Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

29 septembre 2011

Soeurs chocolat, Catherine Velle

couv_soeurs_chocolatSoeurs chocolat est le troisième roman de Catherine Velle, paru en 2007.

Une petite communauté religieuse en plein coeur de la France subsiste grâce aux savoureux chocolats qu'elle produit. Mais une menace pèse sur son fragile équilibre : tous les dix ans, deux soeurs doivent aller en Colombie faire valoir leur droit sur les fèves de cacao, faute de quoi, leur part sera attribuée à d'autres. L'échéance arrive, mais avec elle les problèmes. Le secret de fabrication de leurs chocolats, jalousement gardé par les soeurs, attise de nombreuses convoitises. Et lorsque les deux soeurs désignées doivent entreprendre le long voyage jusqu'en Colombie, elles ne sont pas seules. Et les péripéties commencent.

J'ai lu ce roman cet été, alors que j'étais en pause de lecture. Je n'arrivais pas, par fatigue, à fixer mon attention sur les livres que je commençais, et bon nombre me sont tombés des mains.
Soeurs chocolat
a eu le mérité de retenir mon attention grâce à une intrigue simple aux péripéties nombreuses. Si les dialogues sont parfois simplistes, les situations prévisibles et les invraisemblances nombreuses, ce roman propose néanmoins une détente non négligeable et possède une fraîcheur et un comique certains !
Rien de transcendant donc, je dois l'avouer, mais un bon moment de lecture qui a su me réconcilier avec la lecture cet été.
Les avis beaucoup plus enthousiastes de
Sharon et Latite.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


28 septembre 2011

Rural ! Etienne Davodeau

RuralRural ! est une BD parue en 2001 chez Delcourt et récompensée en 2002 au Festival d'Angoulême par le Prix Tournesol - prix en marge du festival, créé à l'initiative des Verts pour récompenser un album sensible aux problématiques écologiques ou porteur de valeurs comme la justice sociale, la défense des minorités et la citoyenneté.

L'album débute en février 2000. Etienne Davodeau a côtoyé pendant un an des agriculteurs pour comprendre leur quotidien dans leur exploitation biologique, le Kozon, à 25km au sud d'Angers. S'occuper des vaches au quotidien, mais aussi des champs, semer, récolter, faire sécher, stocker... Tout ce qu'implique une labellisation agriculture biologique. Et en parallèle, la construction de l'A87 entre Angers et Cholet. Le tracé de cette autoroute qui va défigurer à jamais le paysage et va séparer en deux leur exploitation. Quant à leurs voisins, l'autoroute passe sur leur maison...9782840555834_5

Rural ! est la première BD documentaire que je lis. Et quelle lecture ! Etienne Davodeau nous entraîne dans son projet dès la première page et nous fait vivre à ses côtés le quotidien des personnes qu'il rencontre. On se prend de sympathie pour eux, on suit leur quotidien, leurs avancées comme les embûches qu'ils rencontrent.
On en apprend sur l'agriculture biologique, certes, mais aussi sur la construction d'une autoroute, sur les petits riens, parfois moches, qui déterminent le tracé (le copinage, la corruption, entre autres) et sur l'entraide qui naît lors de situations comme celle-ci.
Pour ma part, j'ai été charmée par cette plongée ultra-réaliste dans l'univers de l'exploitation agricole (ah ! les scènes de vêlage !) . Etienne Davodeau a su donner à voir ces vies disséquées par son coup de crayon. Ses dessins en noir et blanc rendent hommage à son projet de BD documentaire et lui offre une bichromie intéressante. A découvrir, c'est certain !

 

   Et voici ma 24e participation
à la BD du mercredi de
Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1


Et ma 15e au Top BD des blogueurs de Yaneck!
(note : 16/20)

Logo_top_bd_2011

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [19] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

26 septembre 2011

Éloge du gaucher, Jean-Paul Dubois

9782757807217Éloge du gaucher est un essai de l'écrivain toulousain Jean-Paul Dubois paru en 1986 chez Robert Laffont, avant d'être réédité en 2005 par les Éditions de l'Olivier.

