Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

15 mars 2013

De là, on voit la mer, Philippe Besson

De là on voit la mer, Philippe BessonDe là, on voit la mer est le dernier roman de Philippe Besson paru en janvier 2013 chez Julliard.

Louise est romancière. Pour trouver l'inspiration pour son dernier roman, elle loue une maison en Toscane, laissant son mari résigné à Paris.
Là, sous la chaleur écrasante de l'été italien, isolée de tout, elle se plonge dans l'écriture. Mais l'arrivée du jeune Luca dans sa vie bouleverse cette solitude et réveille ses sens. L'accident de voiture de son mari à Paris la ramène bien vite à la réalité et la confronte à son couple et à ses failles.

Roman sur la solitude nécessaire à l'acte d'écriture, De là, on voit la mer nous entraîne dans le sillage de Louise et de ses réflexions.
Son activité d'écrivain contraint l'héroïne à fuir son quotidien, Paris et son mari pour trouver en elle les mots. Mais si cette solitude est justifiée par l'écriture, elle n'en demeure pas moins floue et blessante pour celui qui partage sa vie, François, et qui subit au fil des ans ce caractère imprévisible et indépendant.

L'accident de ce dernier contraint la romancière à ôter son masque et cesser son jeu cruel. Les questions fusent, les réponses aussi. La vérité jaillit. Mais est-ce bien elle ? Quand des choix doivent être faits, que reste-t-il des détours et des esquives ordinaires ?
Philippe Besson nous livre ici une ode à la liberté, portée par une plume poétique à souhait. Louise, son héroïne, est un personnage singulier, à la psychologie finement dépeinte. L'heure des aveux arrive pour elle et les doutes ne sont plus permis.

Ce roman dévore son lecteur et le laisse en proie à des questions bien plus universelles que son intrigue le laisserait penser de prime abord. Il fait chaud, il fait très chaud sous le soleil toscan et l'on aimerait, un temps, embrasser le parcours de Louise et être à ses côtés, dans cette villa italienne au calme apaisant. Mais cela ne dure qu'un temps. Quand le drame se produit et que la belle Louise doit assumer, le lecteur se détache irrémédiablement d'elle.
J'ai aimé me plonger dans cette intrigue et me laisser emporter dans son tourbillon de questions, non sans une pensée pour
Le Soleil de Scorta de Laurent Gaudé. La moiteur et la touffeur de ces villages italiens se ressemblent, c'est indéniable.

"Donc elle écrit dans la chaleur épouvantable d'un été toscan qui ne veut pas mourir." (p.19)

Je tiens à remercier  Babelio et les Editions  Capture pour l'envoi de ce roman à l'occasion de l'opération Masse Critique.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,



Vos commentaires

    J'ai découvert l'an dernier l'écriture de Philippe Besson avec "Une bonne raison de se tuer" et "Un homme accidentel" et je dois dire que j'avais beaucoup aimé son style mais le thème de ce roman ne m'attire pas plus que ça, pour l'instant.

    Posté par Hilde, 15 mars 2013 à 13:34 | | Répondre
    • Peut-être pour plus tard ? Pour ma part, je découvrais l'écriture de Philippe Besson avec ce roman et j'ai été conquise...

      Posté par soukee, 15 mars 2013 à 14:09 | | Répondre
  • Voilà bien longtemps que je n'ai pas lu cet auteur...

    Posté par Noukette, 15 mars 2013 à 16:31 | | Répondre
    • C'est un roman intéressant, qui pourrait te plaire.

      Posté par soukee, 15 mars 2013 à 17:13 | | Répondre
  • Il me fait terriblement envie !

    Posté par clara, 15 mars 2013 à 17:53 | | Répondre
    • Je l'aurais bien fait voyager mais il est déjà à Metz pour qu'une autre lectrice se plonge dedans...

      Posté par soukee, 15 mars 2013 à 17:58 | | Répondre
  • je ne cracherais pas sur un peu de moiteur et de touffeur, là, maintenant, tout de suite...

    Posté par Violette, 16 mars 2013 à 17:30 | | Répondre
    • Oh oui, moi aussi j'en veux !!

      Posté par soukee, 16 mars 2013 à 17:51 | | Répondre
  • Des Besson, je ne connais que Patrick. Il faudra que je découvre Philippe un jour ou l'autre^^

    Posté par jerome, 16 mars 2013 à 18:14 | | Répondre
    • Héhé, excellente idée !^^

      Posté par soukee, 17 mars 2013 à 16:47 | | Répondre
  • Je n'ai encore jamais lu l'auteur mais je commencerais bien par celui ci. Surtout si tu fais un renvoi vers "le soleil de Scorta". Je goûterais bien à un peu de chaleur italienne

    Posté par L'or des chambre, 17 mars 2013 à 12:40 | | Répondre
    • Ça m'a fait du bien cette chaleur italienne avec cet hiver qui n'en finit pas...

      Posté par soukee, 17 mars 2013 à 16:48 | | Répondre
  • Un bon avant goût de l'été.

    Posté par Alex mot a mots, 17 mars 2013 à 16:12 | | Répondre
    • Oui, c'est délicieux...

      Posté par soukee, 17 mars 2013 à 16:48 | | Répondre
  • Je n'ai jamais lu cet auteur, mais le sujet me tente pas mal Bises

    Posté par Cla S, 18 mars 2013 à 15:19 | | Répondre
    • Je crois qu'on a tous besoin de chaleur en ce moment (quoiqu'à Nice, vous êtes plutôt bien lotti !) Bizz !

      Posté par soukee, 19 mars 2013 à 17:19 | | Répondre
  • Ma meilleure mie m'en a parlé ce week-end en des termes aussi élogieux que les tiens ! D'autre part, ta référence à Gaudé m'incite encore plus à le lui prendre la prochaine fois !!

    Posté par Véro, 19 mars 2013 à 18:11 | | Répondre
    • Ah ? J'espère alors qu'il te séduira autant qu'il m'a séduite !

      Posté par soukee, 20 mars 2013 à 22:03 | | Répondre
Nouveau commentaire