront présents à cette édition 

 Emile Bravo, Karen Campbell, Thierry Crouzet, Marin Ledun, Anthony Pastor, Jean-Hughes Oppel, Fred Vargas (marraine du festival), etc.  (la page des invités)

Toutes les informations sur la page du festival

 

 agenda agenda agenda

Un mois alléchant et placé sous le signe du policier. Cette année, c'est décidé, je vais à Saint-Maur en poche ! De quoi rajouter quelques titres à ma PAL...

Et vous, allez-vous à une de ces manifestations ? A une autre dont je n'ai pas parlé ?

 

  • En Niçoise avertie, Cla est allée faire un saut au Festival du Livre de sa ville. Son billet par ici !

 

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

06 juin 2013

Un crocodile sur un banc de sable, Elizabeth Peters

P1060748Un crocodile sur un banc de sable est un roman de l'écrivain américain Barbara Michaels, écrivant sous le pseudonyme d'Elizabeth Peters, paru en 1975. C'est le premier tome de la série consacrée aux grandes heures de l'égyptologie mettant en scène Amelia Peabody et qui compte aujourd'hui dix-huit tomes.

Héritière de la fortune de son père, l'anglaise Amelia Peabody décide de profiter de son temps pour voyager. Passionnée par l'antiquité, la jeune femme commence son périple par Rome, où elle rencontre la jeune Evelyn Barton-Forbes. Elle engage cette dernière comme dame de compagnie et s'envolent toutes deux pour l'Egypte. Sur place, elles rencontrent les frères Emerson qui mènent des fouilles archéologiques malgré leur peu de moyens. Lorsqu'une momie est découverte sur le chantier et disparaît le lendemain, les quatre anglais décident de mener l'enquête.

J'aime beaucoup l'époque des grandes découvertes archéologiques et j'avais envie de revivre l'effervescence qui s'est emparée de l'Angleterre au début du XXe siècle face aux vestiges égyptiens. Et pour moi, les vacances d'été sont souvent propices à la lecture de romans policiers historiques. Bon, je ne suis pas encore en vacances, mais l'été frappe à la porte ces derniers jours. Un crocodile sur una banc de sable, Elizabeth Peters
Avec Un crocodile sur un banc de sable, disons le tout de suite, Indiana Jones n'est pas loin. Ce roman, classé policier, a tout d'un roman d'aventure qui se déroule en Egypte. Amelia et ses trois comparses se lancent à la poursuite d'un pilleur de tombes, les péripéties de multiplient, les adversaires sont multiples et armés, la nuit est propice à tous les incidents, et l'étau se resserre progressivement.
L'intrigue policière n'est vraiment pas le plus important dans ce livre (j'ai découvert le dénouement à la moitié du roman tant la liste des suspects est maigre, c'est dire) ; mieux vaut l'ouvrir pour se plonger dans un décor suranné, aux côtés d'anglais passionnés par les vestiges. La romance qui éclôt offre une touche de sentimentalisme qui annonce la série à venir.

Mais force est de reconnaître que ce roman permet de se plonger dans cette période et d'en voir certains aspects. Grâce aux frères Emerson, le lecteur découvre ainsi les démarches administratives et les concurrences qui existaient à cette époque entre les grands archéologues. Se pose aussi la question de la légitimité de ces fouilles et du rapatriement des objets découverts dans les pays financeurs des opérations.
Un roman policier un peu léger donc, mais qui plaira à qui veut rêver de découvertes archéologiques, de soirées chaudes au milieu du désert, de tombeaux scellés depuis des milliers d'années... Bref, moi en somme. Et je vais continuer avec plaisir cette série !
D'autres avis : Claire, Neph, etc.

Et trois nouvelles avancées dans les challenges auxquels je participe :

  • 3/10 au Challenge Polar historique chez Samlor.
  • 2/10 pour le Challenge Voyage dans l'Egypte antique que j'organise (par ici les infos !)
  • Ma lettre P au Challenge ABC de Babelio.   

v h okl

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,