Jean-Paul Dubois est un gaucher contrarié. Il est de cette époque pas si lointaine où l'Ecole interdisait aux enfants gauchers d'exprimer leur préférence latérale et les obligeait à devenir droitiers. Comme tout le monde. Parce que c'est comme ça.
Jean-Paul Dubois revient sur cette particularité physique qui oblige une minorité à vivre en inadéquation avec le monde qui l'entoure. L'exemple des ciseaux a été, longtemps, l'exemple phare (mais maintenant il en existe pour gauchers !) mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Que dire du levier de vitesse à droite, du mètre de couturière, des couteaux économes, des tournevis, des fourchettes à gâteaux, de certains becs verseurs, etc. ? A l'envers, forcément, et obligeant les gauchers à se servir de leur main faible - la droite - !
Mais l'auteur ne se borne pas à un inventaire à la Prévert des objets du quotidien qui se révèlent de vrais casses-têtes pour les gauchers. Il dresse ici un portrait des gauchers - avec un détour par certaines catégories de gauchers qu'il a pu identifier - à travers les âges, en insistant sur cette particularité physique qui rend l'idée même de latéralité bancale et condamne cette minorité à une inadaptation face à la majorité.

Je suis gauchère. C'est un fait. Même pas de parents gauchers (ce qui, d'après Jean-Paul Dubois, aurait grandement augmenté ma  malchance de l'être).  Une mère contrariée, sans doute, car trop ambidextre pour être une vraie droitière.
Je suis gauchère, mais de cette génération qui a eu le droit d'exprimer cette différence. Ce qui ne fait pas de moi une personne plus heureuse, juste quelqu'un à l'envers pour beaucoup de choses. Les ciseaux, pour commencer. J'ai dû apprendre de la main droite car les ciseaux pour gauchers n'existaient pas encore. Imaginez le côté pratique de la chose : déjà qu'apprendre à bien couper aux ciseaux en maternelle c'est compliqué... Mais le fait est que j'ai eu la chance, contrairement à l'auteur, de conserver ma main gauche comme main dominante. L'évolution est déjà sensible.
Dénicher par hasard dans la petite librairie de ma ville cet essai de Dubois (repéré lors de sa sortie en grand format) n'a pu rester sans conséquence. J'ai toujours été fascinée par la minorité que représentent les gauchers. Malgré les persécutions et les travers linguistiques que l'on nous assène - passer l'arme à gauche, avoir deux mains gauches, être maladroit, etc. - nous sommes toujours là, au fil des générations. Et toujours plus nombreux d'après l'essai de Dubois. Pourquoi donc les concepteurs d'objets du quotidien (qui semblent tous être droitiers), se bornent-ils à créer des objets uniquement pour les droitiers ? Une question que je me pose quasiment tous les jours... Il y aurait pourtant un credo lucratif pour qui voudrait se pencher sur la question !
Éloge du gaucher
est un texte furieusement bien construit. Il nous entraîne au gré de la pensée de Dubois dans des réflexions souvent drôles sur la latéralité et ses caprices. J'ai adoré. Je m'y suis retrouvée. J'ai ri.
A lire si vous êtes gaucher (cela s'appelle du militantisme), à lire si vous êtes droitier (cela s'appelle de l'ouverture d'esprit), à offrir dans tous les cas (cela s'appelle de la générosité).
Merci Jean-Paul Dubois pour cette analyse de notre condition gauchère !

"Au commencement, je n'étais pas grand-chose. Par la suite, je fus si inexistant que certains me crurent déjà mort. Je me souvient même d'avoir parlé de moi au passé." (p.13)

"Ma main gauche se résigna à son inutilité et se mit à pendre comme une branche morte. Je l'aurais perdue à l'automne que je ne m'en serais même pas aperçu." (p.15)

"Le gaucher se doit d'être digne. Il est ennobli par sa différence. C'est une sorte de particule, une aristocratie intérieure, secrète et permantente." (p.53)

"Comment et pourquoi, malgré les humiliations, les persécutions, les castrations et les frustrations, y-a-t-il pu avoir sur la planète une proportion quasi constante de gauchers ?" (p.80)

"Tous les appareils photos sans exception ont le déclencheur situé à droite. Qu'en conclure ? que tous les appareils photos sans exception ont le déclencheur situé à droite." (p.160)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

24 septembre 2011

Récapitulatif des challenges

Pour y voir plus clair, j'ai décidé de faire un récapitulatif
des challenges  que j'organise et ceux auxquels je participe cette année,
avec leurs échéances et mes billets.
Je le mettrai à jour à chaque nouvelle participation.

 

Les Challenges que j'organise  

C'est la bonne

Quid ? Défi Au coeur de la Rome Antique chez moi.
Quand ? Illimité dans le temps.

Mes participations :
Du sang sur Rome de Steven Saylor
Meurtres sur le Palatin de Cristina Rodriguez
 Murena T.1 de Dufaux et Delaby
L'étreinte de Némésis de Steven Saylor
L'énigme de Catilina de Steven Saylor
Murena T.2 de Dufaux et Delaby
Les Aigles de Rome livre 1 de Marini
Le sexe à Rome de John R. Clarke
Murena T.3 de Dufaux et Delaby
Peur sur Lutèce de Patrick Demory
Le destin de Rome de Fabrice Hourlier
Le Légionnaire de Lata Petra de Paul Christophe Abel
Un Egyptien dans la ville de Steven Saylor

Thermae Romae T.1 de Mari Yamazaki

  Logo 2

Quid ? Challenge Voyage dans l'Egypte antique chez moi.
Quand ? Illimité dans le temps.

