Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




10 septembre 2010

Rencontre avec un auteur : David S. Khara

David_KharaSouvenez-vous, il y a quelques mois... Je vous avais fait l'éloge [des] Vestiges de l'aube, premier roman d'un auteur très prometteur, David S. Khara. Et bien figurez-vous que j'ai eu la chance de le rencontrer cet été, lors d'une soirée  avec son éditeur, de lui poser quelques questions...

*D'où t'est venue l'idée d'une amitié entre un vampire et un humain ?

A l’origine, je souhaitais aborder une amitié complexe, improbable, entre deux hommes que tout sépare en apparence, sans forcément intégrer d’élément fantastique. Mais plus le personnage de Werner prenait corps, plus il me semblait nécessaire de lui donner une dimension surnaturelle pour accentuer son recul sur l’humanité. En observant le personnage, son caractère, ses attitudes, il est très vite devenu évident qu’il devait être un vampire. Mais il est un homme avant tout, d’où de fréquents rappels de son passé pour mieux comprendre, non pas le vampire, mais bien l’homme  qu’il était et qu’il n’a peut-être pas cessé d’être…


*N'as-tu pas eu peur d'être noyé dans la déferlante de romans qui sortent en ce moment sur ce thème et d'être estampillé "bit lit"?

Pas l’ombre d’une seconde, pour la simple raison que j’ignorais jusqu’à l’existence de ce type de littérature, ou de cette segmentation, lors de la sortie des Vestiges.

J’ai écrit ce roman en 2003, alors que je me consacrais intégralement à mon entreprise par ailleurs. Je ne connaissais absolument rien au monde de l’édition et l’arrivée de la vague vampirique me passait au dessus de la tête. J’ai découvert Buffy l’hiver dernier et True Blood peu de temps après. Je ne connais pas les romans Twilight  et ce que j’ai vu des films me parle peu, bien que je comprenne tout à fait que l’on puisse aimer cela. A force de nous montrer des vampires au physique d’adolescents, je trouve que l’on s’éloigne un peu de ce qui fait l’essence même du monstre mythique, mais c’est une impression très personnelle. Je n’ai pas crains la noyade dans la mesure ou Les Vestiges de l’Aube est un roman noir plus qu’un roman fantastique et ne s’inscrit pas une seconde dans la mouvance « bit lit ».


*Pourquoi as-tu voulu ancrer ton intrigue dans l'Histoire (je pense notamment aux événements du World Trade Center et à la Guerre de Sécession)

Tu mets le doigt sur un point fondamental de ma démarche d’auteur. Autant dans Les Vestiges que dans Le Projet Bleiberg, l’Histoire est omniprésente et se répercute dans le présent. Les sociétés actuelles ont une fâcheuse tendance à oublier les enseignements du passé et sont susceptibles d’en reproduire les pires erreurs. Parfois, j’ai l’impression que l’humanité avance sans réellement progresser ni même chercher à le faire. Les découvertes médicales et technologiques n’influent en rien sur l’intolérance, la peur de l’autre, le besoin de désigner des coupables. Les évènements de cet été ne font d’ailleurs que confirmer mes craintes. Le Projet Bleiberg commence par une citation de Winston Churchill : « Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur ». Cette phrase résume parfaitement mes intentions. Par ailleurs, je ne cherche pas à donner de leçon ou à imposer des points de vue mais j’essaye d’inviter à la réflexion. A chacun ensuite de faire son propre cheminement…


*Quel est le moment de la journée où tu préfères écrire ?

Le matin, très tôt, et l’après-midi. Je n’écris jamais en soirée ou la nuit. Les idées me viennent un peu n’importe quand, donc je les note ou je les enregistre et je les incorpore lors de ma prochaine session de travail. Je m’astreins à une discipline assez stricte lors de l’écriture d’un roman pour rester concentré sur l’univers, l’ambiance et les personnages. Un vrai travail de forçat (Rires).

 

*Que t'apporte l'écriture ?

 


La liberté, sans la moindre hésitation ! La liberté de créer des histoires et de donner vie à des personnages. J’ai travaillé de longues années dans la communication et la créativité est toujours bridée par des impératifs commerciaux. C’est une bonne école pour l’écriture, mais en terme de profondeur, c’est…limité, dirais-je. (Rires)

Comme je n’écris pas pour me psychanalyser, je prends plaisir à donner vie à des personnages souvent très éloignés de ce que je suis, et, très honnêtement, c’est passionnant. C’est un véritable exercice d’ouverture sur les autres pour comprendre et intégrer des modes de pensées différents des miens.

L’écriture me permet également de rencontrer des gens formidables, venant d’univers variés, avec qui échanger est un plaisir, qu’il s’agisse de lecteurs, auteurs, éditeurs ou libraires. La rencontre à Colomiers reste un de mes meilleurs souvenirs toutes catégories confondues.  Je suis toujours étonné et honoré que l’on consacre du temps à ma prose. J’essaye de donner du plaisir aux lecteurs, sans autre prétention que de distraire. Le succès des Vestiges m’encourage à continuer et j’en suis très heureux. Mais si un jour mes écrits devaient casser les pieds à tout le monde, je saurais arrêter ! (Rires)

couv_4*Je ne sais pas si tu as le droit de nous en dire plus, mais qu'en est-il de ton prochain roman ?

