Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 juin 2012

Moi après mois... Juin 2012

Une chouette idée et un beau logo piqués à Moka ! (avec son accord)

Un bilan mensuel des moments forts, émouvants, marquants, drôles, tristes parfois,
bref, de ces instants qui permettent d'avancer et de continuer à se construire au quotidien.

Un peu de moi à Bouquinbourg et beaucoup des autres, aussi, de ceux qui ne sont pas sur la blogo et qui m'accompagnent au jour le jour...

Moi-apres-mois

Des textos qui relatent les pérégrinations corses d'une soeur / Acheter nos billets pour la prochaine saison théâtrale /Organiser un anniversaire qui approche à grands pas... /Un vernis rose trop funky dont j'abuse / Changer notre chambre d'endroit et adorer le cocon que l'on a fait /Stresser en même temps que mes élèves pour le bac / Un été qui approche à vitesse grand v et préparé avec délectation / Voir enfin My week with Marilyn / Un chouette déjeuner avec une copine marrante en perspective / Bouder les soldes et ne pas en être frustrée / Ranger, ranger et encore ranger / Être sous vitamines, pour terminer l'année scolaire / Dormir, dormir et encore dormir / Danser comme une folle à une soirée de boulot... / Râler car la programmation de mon ciné est vraiment destinée à un public ado / Fêter un nouvel anniversaire par Skype, à défaut d'y être... / Rejouer aux Pinatas et m'éclater comme au premier jour avec ces drôles de créatures /Me réinscrire au yoga pour l'année prochaine / Etre désignée au boulot pour un projet culturel assez dément / Assister à un festival médiéval où tout le monde était déguisé et me dire que l'an prochain, moi aussi je le serai ! / Célébrer la fêtes des pères/mères par Skype, encore... / Bailler devant Blanche-Neige et le Chasseur... / Recevoir un paquet surprise d'une amie loin et me dire qu'elle est vraiment géniale ! / Rêver à notre mutation dans les Antilles, un jour... / Une énième fête de la Musique sous la pluie / Textoter des amies loin, à défaut de les voir /

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


28 juin 2012

Vous prendrez bien une tasse de thé ? Claude Keller

Vous prendez bien une tasse de théVous prendrez bien une tasse de thé ? est le premier roman du psychothérapeute Claude Keller paru en mai 2012 chez Plon.

Lyon, l'hiver. Dora, quinze ans, est une lycéenne brillante. Fille d'un psychanalyste et d'une soprano, la jeune fille est destinée à un brillant avenir. Mais le jour où elle rencontre Benjamin, vingt-deux ans, enfant de la Ddass et voyou à ses heures, sa vie bascule. Dora décide de fuguer pour le rejoindre. Mais elle n'est pas au bout de ses surprises. Car la vieille dame qu'ils rencontrent dans la rue les emmène dans un immeuble bourgeois où tout va basculer. Les vies ordinaires vont voler en éclat et les masques tomber. Et Dora et Ben sont loin d'être les seuls concernés : tout l'immeuble le sera.