Mes participations :

Le Secret d'Osiris de Nabil Mallat
Un crocodile sur un banc de sable d'Elizabeth Peters
La malédiction des pharaons d'Elizabeth Peters

 

Les Challenges auxquels je participe

 

 

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Quid ? Reading Challenge  chez moi
Quand ? du 1er janvier au 31 décmebre 2015

Mes participations :

La nuit de Bombay de Michèle Fitoussi

La nuit de Bombay de Michèle Fitoussi

ContesChallengeQuid ? Challenge Des contes à rendre  chez Catherine
Quand ? Illimité

Mes participations :

(à venir)

   Thursday NextQuid ? The Thursday Next Challenge organisé par Alice
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :

La Dame en blanc de Wilkie Collins
Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald

 

Challenge Polar Historique 

Quid ? Challenge Polar Historique  chez Samlor
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :
Un Egyptien dans la ville de Steven Saylor

Mystère rue des Saints-Pères de Claude Izner
Un crocodile sur un banc de sable d'Elizabeth Peters

 

 index

Quid ? Challenge Maurice Leblanc chez Sharon
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :
Arsène Lupin Gentleman cambrioleur

 

   challenge-marilyn-monroe-c3a9critQuid ? Challenge Marilyn Monroe chez George
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :
Les Vies secrètes de Marilyn Monroe  d'Anthony Summers
Marilyn Monroe, enquête sur un assassinat de Don Wolfe

Marilyn, dernières séances de Michel Schneider
Blonde
de Joyce Carol Oates
Marilyn Monroe, les archives personnelles  de Cindy de la Hoz
Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe
d'Andrew O'Hagan

 

fashion

Quid ? Défi Read me, I'm Fashion chez L'Irrégulière
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :
Brune, blonde, la chevelure féminine dans l'art et le cinéma
Madeleine Vionnet, ma mère et moi
de Madeleine Chapsal
 J'adore ce chapeau de Robyn Johnson
J'adore cette petite robe noire de Robyn Johnson
Helena Rubinstein, la femme qui inventa la beauté de Michèle Fitoussi
Au bonheur des Dames de Zola
Luxomania d'Edwige Martin

 

 47287655

Quid ? Challenge 2 euros chez Cynthia
Quand ? Illimité dans le temps

Mes participations :
L'invité de Roald Dahl
Saison à Copenhague de Karen Blixen
Les amants d'Avignon d'Elsa Triolet
Clara Militch d'Ivan Tourguéniev
La porte condamnée de Julio Cortazar
Au bord du Gange et autres nouvelles de Rabindranath Tagore
La solitude lumineuse de Pablo Neruda
La princesse Ligovskoï de Michel Lermontov
Une vie gaspillée de Rudyard Kipling
La dame pâle
d'Alexandre Dumas

Cercueils sur mesure
de Truman Capote
La femme d'un autre et le mari sous le lit
d
e Dostoïevski
L'étrange histoire de Benjamin Button
de Francis Scott Fitzgerald

Trajets et itinéraires de l'oubli de Serge Brussolo
Le club du suicide de Stevenson
Un rêve d'Armageddon
de
H.G. Wells
Ma première journée en Orient
de Lafacadio Hearn

Au pied du sapin
, Collectif


Les Challenges terminés

Quid ? Challenge Romans Cultes organisé par Métaphore
Quand ? Jusqu'au 31 août 2014

Mes participations :
Les Chroniques de San Francisco saison 1 d'Armistead Maupin
Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald

 

Challenge Gilmore Girls Quid ? Challenge Gilmore Girls  chez Touloulou
Quand ? Jusqu'au 8 octobre 2014

Mes participations :

Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald

615583379Quid ? The Alexander Mc Call Smith Challenge  chez Emy
Quand ? Jusqu'au 15 mars 2014

Mes participations :

 Les Chroniques D'Edimbourg T.1 44 Scotland Street

 

 100401111108872425749689

Quid ? Le Challeng'Ô Swap  organisé par LadyScar
Quand ? Jusqu'au 12 mars 2014

Mes participations :

Incarceron T.1 de Catherine Fisher

 

British Mysteries

 

Quid ? Le Challenge British Mysteries organisé par Lou et Hilde
Quand ? Jusqu'au 30 janvier 2014