Le Projet Bleiberg est terminé depuis la fin août et la sortie officielle est programmée pour le 6 octobre 2010, donc nous y sommes presque. Le registre est très différent des Vestiges puisqu’il s’agit d’un thriller pur et dur, là encore ancré dans l’Histoire, en l’occurrence la Seconde Guerre mondiale. C’est un roman "chorale" mettant en scène de nombreux personnages, naviguant entre notre époque et les années 1924-1945. La tentation de tout te raconter est forte, mais je dois résister ! (Rires) Je te promets beaucoup d’action, des personnages hauts en couleur, et une intrigue terriblement cruelle.

 

Merci beaucoup David S. Khara d'avoir répondu à mes questions !

Maintenant, il ne nous reste plus qu'à attendre impatiemment

le 6 octobre la parution du Projet Bleiberg...

Pour nous mettre en haleine, voici une bande-annonce de ce second roman

 

 

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,



Vos commentaires

  • Bravo pour cet entretien! C'est toujours intéressant quand les auteurs parlent de leur métier. J'ai envie de lire ses livres maintenant surtout le prochain!

    Posté par mango, 10 septembre 2010 à 10:03 | | Répondre
  • Si c'était le 24 juillet à Rennes, on s'est croisées
    Dans tous les cas, j'attends aussi avec une grande curiosité ce nouveau roman dont le résumé est plein de promesses

    Posté par Lelf, 10 septembre 2010 à 10:05 | | Répondre
  • Alléchant !

    Que de choses prometteuses dans cet article.
    D'abord, le talent de Ma Belle. Elle chronique, analyse, dissèque, raconte, et maintenant elle concocte des entretiens! Eh!, c'est Ma Copine!
    Ensuite, l'entretien lui-même : de très belles réponses de David Khara, qui ne fait pas de la littérature, qui la vit. Longue vie à tes livres David!

    Posté par Tosty, 10 septembre 2010 à 11:00 | | Répondre
  • Son deuxieme roman me tente davantage que le premier mais joli coup ent tout cas !

    Posté par L'Ogresse, 10 septembre 2010 à 11:40 | | Répondre
  • super cet interview ! ça me donne envie de découvrir ce livre !

    Posté par Anne Sophie, 10 septembre 2010 à 15:42 | | Répondre
  • Il a l'air gentil cet auteur !! Rien que pour ça, je note le titre pour le découvrir ^^

    Et ca y est, j'ai répondu à ton tag !!!

    Bonne soirée, gros bisous !!

    Posté par latite06, 10 septembre 2010 à 21:30 | | Répondre
  • "Les Vestiges de l'Aube" est dans ma PAL. Je pense le lire le mois prochain.

    Posté par Hilde, 11 septembre 2010 à 14:31 | | Répondre
  • c'est toujours un plaisir de rencontrer un écrivain! tu n'y es pas allée de main morte dis donc!
    en tous cas, il me donne doublement envie ce livre!

    Posté par Violette, 13 septembre 2010 à 09:30 | | Répondre
  • La gentillesse de vos commentaires me touche, et j'envoie un énorme "merci" à Soukee et Tosty pour leur gentillesse et leur dévouement à leur passion.

    Sans lecteur un auteur n'est rien, nous vous devons donc absolument tout !

    David qui essaiera de ne pas vous décevoir Khara

    Posté par David S. Khara, 15 septembre 2010 à 11:45 | | Répondre
  • @Mango : Merci beaucoup ! Je suis d'accord avec toi, c'est toujours intéressant de pouvoir discuter et échanger avec un auteur sur son œuvre. Pour le comprendre davantage, savoir ce qu'il avait en tête lors de la rédaction, etc.

    @Lelf : Et non, c'était près de Toulouse ! J'attends moi aussi ce nouveau roman avec une vive impatience !

    @Tosty : Merci pour ton soutien indéfectible mon Beau! Et merci pour ton soutien à David aussi, que j'ai su te faire découvrir cet été, entre deux lectures pour ton concours [Clin d oeil]

    @L'Ogresse : Merci ! C'est certain que la bande annonce de ce nouveau roman est très alléchante...

    @Anne Sophie : C'est le but ! [Clin d oeil]

    @Latite : Il est en effet très gentil et très abordable (la preuve !) J'ai vu pour le tag, un grand merci à toi !

    @Hilde : Super ! Je lirai ton avis avec plaisir ! Pour ma part, j'avais passé un excellent moment de lecture...

    @Violette : Disons que David Khara n'y est pas allé de main morte non plus au niveau des réponses... Pour notre plus grand plaisir ! [Bravo]

    @David S. Khara : Merci à toi d'être aussi accessible et sympa. Longue vie à tes écrits, comme dirait Tosty, parce que sans auteur, pas de lecteurs non plus ![Clin d oeil]

    Posté par soukee, 17 septembre 2010 à 11:45 | | Répondre
Nouveau commentaire