A la manière d'un Perec, Claude Keller nous propose, dans son roman, de se focaliser sur un immeuble et ses habitants à un instant t.
Un engrenage se met en place, et tous les personnages vont se rencontrer, alors même que rien de les y destinait. Certains avec leurs blessures, d'autres avec leurs vices ou encore leur violence, et la jeune héroïne se retrouve bien vite au milieu d'un théâtre de violence et d'excès complètement étranger à son univers confortable.
Le suspense ne cesse d'augmenter et l'étau de se resserrer autour de ce couple de jeunes un peu paumés. A la façon d'une pièce de théâtre, Claude Keller fait minutieusement converger tous ses personnages au 7 rue d'Auvergne et le compte à rebours se met en marche.
Mais si l'idée de départ est bonne, malheureusement, le tout s'essouffle rapidement. La psychologie des personnages est légère et sombre souvent dans la caricature. Le schéma jeune fille de bonne famille / jeune garçon paumé de la Ddass est trop éculé pour réellement fonctionner. L'auteur affuble ses personnages de personnalités et de caractères ô combien faciles : le gamin de la Ddass à qui rien ne sourit, la jeune bourgeoise qui a sauté une classe et aux parents CSP+, la jeune punk avec épingle à nourrice dans ses oreilles en rupture avec sa famille, la veuve riche et un peu gaga, etc. La galerie de personnages ressemble à n'importe quel saga de l'été ou feuilleton télévisé... C'est ennuyeux et ça manque de saveur.
C'est bien dommage, car l'alternance de points de vue offre à l'intrigue un dynamisme bienvenu et permet au lecteur de s'immerger complètement dans ce vaudeville contemporain qui aurait pu être drôle, émouvant, poétique même (comme le promettait la quatrième). Mais rien de tout cela pour moi. Je n'ai pas réussi à prendre en sympathie les personnages ni m'intéresser vraiment à leurs sorts. Malgré une construction narrative intéressante et un suspense indéniable, j'ai refermé ce roman un peu déçue.
Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Plon  pour ce livre reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

27 juin 2012

Zombillenium T.1 Gretchen, Arthur de Pins

Zombillenium TZombillenium est une série de BD d'Arthur de Pins comptant actuellement 2 tomes. Le premier, sorti en août 2010, s'intitule Gretchen. Et à force de l'avoir vu sur la blogosphère, je voulais savoir ce qu'il en était.

Zombillenium est un parc d'attractions où la peur est le maître mot. Chaque employé est une créature effrayante. Et Aurélien, trompé par sa femme et complètement désabusé, va vite s'en rendre compte. Tué accidentellement sur le bord de la route, il est embauché par Francis von Bloodt, le vampire qui gère le parc.

Au vu du nombre d'éloges sur la blogosphère, je m'attendais, en ouvrant cet album, à quelque chose de décoiffant, de grinçant, etc. Si j'ai aimé l'humour parsemé au fil des pages et qui offre à l'intrigue une dimension noire vraiment appréciable, j'ai trouvé cette dernière un peu légère. L'idée de départ est pourtant bonne - un parc d'attraction qui dupe ses visiteurs avec des créatures réelles que tout le monde croit déguisées - mais elle s'essouffle très vite.
Les dessins, quant à eux, ont un côté très froid. Pas de fioriture ni de rondeurs mais des planches sans relief, au trait qui semble plaqué. Les couleurs, travaillées à l'ordinateur, accentuent ce côté plastique. Je n'ai pas vraiment accroché, ayant  l'impression de lire un dessin animé en BD ! 

Planche 1Bref, un album que je suis contente d'avoir découvert mais une série que je ne poursuivrai pas. 

Ils ont lu ce 1er tome aussi : Manu, Acro, Yaneck, Theoma ...

 Et voici ma 44e participation
à la BD du mercredi de
Mango

  

  Et ma 35e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 14/20)

  Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

24 juin 2012

Le tag des 11 questions

Taguée par CottageMyrtille, que je remercie,
je me plie au jeu du tag des 11 questions.

Le principe ?
Vous livrer 11 choses sur moi, répondre aux 11 questions qu'elle m'a posées
et en poser 11 à mon tour à 11 personnes (mais faute de temps je saute cette dernière étape)
Reprend ce tag qui veut !

 Point d'interrogationOnze choses inédites sur moi Point d'interrogation

1. Je déteste les haricots verts : on dirait des queues de lézard !

2. Je rêve de savoir jouer la Valse en c mineur de Chopin au piano avant mes 30 ans (mais je crois que ça commence à faire short...)

3. Je me damnerais pour voir Eiffel en concert.

4. Je suis en pleine préparation de mon voyage estival en Chine...

5. Mon appart est envahi de livres (malgré l'achat d'un Kindle !), de DVD et de magazines. Mais en reine de l'organisation que je suis - d'aucuns diraient monomaniaque -, je les ai classés par ordre alphabétique. J'en vois qui rigolent au fond...