 

Ma participation :

La Dame en blanc de Wilkie Collins
La
mort s'invite à Pemberley de P.D. James
Miss Marple au club du mardi
d'Agatha Christie

challenge_lucky_in_2013_coralie1

Quid ? Challenge Lucky in 2013 organisé par Coralie
Quand ? Du 1er janvier au 31 décembre 2013

Mes participations :

 

 

Challenge ABC BabelioQuid ? Challenge ABC de Babelio
Quand ? Du 15 septembre 2012 au 15 septembre 2013

 

Ma liste de livres à lire :

 

Adams, Poppy Le temps des métamorphoses
Bodard, Aliette de D'obsidienne et de sang, Les Chroniques Aztèques T.1
Collins, Wilkie La Dame en blanc
(lu)
Dennis, Patrick Tante Mame (lu)
Ellroy, James Le Dahlia Noir*

Fisher, Catherine Incarceron T.1 (lu)
Gaudé, Laurent Eldorado
Hiraide, Takashi Le chat qui venait du ciel
Izner, Claude Mystère rue des Saints Pères (lu)
James, P.D. La mort s'invite à Pemberley (lu)
Kerouac, Jack Sur la route
Leroux, Gaston La Poupée sanglante

Mc Call Smith, Alexander Les Chroniques d'Edimbourg T.1 (lu)
Nemirovsky, Irène Le Bal (lu)
Orwell, Georges 1984

Peters, Elizabeth Un crocodile sur un banc de sable (lu)
Quignard, Pascal Les escaliers de Chambord
Rilke, Rainer Maria Au fil de la vie
Sackville-West, Vita Toute passion abolie
(lu)
Teulé, Jean Bord cadre
Updike, John Les sorcières d'Eastwick
Van Cauwelaert, Didier Thomas Drimm T.1

Wharton, Edith Le miroir
Xinran Baguettes chinoises

Yourcenar, Marguerite Nouvelles orientales
Zweig, Stefan Lettre d'une inconnue

Mes participations :

La Dame en blanc
de Wilkie Collins (C)
Tante Mame de Patrick Dennis (D)
Incarceron T.1 de Catherine Fisher (F)
Mystère rue des Saints-Pères de Claude Izner (I)
La mort s'invite à Pemberley de P.D. James (J)
Les Chroniques d'Edimbourg T.1 44 Scotland Street d'Alexander McCall Smith (M)
Le Bal d'Irène Némirovsky (N)

Un crocodile sur un banc de sable d'Elizabeth Peters (P)

Toute passion abolie de Vita Sackville-West (S)

challenge-Des-notes-et-des-mots-4

Quid ? Challenge Des notes et des mots chez Anne
Quand ? Du 21 juin 2011 au 21 juin 2013

Mes participations :
Le palanquin des larmes de Chow Ching Lee
Le swing des marquises de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas
Le souffle des marquises de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas
 La samba des Marquises de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas 
Hymne de Lydie Salvayre
La répétition d'Eleanor Catton
Mort à la Fenice de Donna Leon
Frogs and Owls

 

Quid ? Le Mois anglais chez Lou et Titine

 

Titine

 

 Quand ? Du 1er au 30 juin 2013

 

Ma participation :

 

Toute passion abolie de Vita Sackville-West

 

 

 

Quid ? Challenge La littérature fait son cinéma 2 de Will
Quand ? Du 3 avril 2012 au 5 avril 2013

Mes participations :
Julie & Julia de Julie Powell
Les Triades de Shanghai de Bi Feiyu
Rebecca de Daphné du Maurier
Tante Mame de Patrick Dennis
La Dame en blanc de
Wilkie Collins

 

 Challenge Biographie

 Quid ? Challenge Biographie  chez Alinéa
Quand ? ...

Mes participations :

Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe d'Andrew O'Hagan 
Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite de Jin Yi
Julie & Julia de Julie Powell
 

 

 Quid ? Challenge Dragon chez Catherine
Quand ? Du 23 janvier 2012 au 9 février 2013

 Mes participations :
Ma première journée en Orient de Lafacadio Hearn
La brocante Nakano
d'Hiromi Kawakami 
Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite de Jin Yi
Les Triades de Shanghai de Bi Feiyu

 

challenge-sagan-by-delphine

Quid ? Challenge Françoise Sagan chez Delphine et George
Quand ? Jusqu'au 31 décembre 2012

Ma participation :
Toxique

 

