Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

29 janvier 2012

Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe, Andrew O'Hagan

Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marylin Monroe , Andrew O'HaganVie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe est une oeuvre du romancier écossais Andrew O'Hagan parue en 2010 avant d'être traduite en France en 2011.

Marilyn pleure son mariage avorté avec Arthur Miller. Pour la consoler, Frank Sinatra lui offre un chien. Et c'est Maf, ce petit bichon, qui va nous raconter l'histoire de la belle actrice. Entre réflexions philosophiques, citations tirées de grands classiques et analyses politiques, le petit chien de Marilyn observe tout et critique tout. 

Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe est une biographie de Marilyn très originale. Plutôt que de revenir sur l'enfance de celle qui fut la star hollywoodienne par excellence, ses amours et ses problèmes, Andrew O'Hagan s'offre le luxe de faire prendre en charge la narration par un chien. Et le résultat est furieusement réussi ! 
Maf est un condensé de snobisme intellectuel qui juge d'un oeil acéré la société qui entoure sa belle maîtresse qui sent si bon. Adopter le point de vue du compagnon invisible de Marilyn, son chien, permet à Andrew O'Hagan de brosser un portrait décalé de cette dernière, entre fascination et incompréhension de son compagnon.
Si j'ai déjà beaucoup lu sur cette actrice (fictions et biographies), j'ai aimé me replonger dans un pan de sa vie avec ce roman. J'ai ri, je me suis interrogée sur la véracité de certains faits, bref, j'ai aimé cette lecture !

Cette lecture me permet d'inaugurer ma participation au Challenge Biographie d'Alinéa et de poursuivre mon Challenge Marilyn chez George.

Challenge Biographie

Je tiens à remercier libfly ainsi que Le cercle points pour ce roman reçu dans le cadre de l'opération Un poche, Un(e) mordu(e), Une critique !

 

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


28 janvier 2012

Tag Etre ses livres

Voici un tag initié par Calypso, mais c'est Liliba qui m'a taguée.
Le principe ? Se définir avec des titres de livres que nous avons lus...

Je me lance !
(avec les liens vers mes billets pour vous éviter le :
« C'est de qui ça ?? »)


Décris-toi : La reine des lectrices

Comment te sens-tu : La dame pâle

Décris là où tu vis actuellement : De l'autre côté du miroir

Si tu pouvais aller n'importe où, où irais-tu : La cité des livres qui rêvent

Tes meilleures amies sont : Prodigieuses Créatures

Toi et tes amis, vous êtes : Ceux qui sauront

Comment est le temps : Quelque part entre les ombres

Ton moment préféré de la journée : Petit déjeuner chez Tiffany

Ton animal préféré : Lion qui rapetisse

Ton moyen de transport préféré : Rien

Ta passion : C'est décidé, je pars !

Le défaut qui t’horripile le plus : La colère des aubergines

Le métier qui te fait rêver : J'aurais adoré être ethnologue

Ton histoire d’amour : Les années douces

Qu'est-ce que la vie pour toi : La solitude lumineuse

Ta peur : La bibliothèque, la nuit

Quel est le meilleur conseil que tu as à donner : Prenez soin de vous

Pensée du jour : Mots d'amour secrets

Comment aimerais-tu mourir : La mort muette

La condition actuelle de mon âme : Le coeur cousu

Ton rêve le plus cher : Le sens du bonheur

Ce tag a déjà bien tourné. Mais si FondantOchocolat, L'Ogresse et Latite
ne l'ont pas eu et souhaitent jouer le jeu, alors je les tague officiellement !


Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

26 janvier 2012

Beignets de tomates vertes, Fannie Flagg

Beignets de tomates vertesBeignets de tomates vertes (Fried Green Tomatoes) est l'oeuvre la plus connue de la romancière et actrice américaine Fannie Flagg. Publiée la première fois en 1987, elle a été traduite en plusieurs langues et a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par John Avnet en 1991.

Evelyn Couch est une quinquagénaire dépressive et malheureuse. Lors d'une visite à sa belle-mère, dans la maison de retraite de Rose Terrace, elle fait la connaissance d'une des pensionnaires, Mrs. Threadgoode. Les deux femmes sympathisent et Mrs. Threadgoode, veuve et sans famille, fait revivre son passé en Alabama, dans la petite ville de Whistle Stop, avec ses habitants, et surtout son café. En 1929, lorsque l'établissement ouvre ses portes, les Noirs n'ont pas le droit d'y entrer, le Ku Klux Klan sévit et les lois raciales ont la dent dure. Mais Ruth et Idgie, qui tiennent le café, n'en ont cure ! Et la petite communauté s'entraide malgré les différences et les forts caractères.