6. Je suis fascinée par les chats. La seule chose qui me retient d'en avoir un est mon mode de vie : toujours en vadrouille et en partance. 

7. J'adore les jeux vidéo, depuis mon plus jeune âge. Si aujourd'hui j'y passe moins de temps et que le cercle des jeux qui trouve grâce à mes yeux se restreint comme une peau de chagrin (Zelda, Assassin's Creed, Fable, Civilization...), jouer est un de mes petits plaisirs de la vie.

8. J'adore le thé et je déteste le café... Mais j'en bois quand même car, psychologiquement, j'ai l'impression que ça m'aide à être en forme. Une habitude contre laquelle mon entourage se bat très régulièrement...

9. J'adore dormir.

10. A défaut de pouvoir continuer à faire de la danse indienne, je me plonge dans la pratique du yoga qui m'aide à appréhender la vie d'un autre oeil.

Edit du 26 juin : heureusement que Jérôme  a l'oeil : j'ai oublié la 11e chose inédite sur moi ! Merci ! Erreur réparée ci-dessous :

11. J'aurais pu vous dire que je suis tête-en-l'air, mais la chose n'a plus rien d'inédit (hum hum...). Donc, en exclusivité, je vous avoue que je suis un peu touche-à-tout dans le domaine artistique : acrylique, cours de nus, de pastels, poterie, mosaïque, etc. J'ai essayé beaucoup de choses. Et ma dernière lubie : je fais des bijoux funky en Fimo !

Point d'interrogationLes onze questions de CottageMyrtille Point d'interrogation

1. Que lis-tu en ce moment ? Sauvez Hamlet de Jasper Fforde et Meurtre au café de l'Arbre Sec de Michèle Barrière.

2. Quel est ton moment favori/favorable de la journée pour lire ? Le soir, avant de m'endormir.

3. Combien lis-tu de livres par an en moyenne ? Je ne compte pas...

4. Librairie ou bibliothèque ? Les deux ! Et je rajoute le CDI de mon lycée dans lequel je pioche allègrement ! 

5. D’où te vient ta passion de la lecture ? De mon enfance, je pense, et du fait que mes parents m'ont toujours lu/raconté des histoires et qu'il y avait plein de livres chez moi.

6. Quel genre apprécies-tu le plus (policier, chick-lit… à moins que ce ne soit le théâtre ou la poésie…) ? Cela dépend des moments. J'apprécie beaucoup de genres littéraires différents. En fait, quasiment tout sauf la chick-litt, la bit-lit, les polars ésotériques et les romans sentimentaux.

7. Peux-tu citer un livre à emporter à la plage ?  Je ne sais pas trop, je n'y vais plus depuis quelques temps... Plus jeune, j'aimais bien relire des Agatha Christie sur la plage. Le décalage entre la campagne anglaise pluvieuse et la chaleur que j'éprouvais me procurait un bien-être délicieux.

 8. ...Un livre à emporter sur une île déserte ? Prenez soin de vous de Sophie Calle, sans aucun doute !

 9. ...Un livre de cuisine à conseiller ? Le Larousse de la cuisine du monde, un must quand on veut se lancer dans des pakoras, des chappatis, des bricks ou encore des enchiladas !

10. Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ? En documentaire, Les disparus de Shangri-La, en fiction, Enola Game.

11. Lis-tu des prix littéraires, si oui lesquels ? Non, mes choix de lectures ne sont pas déterminés par les récompenses ou les prix.

Voilà pour moi.

Si vous avez envie de reprendre ce tag, libre à vous !


Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

19 juin 2012

Ce jour-là, Willy Ronis

Ce jour-làCe jour-là est un livre du photographe français Willy Ronis publié en 2006 au Mercure de France dans la collection Traits et Portraits et disponible en poche chez Folio depuis 2008.