 Logo-challenge-gilmore-girls-Karine

 Quid ? Challenge Gilmore Girls  chez Karine:)
Quand ? Jusqu'au 31 décembre 2012

Ma participation :
La petite fille aux allumettes de Hans Christian Andersen

 Halloween 2012, Halloween, challenge de lectureQuid ? Challenge Halloween 2012  organisé par Hilde et Lou
Quand ? Du 1er octobre au 11 novembre

Mes participations :

Créature de la nuit de Kate Thompson
L'hôtel hanté de Wilkie Collins
L'Historienne et Drakula T.1 d'Elizabeth Kostova
Rebecca de Daphné du Maurier
 

 Mon Québec en septembreQuid ? Mon Québec en septembre chez Karine:)
Quand ? Du 1er au 30 septembre

 Ma participation :
Le silence des Cris de Stéphanie de Mecquenem

 

10-jours-japonaisQuid ? 10 jours japonais chez Choco
Quand ? Du 20 au 30mars

Mes participations :
Ma première journée en Orient de Lafacadio Hearn 
La brocante Nakano
d'Hiromi Kawakami

 

Challenge Thriller

Quid ? Challenge Thrillers chez Cynthia
Quand ? Du 15 juin 2011 au 15 juin 2012

 Mes participations :
Tokyo de Mo Hayder
Séquestrée de Chevy Stevens

 

Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie

Quid ? Challenge La littérature fait son cinéma de Will
Quand ? Du 4 avril 2011 au 4 avril 2012

Mes participations :
La Belle et la bête de Jeanne Marie Leprince de Beaumont
Orgueil et préjugés de Jane Austen
Bartleby le scribe d'Herman Melville
Geisha d'Arthur Golden
Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes
Chocolat de Joanne Harris
Raison et sentiments de Jane Austen
Le crime de l'Orient-Express
d'Agatha Christie
Une femme de ménage
de Christian Oster
Mort sur leNil d'Agatha Christie

 

 tea2

 Quid ? Le mois anglais chez Lou, Cryssilda et Titine
Quand ? Du 15 décembre au 15 janvier

 Mes participations :
Meurtre à l'anglaise de Cyril Hare
Frogs and Owls
Seule contre la loi / La piste du crime
de Wilkie Collins
Boys don't cry
de Malorie Blackman
Mort sur leNil d'Agatha Christie

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

22 septembre 2011

Blonde, Joyce Carol Oates

9782253152859Blonde est un roman de l'auteure américaine Joyce Carol Oates publié en 2000.

Tout en se fondant sur des éléments de la vie de Marilyn, Joyce Carol Oates a pris le parti, avec Blonde, d'en faire un roman. Elle l'annonce dès le prologue : « Blonde est une "vie" radicalement distillée sous forme de fiction et, en dépit de sa longueur, la synecdoque en est le principe. » (p.9)

Tout au long de ces 1100 pages, la vie de la belle actrice se déploie sous les yeux du lecteur, non pas comme une biographie, mais comme une histoire. Et c'est ce qui est intéressant. Loin de vouloir savoir à tout prix ce qui s'est passé durant les trente-six années de l'Actrice Blonde, comme elle la surnomme souvent, Joyce Carol Oates présente une femme, dans toute la complexité de ses doutes et de ses failles.

Si j'ai eu un peu de mal à rentrer dans ce roman - la partie consacrée à l'enfance de Marilyn est souvent pesante - je me suis par la suite complètement immergée dans cette fiction, ne sachant pas réellement ce qui était de l'ordre de la biographie et ce qui était du fantasme. L'alternance de narrateurs brouille les pistes et participe de cette impression de flou quant à la vie de Marilyn, tout en faisant écho à ses tumultes intérieurs.
Blonde s'adresse, selon moi, à un lecteur qui connaît déjà en détail la vie de Marilyn, ses films, ses mariages, ses coups d'éclat comme ses passages à vide. Car Joyce Carol Oates refuse de se faire biographe et de s'attarder sur toute la vie de la belle. Elle picore ça et là des épisodes qu'elle a estimé importants dans son parcours personnel et professionnel et nous les distille de façon parfois codée. Joe Dimmagio devient ainsi l'Ex-Sportif, Arthur Miller, le Dramaturge, et tous les réalisateurs ne sont évoqués que par l'initiale de leur nom de famille. Autant donc savoir ce qu'il en est avant d'ouvrir ce roman.
Blonde
est une lecture très forte, qui m'a émue et conquise. Quatrième livre que je lisais consacré au parcours de celle qui fut, un temps, la blonde d'Hollywood, Blonde a su me séduire par sa longueur (j'étais pendant de longues heures au plus près de la vie de Marilyn), son originalité de traitement - loin des biographies plus ou moins élogieuses consacrée à Marilyn - et son ton. Joyce Carol Oates, par sa plume poétique, plonge dans cette vie parfois minuscule pour en faire émerger la quintessence et casser l'image publique rêvée de Norma Jeane. Où s'arrêtent les souvenirs ? Où commence le mythe ? Et dans quelle mesure cette vie connue de tous est fictionnalisée ici ? Je reste sans réponse, mais là n'est pas l'essentiel.

