Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




26 novembre 2010

L'abîme, Charles Dickens et Wilkie Collins

labimeDécouvert par hasard dans une petite librairie, L'abîme (paru aussi sous le titre Voie sans issue), est un roman écrit à quatre mains, celles de deux amis anglais : Charles Dickens et Wilkie Collins.

Walter Wilding, est un marchand de vin prospère. A la mort de sa mère, il apprend que sa mère n'est pas sa mère biologique et qu'il a vit sous l'identité d'un autre. Très confus, il décide de léguer sa fortune au véritable Walter Wilding. Mais les événements s'enchaînent avant qu'il n'ait le temps de rencontrer celui dont il a pris l'identité...

Difficile de ne pas en dire trop de ce roman très court... L'intrigue de départ est originale et promet un roman intéressant, mais malheureusement, la brièveté du texte ne permet pas de s'immerger complètement dans l'intrigue.
Le roman suit successivement le parcours de deux personnages principaux. Si leur histoire personnelle est digne d'intérêt, le roman ne leur accorde malheureusement pas assez de temps pour l'appréhender véritablement.
Le rythme est rapide et passe d'un lieu à l'autre sans transition, faisant fi d'une quelconque harmonie temporelle. Qu'il est frustrant de passer beaucoup de temps sur des situations parfois anodines et de ne pas s'attarder sur d'autres qui promettaient d'être intéressantes !
Un bon roman néanmoins, qui aurait pu être vraiment une très belle découverte, mais qui me laisse cruelle
44667022_pment sur ma faim et frustrée de tourner la dernière page et quitter des personnages que j'aurais aimé mieux connaître...
Et voilà ma participation annuelle pour le Wilkie Collins Addicts The Challenge  de Cryssilda (ouf ! C'était limite !)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,



Vos commentaires

  • dommage !

    Dommage également que le livre ne contienne pas de précisions sur cette écriture à quatre mains entre ces deux "poids lourds" anglais. Pourquoi, comment...?
    Mais l'unique avantage de ce livre ne réside pas entièrement sur la petite étiquette collée sur la quatrième...? Non ?

    Posté par Tosty, 26 novembre 2010 à 18:08 | | Répondre
  • je ne connais pas ce livre... du moins pas encore

    Posté par Anne Sophie, 27 novembre 2010 à 10:45 | | Répondre
  • Un Dickens prevu pour Noel et un Wilkins pour le debut de l'annee prochaine...tu me fais hesiter du coup avec ce billet...

    Posté par L'Ogresse, 27 novembre 2010 à 19:51 | | Répondre
  • @Tosty : Non, et tu le sais bien !

    @Anne Sophie : Wilkie Collins, un ateur à dépoussiérer d'urgence d'après la blogo !

    @L'Ogresse : Hihihi... Moi, méchante ? Noooon...

    Posté par soukee, 28 novembre 2010 à 18:32 | | Répondre
Nouveau commentaire