Autoportrait, 1947

Willy Ronis présente, dans ce livre, 52 photos qu'il a prises au cours de sa carrière. Qu'elles soient personnelles ou non (son épouse est souvent le sujet de sa photo), prises sur le vif ou posées, chacune est présentée dans ce livre, accompagné d'un texte de Willy Ronis. Chaque photo commence par : "Ce jour-là"...

J'ai commencé à lire ce court livre un peu par hasard, entre deux romans, et bien m'en a pris ! J'ai été complètement happée par ce que Willy Ronis relate. Ce dernier a la capacité, en quelques phrases, d'embarquer son lecteur dans son sillage et de lui donner à voir un aperçu de son regard singulier sur le monde. Chaque nouvelle photo est l'occasion d'apprendre à regarder différemment, de réfléchir, de penser au talent de l'auteur, aussi.
Je ne vous mentirai pas : j'ai très souvent été bluffée par le résultat de chaque photo, sans apprécier pourtant le potentiel du plan de prime abord.
Si Willy Ronis ne possède pas une plume mémorable, il parvient néanmoins à transmettre sa passion dans chacun des textes qui accompagne ses photos. Et, pour ma part, j'ai été conquise... Merci Tosty pour ce conseil de lecture !

Laissez-vous conter la photographie par Willy Ronis !

"Le moment où je choisis de prendre une photo est très difficile à définir. C'est très complexe. Parfois, les choses me sont offertes, avec grâce. C'est ce que j'appelle le moment juste." (p.10)

"Juste avant, il n'y avait rien, et juste après, il n'y a plus rien. Alors, il faut toujours être prêt." (p.98)

"J'ai la mémoire de toutes mes photos, elles forment le tissu de ma vie et parfois, bien sûr, elles se font des signes par-delà les années. Elles se répondent, elles conversent, elles tissent des secrets." (p.149)

Willy Ronis  willy-ronis-1-2,M26963

willy-ronis-2-2M26966

Une chronique de soukee rangée dans Documentaires - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


14 juin 2012

Patty Diphusa, la Vénus des lavabos, Pedro Almodóvar

Patty Diphusa - La Vénus des lavabos AlmodovarPatty Diphusa est un recueil de textes d'Almodóvar publiés dans des revues espagnoles entre 1985 et 1989. 

Ce recueil s'ouvre sur le personnage de Patty Diphusa, star du porno inventée par Almodóvar qui s'épanche sur ses déboires sexuels et sentimentaux, sur fond d'un Madrid enfiévré.

J'adore Almodóvar en tant que réalisateur. La découverte de ce livre, (présenté comme un roman, cherchez l'erreur !) a été une très bonne surprise. L'éditeur et la préface nous promettent une sorte de quintessence du réalisateur. Fabuleux...
Quelle déconvenue ! Pour ma part - et pourtant je ne fais pas ma mijaurée - je n'ai trouvé que mauvais goût et vulgarité dans ce recueil. Le personnage de Patty Diphusa sonne creux et donne à voir à ses lecteurs sa vie de débauche madrilène dans toute sa splendeur. Ça aurait pu être érotique, avoir quelque chose qui aurait pu être séduisant, mais non. C'est plat, vulgaire et parfois franchement glauque. Viols et parties fines se succèdent à un rythme endiablé, et la pauvre Patty semble confondre son métier et son amour de la chair.
La parution périodique offre un rendu décousu qui manque singulièrement d'unité. Visiblement, le recueil est scindé en trois parties (le récit de Patty Diphusa n'étant que la première), mais je ne saurais vous dire : ce petit livre de 160 pages m'est tombé des mains à peine arrivé à la page 80...
C'est bien dommage ! Je reste sur mon admiration d'Almodóvar en tant que réalisateur et tente d'oublier cette rencontre littéraire fort déplaisante...