«  Car qu'est ce que le temps sinon ce que les autres attendent de nous ? Ce jeu que nous pouvons refuser de jouer. » (p.24)

« Pourquoi l'aimaient-ils ? pourquoi quand sa vie était en lambeaux comme de la soie lacérée ? pourquoi quand sa vie était en morceaux comme du verre fracassé ? » (p.926)

« L'aimer était la tâche de sa vie et il en était arrivé à penser dans cette ville du désert noyée de soleil que, malgré tout son dévouement, il ne serait peut-être pas à la hauteur de cette tâche. » (p.990)

« Il y a quelque chose en toi que personne n'a, MARILYN. Aucune femme que je connais. Tu vis pour être touchée. Pour être soufflée comme une flamme. Pour être blessée, même ! On dirait que tu t'exposes à être blessée, je ne connais aucune femme qui te ressemble, MARILYN. Aucune image filmée ni aucune photographie n'ont montré ton âme, MARILYN, Lectures communescomme je l'ai vue ce soir. » (p.1043)

Blonde était une lecture commune pour laquelle je suis affreusement en retard (je m'en excuse !) avec L'Ogresse et C.l!ne.

challenge-marilyn-monroe-c3a9crit

Une nouvelle participation au Challenge Marilyn de George

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


21 septembre 2011

Joséphine l'intégrale, Pénélope Bagieu

9782350132389_1_75Cela faisait quelques temps que je n'avais pas lu de BD de blogueuse-dessinatrice, comme Margaux Motin ou encore Diglee. J'ai donc succombé à l'appel de l'intégrale de Joséphine, regroupant les 3 tomes des aventures du personnage éponyme imaginé par Pénélope Bagieu.

Joséphine a la trentaine. Joséphine est célibataire. Joséphine se pose un milliard de questions quant à sa vie, son avenir, son chat, etc. Entre un collègue lourdingue et des copines toujours prêtes à la sortir de son célibat, Joséphine cherche l'homme de sa vie...

Dit comme ça, Joséphine semble être une BD destinée à un public féminin, à la limite de la chick-lit... Mais en réalité, et parce que je ne supporte par l'idée d'un public visé selon son sexe, malgré un personnage féminin égocentré et des préoccupations somme toutes assez superficielles, cet album aborde des thématiques plus larges que celles du célibat des femmes de trente ans et des poussières. L'humour y est omniprésent et si toutes les planches ne se valent pas, elles ont au moins le mérite de m'avoir fait sourire à plus d'un titre. josephine (1)
Le trait de Pénélope Bagieu est assez minimaliste, comme toujours, mais l'utilisation des couleurs prend tout son sens ici, créant des univers particuliers à chaque planche. Pénélope Bagieu soigne les ambiances de ses vignettes, offrant à celles-ci une atmosphère à chaque fois singulière.
Joséphine est un personnage attachant dans ses failles et ses doutes et évolue au fil de ces trois tomes (clairement distingués au sein de cet album intégral).
Si le troisième tome m'a un peu déçue - sans vous en révéler la teneur, j'évoquerais seulement le conformisme dans lequel tombe le personnage, conformisme qui ne colle pas à la psychologie développée dans les deux précédents tomes - j'ai néanmoins passé un bon moment de lecture. Rien de mémorable, certes, mais une détente appréciable parfois.

Elles ont lu aussi Joséphine : C.l!neKikine, Yoshi73, Stemilou.   

   Et voici ma 23e participation
à la BD du mercredi de
Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma 14e au Top BD des blogueurs de Yaneck!
(note : 14/20)

Logo_top_bd_2011

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

16 septembre 2011

A l'enfant que je n'aurai pas, Linda Lê

9782841115631Les Affranchis est une nouvelle collection des éditions NiL conçue et dirigée par Claire Debru. En voici la ligne éditoriale :

"Quand tout a été dit sans qu'il soit possible de tourner la page, écrire à l'autre devient la seule issue. Mais passer à l'acte est risqué. Ainsi, après avoir rédigé sa Lettre au père, Kafka avait préféré la ranger dans un tiroir. Écrire une lettre, une seule, c'est s'offrir le point final, s'affranchir d'une vieille histoire. La collection « Les Affranchis » fait donc cette demande à ses auteurs : « Écrivez la lettre que vous n'avez jamais écrite. »"