Je ne lis pas beaucoup de littérature américaine, j'avoue. Je suis peu attirée par ce pays et sa littérature. Mais il y a quelques mois, un collègue m'a parlé de ce roman dont le titre m'intriguait depuis des années. Et je ne sais plus où ni à quelle occasion je l'ai acheté, pensant le lire cet été.
Après un été pauvre en lecture, et me trouvant à court de livre un soir (c'est rare !), j'ai ouvert la première page de ce roman. Juste pour lire l'incipit. Juste pour voir si... Juste... Vous m'aurez comprise : je me suis fait avoir dès la première phrase, dès la première ligne de ce roman ! Impossible de décrocher mes yeux du texte ! Au point de quasiment sacrifier ma nuit entière (terminer à 4h quand on se lèvre à 7h, c'est rude !) Et pourtant, les Etats-Unis et moi, c'est loin d'être une grande histoire d'amour...
Tout est aboslument incroyable dans ce roman. Sa construction narrative tout d'abord, qui alterne les époques, mais aussi les genres. Le roman commence en effet en 1929, à l'ouverture du café de Whistle Stop, puis n'a de cesse de varier entre les époques : la fin des années 80 avec le présent d'Evelyn et de Mrs. Threadgoode, à la maison de retraite, l'enfance de Nini, alias Mrs. Threadgoode, etc. La narration est parfois prise en charge par Dot Weems, qui écrit la gazette de Whistle Stop, parfois par le journal de Birmingham, etc. Sans jamais perdre son lecteur, Fannie Flagg l'entraîne dans cette histoire incroyable d'une petite ville d'Alabama, aux habitants drôles et fiers malgré tout. Malgré la menace qui rôde, la pauvreté et la misère qui sévissent, les divergences d'opinion qui persistent.
Les personnages qu'elle dépeint sont furieusement vraisemblables. Evelyn et ses complexes, Mrs. Threadgoode est ses souvenirs d'enfant qui s'estompent, Idgie le garçon manqué au grand coeur, la belle et douce Ruth, etc.
J'ai plongé avec délice dans ce roman, me surprenant à tourner les pages sans me soucier de l'heure. J'ai euCoup de coeur 2012 l'impression de rencontrer une grande famille de personnages aux valeurs profondément humanistes. Fannie Flagg nous permet de lever un voile sur un pan de l'histoire des Etats-Unis et le fait avec brio ! Pas de misérabilisme ni de jugement. Juste une intrigue et des personnages attachants, sur fond de contexte historique. C'est brillant, sans aucun doute ! (et ça file des complexes au point de vue de la construction narrative...)

Un nouveau
coup de coeur, sans aucune hésitation, que je vous conseille de lire
au plus vite !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [59] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

25 janvier 2012

Le Cabaret des muses T.1 Au Moulin-Rouge, Gradimir Smudja

Le Cabaret des Muses TLe Cabaret des muses est une série de BD en cours, en 4 tomes pour le moment, écrite et dessinée par Gradimir Smudja. Au Moulin Rouge en est le premier tome, paru en 2007 chez Delcourt.

Paris, 1889. Montmartre en est le centre, le coeur névralgique, là où se presse toute la bohème de l'époque et où Henri de Toulouse-Lautrec passe ses journées et ses nuits. Le peintre, issu d'une famille aristocrate, a quitté sa famille pour rejoindre l'univers artistique parisien de ce XIXe siècle finissant. Entre l'ivresse et la peinture, ses amis et ses cauchemars, le peintre entraîne le lecteur à travers sa vie et ses oeuvres.