Une chronique de soukee rangée dans Littérature espagnole - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

13 juin 2012

Mortelle Adèle T.1 et 2, Tan et Miss Prickly

Mortelle Adèle est une série de BD pour enfants de petit format (12x15 cm) dont les deux premiers tomes, Tout ça finira mal et L'enfer, c'est les autres, sont parus en février 2012 chez Tourbillon. Ses créateurs ? Deux jeunes français, Antoine Dole, alias Tan, au scénario, et Isabelle Mandrou, alias Miss Prickly, pour les illustrations. Le troisième tome des aventures d'Adèle sortira le 28 juin en librairie.

                                                      Mortelle Adèle T  Mortelle Adèle T

Adèle est tout sauf un ange : elle déteste tout le monde, adore martyriser son amoureux, traumatiser ses parents avec ses expériences scientifiques et railler ses petits camarades. Précoce, la petite fille n'hésite pas une seconde à faire chanter le Père Noël, essayer d'envoyer son chat sur la lune ou encore tenter de se faire payer par sa maîtresse pour chaque devoir rendu...

Vous l'aurez compris, Adèle est une gamine qu'on préfère découvrir en album qu'avoir à ses côtés ! Son intelligence lui permet dePlanche 1 Mortelle Adèle regarder le monde à travers le prisme de l'enfance teinté de réflexions d'une maturité déconcertante. Pas d'intrigue suivie, dans ces deux albums, mais une série de gags et des tranches de vie humoristiques d'Adèle et de ses proches.
L'humour est noir et grinçant, et j'ai souvent ri aux péripéties de cette petite teigne d'Adèle. Les auteurs réussissent à créer des gags en deux ou trois cases. C'est simple, rapide et efficace. 
L'ironie est maniée avec finesse et le jeune Adèle s'en donne à coeur joie. Pas sûr que les plus jeunes en perçoivent toute la subtilité, mais pour un public adulte ou en mesure de la comprendre, c'est parfait !
Au fond, malgré toutes les méchancetés qu'elle fait subir à son chat ou ses proches, la petite Adèle a un côté attendrissant : le lecteur ne peut que remarquer que son anti-conformisme est dû à sa différence. Trop mature pour les enfants de son âge, Adèle les méprise et se joue de sa candeur enfantine pour désarmer les adultes.
Petit bémol, en revanche, pour le dessin. Le trait, trop minimaliste, manque de singularité. Il colle de façon diamétralement opposée à l'héroïne et oppose à son cynisme un univers enfantin, mais il lui manque un petit quelque chose pour sortir du lot et rester en mémoire. C'est dommage, mais l
'essentiel est ailleurs.
Bref, c'est cynique, très cynique. J'adore ! Allergiques à l'humour noir et grinçant, passez votre chemin et ne croisez pas Adèle !
Merci à Inès et aux Editions siteon0_130x51 pour cette découverte.

Jérôme aussi a découvert cette petite peste...

Et voici ma 43e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 

 Et ma 34e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 15/20)

 Top BD

 

Envie d'en savoir plus ? Rendez-vous sur le site consacré à Adèle !

Capture

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

12 juin 2012

Délivrez-moi, Jasper Fforde

Délivrez-moi !Délivrez-moi est le deuxième tome des aventures de Thursday Next, l'héroïne de la série déjantée créée par l'écrivain britannique Jasper Fforde. Publié en 2001 en Angleterre, ce roman est paru en 2005 en France chez Fleuve Noir.

Thursday, tout juste mariée à son amour de jeunesse Landen, est de retour à Swindon, la ville qui l'a vue grandir. La jeune femme, enceinte, y goûte une vie douce après le tumulte précédent. Mais ce calme est de courte durée : le groupe Goliath, dont elle a enfermé un membre dans le poème Le Corbeau de Poe, décide d'éradiquer son mari ! Seule Thursday se souvient de son existence... La jeune femme n'a plus qu'à essayer de rentrer dans le poème de Poe pour libérer le membre de Goliath. Mais sans portail de la prose - qui permet de voyager à l'intérieur des livres - tout devient plus compliqué ! Surtout quand un membre de la famille d'Achéron Hadès, son pire ennemi, s'en mêle...