A l'enfant que je n'aurai pas est un texte dans lequel Linda Lê s'adresse de façon intime à cet enfant qui n'existe pas, celui qu'elle a décidé de ne pas avoir. Par ce choix difficile - celui de ne pas donner la vie, de ne pas être mère - Linda Lê s'affranchit des conventions sociales bien ancrées dans notre inconscient collectif. Ne pas avoir d'enfant peut-être un choix, et non pas une résignation, et être bien vécu.
C'est donc dans cette lettre à cet enfant imaginaire que Linda Lê défend son choix de vie, son refus de devenir l'image même de la femme nécessairement mère. Sans pour autant renier sa féminité. Sans pour autant renier ce qu'elle est, et ce qu'elle sera.
Cet exercice de style intime s'il en est est une merveille d'écriture. Linda Lê nous livre dans une plume imagée et poétique une partie de son passé, décortique et donne à voir ce qu'ont été son enfance et son rapport à sa mère et à la maternité. Un texte poignant, engagé, intime et vibrant. A lire d'un souffle, d'une traite, sans respirer !

Je remercie libfly et les Editions Nil  pour ce livre reçu en avant-première.
  Capture

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

15 septembre 2011

Tokyo, Mo Hayder

mo-Hayder_tokyoTokyo est le troisième roman de la romancière britannique Mo Hayder. Publié en France en 2004, il traînait dans ma PAL depuis quelques temps, après avoir été dégoté chez un bouquiniste.

Grey, la vingtaine, débarque seule à Tokyo, obsédée par un sujet : le massacre de Nankin par les Japonais en 1937. Mais le seul témoin de cet épisode, un vieil universitaire, n'est pas disposé à revenir sur cette période de sa vie et à lui parler.
La jeune anglaise est rapidement embauchée dans un bar à hôtesses. Mais les cients qu'elle y rencontre sont loin d'être des hommes d'affaires lambdas. Subvenant à ses besoins, Grey continue en parallèle ses recherches sur Nankin. Car son obsession n'est pas qu'empathique : la jeune femme a bien des secrets à cacher et des réponses à trouver dans cette tragédie. Et son précédent internement en hôpital psychiatrique la pousse à chercher des vérités dans le passé.

Je connaissais de réputation Mo Hayder et de ses romans. Je savais que je m'exposais à une lecture choquante, violente, etc.
Résultat ? Une nuit d'insomnie quand, arrivée à la moitié du livre et après un début plutôt calme, l'intrigue s'accélère.  Je me suis laissé happée jusqu'à la dernière page. Vous dire que j'étais tellement tendue qu'il m'était impossible de m'endormir sans connaître le dénouement n'est pas loin de la vérité... Non, en fait c'est l'exacte vérité !
Tokyo est un roman que l'on peut qualifier de morbide. Non seulement l'histoire personnelle de Grey, l'héroïne, prend très vite une tournure dérangeante, mais les détails historiques sur le massacre de Nankin font froid dans le dos.
Si Mo Hayder avoue en postface la difficulté de trouver des documents sur cet épisode historique et, surtout, des documents exposant les faits d'une façon cartésienne, sans exagération dans la cruauté ni dans l'horreur, elle en propose ici une version très personnelle mêlée à une part fictionnelle intéressante. Les personnages possèdent une psychologie très fine et leurs vies s'entremêlent inextricablement.
Comme tout bon thriller, la tension monte progressivement (le personnage de la Nurse est devenu mon cauchemar ultime !) et les explications sont données au compte-goutte pour ménager le suspense. L'alternance de temporalité entre les chapitres - Nankin en 1937 et aujourd'hui à Tokyo - permet de faire évoluer les deux histoires de façon parallèle et de faire monter l'intensité dramatique conjointement.

Lectures communesIl y a beaucoup à dire sur ce roman mais je m'arrêterai là. Pour terminer, je vous préviens : si vous ouvrez ce livre, faites le en connaissance de cause. Pour ma part, je crois que je vais m'arrêter là dans ma découverte de Mo Hayder (je suis une trop petite nature pour ce type de thrillers...)
Tokyo
était une lecture commune avec
Manu, Estellecalim, (un peu en retard) Canel et Sophie.

Et comme je n'ai pas pu résister au Challenge Thriller de Cynthia,
je me suis inscrite dans la catégorie "Touriste planquée" (3 thrillers à lire avant le 15 juin 2012)

Challenge Thriller

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

14 septembre 2011

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur, Gwangjo et Corbeyran

4183_cLéa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur est un album paru chez Dargaud en 2010. Le titre, bien évidemment, m'a intriguée...