Encore un album choisi au hasard de mes pérégrinations à la bibliothèque (vive la sérendipité comme dirait l'autre !), choisi tant pour son sujet que pour ses illustrations.Planche
Gradimir Smudja
nous offre ici une interprétation à la fois onirique, comique et artistique de la vie du peintre Toulouse-Lautrec. Au fil des pages, le lecteur croise certaines de ses oeuvres, mais aussi les contemporains et amis du peintre : Cézanne, Van Gogh, Degas, etc.
Le trait est rond, à l'image du petit homme, les dessins sont soignés et détaillés et les couleurs pastels complètent ce parcours artistique et biographique.
Pour autant, je n'ai pas vraiment accroché avec cette lecture. Malgré le talent de Smudja et son hommage à un peintre que j'aime beaucoup, je n'ai pas pris beaucoup de plaisir à tourner les pages de cet album. L'intrigue est très décousue et alterne cauchemars du peintre et rencontres en tous genres. Je n'ai pas vraiment compris le fil narratif - s'il y en a un - et plusieurs fois j'ai vérifié ne pas avoir sauté de page tant je ne comprenais pas la transition...
Bref, un album intéressant visuellement parlant, mais cela s'arrête là pour moi...

 Et voici ma 33e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 24e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 14/20)

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

22 janvier 2012

Argentina, Argentina... Christophe Léon

Argentina, ArgentinaArgentina, Argentina... est un roman de Christophe Léon paru en août 2011 aux Editions Oskar.

Pascal est journaliste. Pour préparer son article sur les enfants volés par les militaires argentins durant la junte, il part à la rencontre d'Ignacio, un de ces enfants désormais adulte.
Les deux hommes vont s'apprivoiser et Ignacio va livrer à Pascal son histoire et l'histoire de sa famille, lors des heures sombres de son pays. La disparition de ses parents, son adoption par un colonel et sa femme, les retrouvailles avec sa grand-mère, des années après, et sa construction personnelle malgré une enfance brisée.

Argentina, Argentina... est un roman assez court mais d'une intensité dramatique remarquable. Christophe Léon ne s'attarde pas sur des détails inutiles - comme la vie personnelle de Pascal, le journaliste, ou son projet d'article - et prend le parti de centrer son récit sur un pan de l'histoire de l'Argentine, raconté par un personnage adulte à travers ses souvenirs d'enfant.
J'ai été très émue à la lecture de ce récit, le trouvant à la fois vibrant d'émotion et tout en pudeur. Les deux hommes s'apprivoisent progressivement et aplanissent au fil des heures leurs différences culturelles, personnelles, etc. C'est beau, c'est simple. Pas de fioriture ni de plume aux envolées lyriques. Juste une rencontre entre deux personnages et un lourd passé qui ressurgit.
J'ai vraiment passé un très bon moment avec ce roman jeunesse. Il m'a permis d'en savoir un peu plus sur un pays dont j'ignore quasiment tout. Par contre, je m'interroge sur la réception par des adolescents : comment vont-ils appréhender ces détails historiques qui ne sont pas vus en cours, qui ne sont pas médiatisésLecture pro aujourd'hui, dont on ne parle pas en France à l'heure actuelle ? Je le verrai vite, car c'est une lecture que j'ai faite dans un cadre professionnel !

Lectures communesJ'ai lu Argentina, Argentina... en lecture commune avec Eidole, rencontrée il y a peu par blogs interposés (une lecture commune qui nous a permis de mieux nous connaître !) Je m'en vais voir de ce pas ce qu'elle en a pensé !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


19 janvier 2012

Notre Dame de Paris, Victor Hugo et Benjamin Lacombe

Notre Dame de ParisBenjamin Lacombe s'est penché sur le chef-d'oeuvre de Victor Hugo... Le résultat ? Un projet audacieux en deux volets et un premier tome paru en novembre 2011 chez Soleil.

Inutile de vous présenter ici l'histoire bien connue de la belle Esmeralda et de ses prétendants, dans un Paris en pleine effervescence.

Je souhaite davantage m'attarder sur le projet de cet album et sa réalisation. Si les adaptations de classiques en albums ou en  bandes dessinées sont courantes de nos jours, rares sont celles qui présentent le texte intégral.
C'est le cas ici. Benjamin Lacombe illustre les mots de Victor Hugo et leur offre un univers pictural singulier. J'aime beaucoup son travail, en général, et là encore je n'ai pas été déçue. Si l'on retrouve son trait habituel, Benjamin Lacombe nous donne à voir avec cet album un autre aspect de son talent et offre un bel hommage au texte d'Hugo. Trahison car interprétation par l'image, certes, mais respect de celui-ci, complémentarité même. Les illustrations ne prennent pas le pas sur le texte mais viennent le compléter sans jamais l'écraser.
Un très bel objet qui permet d'aborder le texte originel d'une autre manière. Un choix graphique réussi qui donne l'impression au lecteur d'avoir entre les mains un manuscrit ancien (grâce aux enluminures, à l'épaisseur du papier, à sa teinte...) Un album à réserver aux plus grands, pour bien appréhender les subtilités du texte hugolien, ou à feuilleter avec les plus jeunes pour en apprécier l'esthétique.
Un magnifique album que j'ai adoré découvrir. Il ne reste plus qu'à attendre le second volet ! Un grand merci à Bénédicte et aux Éditions Soleil pour la découverte de cet album.