Délivrez-moi ! est tout aussi barré que le premier tome des aventures de Thursday - si ce n'est pire - et j'ai retrouvé avec grand plaisir la détective littéraire et son univers complètement loufoque. 
Les choses se corsent pour la jeune femme, et Jasper Fforde va encore plus loin dans ses trouvailles fantasques : Thursday voit son mari mourir à l'âge de 2 ans (sans avoir pu le connaître, donc !) mais est toujours enceinte de lui, elle rejoue certaines scènes de sa vie en revenant dans le passé, communique par notes de bas de pages avec son avocat, etc. Aucun doute : Jasper Fforde a de l'imagination et beaucoup d'humour ! 
Ce deuxième tome permet à l'auteur d'ancrer davantage ses personnages dans cet univers singulier. S'ils ne gagnent pas forcément en épaisseur psychologique, ils n'en demeurent pas moins attachants.
Les références littéraires - en particulier à la littérature anglaise - pullulent et ponctuent le texte de références savoureuses. Thursday croise ainsi Heathcliff, les personnages des Grandes Espérances, etc. 
Une excellente suite, donc, au rythme peut-être un peu plus lent que le premier tome, et à l'intrigue un brin enchevêtrée, mais tout aussi agréable à lire.

Elles ont lu ce roman aussi : Kathel, Karine:), Laure du Miroir...

                                                                        Le Puits des Histoires Perdues Sauvre Hamlet ! Le début de la fin

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

11 juin 2012

Fin du suspense : résultat du tirage au sort pour Les disparus de Shangri-La

Le logiciel Hasard a encore une fois servi de main innocente
pour vous départager...

La gagnante est donc Violette !

Bravo ! Tu remportes un exemplaire des Disparus de Shangri-La.
Merci de m'envoyer ton adresse par mail afin que je la transmette à l'éditeur.

Merci à tous de votre participation et à bientôt !

 

Une chronique de soukee rangée dans Concours - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

06 juin 2012

La page blanche, Boulet et Pénélope Bagieu

La page blancheLa page blanche est un album collaboratif signé Boulet pour le scénario et Pénélope Bagieu pour les dessins sorti chez Delcourt en janvier 2012.

Une jeune femme est assise sur un banc. Qui est-elle ? Que fait-elle là ? Elle n'en sait rien. Sa vie est un mystère qu'elle doit élucider. Eloïse, c'est son nom, part à la conquête de sa vie. Aidée d'une de ses collègues, mise dans la confidence, elle tente de faire illusion face à ses proches et de mener l'enquête.

J'aime bien ce que fait Pénélope Bagieu. J'aime son humour et son trait minimaliste. J'avais particulièrement aimé Cadavre exquis, que j'avais trouvé bien ficelé.
Je ne connais pas Boulet. Cette collaboration m'intriguait. Et si l'idée de départ m'a séduite, la magie n'a pas opéré. La quête identitaire de l'héroïne est un peu longue et les temps morts se succèdent. J'étais intriguée, au début, des mystères qui opacifiaient sa vie, pour, au fil des pages, m'en désintéresser.
Je ne peux pas vraiment dire ce qui m'a déplu. Une intrigue principale assez maigre, qui tourne vite en rond ? Un dénouement plus profond que l'album ne l'a été dans sa quasi totalité et qui détonne avec l'ensemble ? Le ton faussement léger ? Une héroïne pas très attachante, un brin caricaturale ? Une envie d'autre chose ? Tout, peut-être ? Bref, un album à côté duquel je suis passée...
Elles ont aussi lu cet album : Leiloona, L’Irrègulière, Antigone, Lili Galipette, Iluze, Emeralda, Saxaoul
, Choupynette...

Et voici ma 42e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 

 Et ma 33 au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 12/20)

 Top BD

La page blanche planche 1 La page blanche planche 4

 

La page blanche planche 2

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,