Louis Levasseur est un écrivain en mal d'inspiration. Le jour où il trouve dans la poubelle de son immeuble le journal intime d'une des résidentes, sa curiosité l'emporte sur la bienséance. Il dévore les pages et pénètre l'intimité du quotidien de Léa, une jeune femme frappée d'amnésie ménagère. Impossible en effet pour elle de faire fonctionner le moindre appareil électro-ménager. Comme si son cerveau était victime d'un blocage.
Inspiré par cette tranche de vie, Louis Levasseur en fait le sujet de son nouveau roman. Beau succès en librairie, très vite adapté au cinéma. Mais Louis, malgré ces bonnes nouvelles, se languit de rencontrer celle qui est à l'origine de tout.

En ouvrant cet album, je pressentais une claque. Et j'avais raison ! Le sujet en lui-même promet une lecture poignante...
Corbeyran, avec un scénario original et imprévisible, aborde, sous couvert d'amnésie, un thème délicat - que je me garderais bien de vous dévoiler ici - avec justesse et délicatesse.
La jeune Léa, frappée d'amnésie ménagère, est un personnage d'une fragilité déconcertante, d'une vraisemblance rare. La narration alterne passages de son journal intime et réactions de Louis, le romancier qui vole cette vie branlante, ce qui permet de pénétrer l'intériorité de ces deux personnages et d'apercevoir leurs failles.coup de coeur 2011
D'une beauté et d'une précision à couper le souffle, les dessins en noir et blanc de Gwangjo accompagnent ce scénario de l'errance, de la perte de repères, d'un côté, et de la solitude de l'autre.
Une lecture vibrante, à lire d'un souffle. Un dénouement imprévisible qui offre à cet album une profondeur autre. Une lecture comme je les aime, qui entraîne son lecteur sans lui laisser le choix. Un coup de coeur, c'est certain !

 

9782505008613_1 9782505008613_2

 

 Et voici ma 22e participation
à la BD du mercredi de Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma  13e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note : 18/20) !


Logo_top_bd_2011

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 septembre 2011

Tout, tout de suite, Morgan Sportès

5953_1384599Morgan Sportès est un écrivain français dont le livre-enquête, L'Appât, publié il y a vingt ans et adapté au cinéma par Bertrand Tavernier en 1995, reçut l'Ours d'or à Berlin. Tout, tout de suite est son dernier roman, sorti en août chez Fayard et en lice pour le Goncourt 2011.

L'horreur du crime a fait couler beaucoup d'encre. En 2006, un jeune juif d'origine modeste est enlevé, séquestré et torturé pendant plus de vingt jours par une bande de jeunes, avant d'être assassiné. Morgan Sportès revient sur cet acte de barbarie. Il explore, dans ce roman inspiré de ces faits réels, les raisons qui ont poussé ces jeunes - parfois désoeuvrés, parfois parents, parfois mineurs - à torturer un autre être humain. Sans jugement, il reconstitue les faits, analyse notre société, les désillusions qu'elle créé, jusqu'à permettre l'irréparable. L'inénarrable.  L'indicible.

Lecture dure au sens propre, Tout, tout de suite est un roman assez étrange. Tout d'abord parce qu'il s'inspire de faits réels, certes, mais aussi parce qu'il décortique  notre société et ses dérives au travers de ce crime au caractère insoutenable. Le choix de Morgan Sportès d'écrire un roman et non pas un documentaire permet d'établir une distance, une distance avec ce crime, mais aussi une distance avec notre société gangrenée qui se détériore peu à peu. Une société qui permet à cette violence d'éclore. Et cette distance est salvatrice pour le lecteur. Sans elle, cette lecture serait d'autant plus dérangeante.
Tout, tout de suite n'est pas un roman que je souhaitais lire, appréhendant les mots de Morgan Sportès pour mieux me cacher derrière un voile protecteur.
Je l'ai néanmoins lu.
De ce roman terrible, je retiendrais un sentiment de malaise, qui ne m'a pas lâchée. Malaise du à à cette histoire, c'est évident, mais dû aussi à notre monde actuel. Une sorte de fatalisme en somme. C'est dur d'ouvrir les yeux. Dur de regarder la violence en face. De la voir éclore. De parler d'acte inhumain quand ce sont bien des Hommes qui l'ont commis.

Une lecture éprouvante s'il en est. Une étude sociétale inquiétante et pourtant bien réelle réalisée par un auteur qui analyse un monde qui va mal.
Une lecture dérangeante, tout sauf reposante, mais ô combien essentielle.
Je remercie libfly et   pour ce livre de la rentrée littéraire reçu en avant-première. L'avis de Stephie sur ce roman.

  Capture

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,