        Esmeralda  Quasimodo

 

                                                     Préface

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

18 janvier 2012

Alice au Pays des Merveilles, David Chauvel et Xavier Colette

AliceAujourd'hui, je vous présente une adaptation en BD du célèbre roman de Lewis Carroll, signée David Chauvel pour l'adaptation du texte et Xavier Colette pour les dessins. Parue en 2010 chez Drugstore, elle a attisé ma curiosité dans les rayons de ma bibliothèque.

L'histoire de la petite Alice est bien connue : un lapin blanc, une folle course-poursuite, des personnages tous plus loufoques les uns que les autres, un procès injuste et de l'absurde à chaque page...

Cet album signe mon retour au rendez-vous hebdomadaire de Mango, que j'ai un peu déserté ces derniers temps. Par manque de temps, justement, mais surtout d'envie. J'ai eu une baisse de lecture ces derniers mois, et en particulier de BD.
Mais me voici de nouveau ! Et ce retour se fait avec un album à l'intrigue facile car connue mais aux dessins audacieux. En alternant avec brio onirisme et noirceur, Xavier Colette nous offre une adaptation très personnelle du roman de Carroll. La petite Alice n'est pas d'une blondeur candide, le Chat du Cheshire est plus inquiétant que jamais et la Reine de Coeur a tout d'une marâtre affamée sortie de l'univers d'Edvard Munch. Très loin des illustrations de John Tenniel, d'Arthur Rackham ou encore de l'univers Disney ! Les planches alternent les compositions et créent une jolie dynamique de lecture.
J'ai aimé me plonger dans cet univers ambivalent, entre rêve et cauchemar, qui fait la part belle au non-sense et à l'absurdité du rêve d'Alice au détriment du côté plus édulcoré souvent dépeint. Un album dans lequel on plonge, telle la jeune Alice de la couverture...


          Alice 1 Alice 2

               Alice 3  Alice 4   

 Et voici ma 32e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 23e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 17/20)

Avec un peu de retard, voici les 10 premiers titres
du Top BD des blogueurs du mois de décembre :

 

  1.  Gaza 1956, Joe Saco, Futuropolis   
  2. Persépolis, Marjanne Satrapi, L'Association                         
  3. Maus, Art Spiegelmann, Flammarion                                            
  4. Tout seul, Christophe Chabouté, Vents d'Ouest                       
  5. Les ignorants, Etienne Davodeau, Futuropolis                  
  6. Le journal de mon père, Jiro Taniguchi, Casterman  
  7. Idées Noires, Franquin, Fluide Glacial                                  
  8. Elmer, Gerry Alanguilan, Ca et là                                              
  9. Black Hole, Charle Burns, Delcourt                                 
  10. NonNonBâ, Shigeru Mizuki, Cornélius                                 

...

Pour la suite, rendez-vous chez Yaneck !


Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

15 janvier 2012

Mon Kindle et moi : 3 mois déjà !

Souvenez-vous...
C'était en octobre dernier. 
Le 15, précisément.
J'étais enthousiaste à l'idée de vous présenter mon achat : le dernier né d'Amaz*n :
le Kindle !

Qu'en est-il de notre histoire, 3 mois après ?

 

 Ce qui m'enchante au quotidien

  • J'aime toujours autant sa légèreté, surtout quand je lis un roman plutôt long comme Le bonheur des dames.
  • La fluidité de la lecture, rendue possible grâce au chargement très rapide des pages.
  • La possibilité de lire des heures dessus sans avoir mal aux yeux (j'ai testé et je confirme !)
  • La possibilité de classer les oeuvres téléchargées : le classement est libre en catégories (j'ai classé mes romans par nationalité d'auteurs), puis, à l'intérieur de ces catégories, par noms d'auteur ou titre d'oeuvre. Avec une centaine d'oeuvres téléchargées, je m'y retrouve donc toujours très bien !
  • La présence de dictionnaires qui permettent rapidement de faire le point sur un terme.

