Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




13 juin 2011

Bartleby le scribe, Herman Melville

9782070401406FSBartleby le scribe est une nouvelle d'Herman Melville publiée en 1853 dans un périodique, puis intégrée en 1856 dans le recueil de nouvelles Contes de la véranda.

Le narrateur, homme de loi de Wall Street, raconte les relations qu'il avait avec Bartleby, l'homme qu'il avait engagé pour occuper la fonction de scribe dans son étude. D'un naturel très discret, Bartleby passait ses journées derrière son bureau. Mais lorsque le narrateur lui demandait la moindre chose, il répondait « Je préfère pas »(« I would prefer not to »). Le narrateur, surpris, ne se résolut pourtant pas à renvoyer cet homme qui ne sortait jamais de l'étude (il y dormait même) mais sans rien faire.

Lecture très courte et amusante, Bartleby le scribe a été une source d'inspiration pour les écrivains de l'absurde du XXe. Atypique s'il en est, le personnage de Bartleby est tout sauf un personnage : il possède une psychologie minimale, ou tout du moins imperceptible, ses actions se résument à refuser toute action, et sa vie entière se borne à l'étude qu'il occupe jour et nuit. Le narrateur, choqué par son attitude puis décontenancé, culpabilise face à ce personnage de papier.
Une lecture drôle, que j'ai beaucoup aimée pour son absurdité et que Pennac résuma ainsi : « Qui a lu cette longue nouvelle sait de quelle terreur peut se charger le mode conditionnel. Qui la lira saura. »Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie
Une lecture que j'inscris dans le Challenge La littérature fait son cinéma de Will en tant que troisième participation, car plusieurs adaptations cinématographiques de cette nouvelle ont été réalisées. Voici la bande-annonce de la version réalisée en 2001 par Jonathan Parker, avec Crispin Glover dans le rôle de Bartleby.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,



Vos commentaires

  • Lu il y a peu et, comme toi, j'ai passé un bon moment. J'étais ravie de cette découverte ( et de l'intéressante petite bio de Melville à la fin de cette édition )

    Posté par emmyne, 13 juin 2011 à 16:12 | | Répondre
  • C'est mon récit favori de Melville. J'ai mis des années à le comprendre, à le relire pour saisir toute la profondeur du personnage !

    Posté par Océane, 13 juin 2011 à 16:52 | | Répondre
  • @Emmyne : C'était le premier livre de Melville que je lisais, et j'ai été ravie !

    @Océane : C'est vrai que j'ai eu quelques difficultés à appréhender le personnage dans son intégralité, mais une lecture commune avec un ami spécialisé en littérature m'a permis d'échanger sur cette nouvelle et de mieux la comprendre...

    Posté par soukee, 13 juin 2011 à 16:54 | | Répondre
  • Bon il est dans ma PAL et je l'avais quelque peu écarté à cause d'un avis très négatif. Il faudra que je me penche dessus un de ces jours

    Posté par Cynthia, 14 juin 2011 à 00:05 | | Répondre
  • Très tentant ton commentaire de lecture ! Ceux de Emmyne et Océane ne font que le confirmer : à inscrire en wish list !

    Posté par Itzamna, 14 juin 2011 à 09:55 | | Répondre
  • @Cynthia : Très négatif ? Je pense qu'il faut savoir à quoi s'attendre quand on ouvre ce livre... Ensuite on se délecte...

    @Itzamna : Une nouvelle intéressante, cela va sans dire !

    Posté par soukee, 14 juin 2011 à 12:07 | | Répondre
  • Beaucoup entendu parlé mais jamais lu ; j'espère qu'un jour j'y remédierais.

    Posté par Depocheenpoche, 14 juin 2011 à 18:56 | | Répondre
  • @Depocheenpoche : Surtout qu'il est très court !

    Posté par soukee, 14 juin 2011 à 19:00 | | Répondre
  • Te voilà bien tracassé après cette lecture, on dirait, et devant ce personnage de papier.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 15 juin 2011 à 20:10 | | Répondre
  • @Alex-Mot-à-Mots : Tracassée ? Non ? Disons que ce n'est pas une oeuvre à lire sans réflexion après...

    Posté par soukee, 15 juin 2011 à 20:13 | | Répondre
Nouveau commentaire