 

 C'est là que le bât blesse...

  • Si le fait qu'il ne soit pas tactile ne me gêne nullement dans ma lecture, lorsque je veux sélectionner un passage ou chercher le sens d'un mot dans le dictionnaire intégré, le curseur est un peu long à manier. Mais ce n'est pas non plus capital au quotidien.
  • Ce n'est pas inhérent à cette liseuse, mais je trouve le prix des livres numériques encore trop chers par rapport au papier (sauf exception de certaines maisons d'éditions qui créent une réelle politique de prix en la matière, comme Bragelonne. Remarquez que je ne leur fais pas du pub - je ne suis pas une lectrice de leurs titres - mais je trouve intéressant leur politique en la matière et je le souligne, voilà tout.) Pour l'instant, je n'ai donc lu que des e-books qui sont dans le domaine public et donc téléchargés gratuitement.

  Bilan

Un bilan très positif à l'heure actuelle. J'ai beaucoup lu sur mon Kindle ces derniers temps (même si je n'ai pas encore eu le temps de publier tous mes billets de lectures) et j'éprouve toujours un grand plaisir à le faire.

De là à vous dire que cette liseuse est mieux qu'une autre, je n'en sais rien. Je n'ai testé que le Kindle et j'en suis très contente. Point. A vous de voir, si vous hésitez, les caractéristiques des différentes liseuses sur le marché et leur utilité : écran tactile, connexion wifi, encre électronique, stylet, temps de téléchargement des oeuvres, poids, taille de l'écran, possibilité de changer la taille de la police, prix, etc. A chacun de voir ce qu'il attend avec cet achat.

Pour terminer, je ne résiste pas à vous le remettre en photo avec sa jolie housse de chez Etsy.com


Kindle

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [56] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

11 janvier 2012

Swap Chocolat et Cinéma

 L'hiver est loin d'être terminé.
Il fait froid, humide, et l'envie de rester au chaud à bouquiner
ou regarder un film est grande.
Tout comme celle de grignoter quelques douceurs ou de cuisiner...
Voilà l'occasion rêvée de lancer mon deuxième swap !

Swap Chocolat et cinéma

Précisions sur le thème du swap

Loin de moi l'idée de centrer ce nouveau swap uniquement sur le chocolat, mais j'aimais l'idée d'associer les deux mots « chocolat » et « cinéma », deux mots qui évoquent pour moi des moments agréables et du plaisir.
Je vous propose en réalité un swap qui tourne autour de l'univers culinaire et du cinéma. Parce que, de façon tout à fait égoïste, j'aime cuisiner et que j'adore le cinéma. Parce que cinéma et littérature ont toujours été des arts qui se sont interpénétrés au fil des ans. Parce qu'en littérature, il est facile de trouver des références à la gastronomie et à la cuisine. Parce que l'hiver, il est agréable de rester chez soi à regarder un film ou lire un bon roman plutôt que de sortir. Parce que prendre soin de soi, c'est bien. Parce que prendre soin de soi et prendre soin de son binôme, c'est bien aussi.
Pour toutes ces raisons, et pour bien d'autres encore, je lance donc ce nouveau swap.

  Contenu du colis

*1 roman adapté en film (à voir à ce sujet : la biblio réalisée par Babelio)

*1 roman « gourmand » : un roman qui tourne autour de l'univers de la cuisine ou de la gastronomie comme un roman dont le titre fait référence à un aliment ou à l'univers culinaire (ex. : Beignet de tomates vertes de Fannie Flagg ou Le cuisinier de Martin Sutter), ou encore un roman gastronomique (ex. : Meurtre au potager du Roy de Michèle Barrière ou Le chocolat de Joanne Harris). Les possibilités sont nombreuses ! Et pour vous aider, je réaliserai une bibliographie.

*1 livre de recettes

*votre recette fétiche, celle que normalement vous ne donnez à personne et que vous ne pensiez transmettre que sur votre lit de mort. Raté ! Vous la transmettrez à votre binôme, pour son plus grand bonheur, dans la joie et l'allégresse s'il vous plait ! (et sans erreur sur les proportions...)

*1 objet pour mitonner un petit plat, bouquiner ou regarder un film confortablement installé (ustensile de cuisine, coussin, joli carnet pour prendre des notes, etc.)

*Quelques douceurs à grignoter salées ou sucrées

A noter, inutile de se ruiner ! Les livres de poche font parfaitement l'affaire pour les romans, les éditeurs de livres de cuisine sortent des petits modèles peu onéreux, etc.

  Inscriptions

Les inscriptions se font en commentaire. Elles sont ouvertes à toute personne ayant un blog actif consacré aux livres ou ayant au moins une catégorie consacrée à ceux-ci.
Je n'accepterai que les blogueurs que je connais ou qui me sont recommandés par un blogueur que je connais.

Organisation et calendrier

Les envois se font en binôme. Si vous souhaitez directement vous inscrire en binôme, n'hésitez pas à me le signaler. Sinon je formerai moi-même des binômes à partir du questionnaire que vous aurez rempli.
Vous recevrez votre questionnaire à remplir dès que j'aurai reçu votre inscription. 

Le 25 janvier : Date limite d'inscription au swap

Le 28 janvier : Date limite de retour des questionnaires

Le 31 janvier : Réception du questionnaire de son swapé

Du 13 février au 5 mars : Envoi des colis

Le 11 mars : Présentation collective des colis (Edit du 3 mars : modification, la présentation collective se fera le 17 mars)


Binômes

Mrs Pepys   SvCath

FondantOchocolat  moi

Océane     Noukette

sofynet     Yoshi73

 Nesto   Violette

Lounima   Saraswati

Sabbio  Céline

 

Inscriptions closes

 

Des gourmands cinéphiles volontaires ?


      

Saraswati

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [66] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

08 janvier 2012

Mort sur le Nil, Agatha Christie

9782253029342FSMort sur le Nil est un célèbre roman policier de la non moins célèbre Agatha Christie, publié pour la première fois en 1937.

Deux amies, un prétendant volé et un mariage dans la foulée : ainsi débute ce roman. La riche et belle héritière Linnet Ridgeway ainsi que son époux, Simon Doyle, convolent en voyage de noces en Égypte. Mais leur bonheur est gâché par la présence de Jacqueline de Bellefort, la jeune fiancée délaissée.
Lorsqu'ils s'embarquent tous les trois, en compagnie d'autres clients de l'hôtel, sur le vapeur S.S. Karnak pour une croisière sur le Nil, ils ne se doutent pas que la mort rôde. Mais Hercule Poirot veille au grain. Et quand Linnet et retrouvée assassinée et que les soupçons pèsent sur Jacqueline, son ancienne amie, le détective belge s'adonne à son activité favorite : mener l'enquête.

Avec Mort sur le Nil, Agatha Christie signe un roman policier original, qui allie étude de moeurs et réflexion sur son temps. Grande voyageuse, la Reine du crime est en effet habituée aux voyages en Orient avec son premier mari. Et l'intrigue de son roman prend racine dans cette société aisée du 19e siècle dont elle fait partie. Les personnages dépeints font tous (ou presque) partie de cette élite sociale qui occupe son temps en plaisirs et détentes, sans s'occuper d'autre chose que des convenances.
On plonge dans ce roman avec l'envie d'un exotisme lié à ce mode de vie si loin de notre quotidien, sans préoccupation financière ni professionnelle. Mais Agatha Christie, bien qu'appartenant à cette société, en dresse un portrait moins candide qu'il n'y paraît. Et tous ses personnages n'ont pas la chance d'avoir une vie d'oisiveté. Et c'est là que le drame survient.
Une lecture très agréable en ces temps pluvieux. Il fait chaud, sous le soleil égyptien. Et Hercule Poirot excelle à faire tomber les masques, dans le huis-clos étouffant de ce bateau... A lire ou à relire, au choix.Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie

Voici ma dixième et dernière participation au Challenge La littérature fait son cinéma de Will, avec l'unique adaptation cinématographique de ce roman à ce jour, réalisée par John Guillermin en 1978 avec Peter UstinovJane Birkin, Lois Chiles, Bette Davis, Mia Farrow...

 

 
 
Et voici ma cinquième participation au Mois anglais de Lou, Cryssilda et Titine
et une participation rétroactive à mon Voyage dans l'Egypte antique
 
tea2 
 

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,