Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

29 janvier 2010

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel

9782253115854FSÇa y est, je viens de fermer la dernière page du premier tome [Des] Enchantements d'Ambremer, de Pierre Pevel, et ce avec regret...Mais avant tout, laissez-moi vous racontez un peu l'intrigue de ce roman...

Paris, 1909.  Mais la capitale n'est pas ce que nous imaginons de la Belle Époque.  Elle est imprégnée des éléments de l'OutreMonde, ce monde merveilleux dans lequel licornes, elfes et dragons coexistent avec les humains.
Ainsi, au Paris que nous imaginons de cette époque, s'entrelacent créatures merveilleuses et autres inventions imaginaires : saules rieurs, dragons minuscules pareils à des insectes, chênes bavards etc.

Vivant au cœur de ce Paris des Merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est amené à collaborer sur une enquête de trafic d'objets enchantés. Mais à cette simple affaire de corruption s'ajoute des meurtres étranges. Des gargouilles tuent, envoûtées par une sorcière adepte de magie noire, des objets disparaissent, tandis qu'une magicienne soulève un pan de l'histoire de l'OutreMonde que même la reine du royaume souhaiterait laisser dans l'ombre... L'affaire se corse pour notre mage, qui s'obstine à découvrir la vérité.

Premier coup de cœur de l'année 2010 (et pas le dernier j'espère !), ce livre est d'une lecture Sans_titre_2très agréable. Par son écriture fluide, Pierre Pevel nous emmène avec brio dans son univers merveilleux et fascinant. Sa plume poétique et souvent bien rythmée et son écriture cinématographique permettent de rentrer facilement dans cette intrigue. Mêlant éléments historiques et imaginaires, il donne à voir dans ce court roman un monde peuplé de créatures issues de la fantasy, dont il dicte lui-même les codes. La prouesse de cet auteur réside ici en cette faculté à dépeindre en si peu de pages (350), un univers imaginaire dans lequel le lecteur se glisse avec aisance.

L'intrigue est très bien menée et permet de mêler une enquête policière aux éléments historiques. Ici, pas de logique à la Sherlock Holmes, ni de réflexion pragmatique sur l'identité du meurtrier, mais des techniques d'enquête de mage et des raisonnements issus du monde merveilleux. Le rythme de l'intrigue est rapide, les événements se succèdent et ne laissent pas de répit au lecteur, donnant souvent l'impression d'assister visuellement à la scène, tant les descriptions de Pevel, minutieuses et précises , complètent brillamment cette succession de péripéties.

Les personnages sont attachants, et leur psychologie est soignée. Parfois stéréotypés par leur fonction ou leur nature (le mage courageux, le gnome râleur, etc.), ils n'en demeurent pas moins intéressants et surprenants.

"Originaires de l'OutreMonde, les chats-ailés ne se contentent pas de parler. Ils sont savants, qualité qu'ils doivent à une longévité exceptionnelle et à une capacité unique : celle de s'imprégner de la matière des livres sur lesquels ils dorment." (p.29)

"Ambremer était une cité médiévale, telle que vous, moi et l'essentiel de nos contemporains la rêvent. A savoir pittoresque et tortueuse, avec des venelles pavées plutôt que boueuses, des maisons en belle pierre plutôt qu'en mauvais torchis, des toits de tuile rouge plutôt que de chaumes sales. (p.47)

"On évitait les mages parce qu'on les redoutait ; on les connaissait mal puisqu'on ne les fréquentait guère ; et de l'ignorance naissaient la crainte et les plus folles rumeurs." (p.134)

Seul regret, et non des moindres : le second tome de la série, actuellement introuvable et en rupture d'édition, me laisse largement sur ma faim...

En tout cas, je remercie 47286519et les Éditions Livre de Poche de m'avoir offert ce livre !!

Une chronique de soukee rangée dans Fantasy - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


24 janvier 2010

La dame pâle, Alexandre Dumas

decitreJe viens de terminer cette nouvelle très courte, extraite du recueil Mille et Un Fantômes, d'Alexandre Dumas.

A un auditoire captivé, Hedwige, la narratrice, raconte une aventure incroyable qu'elle a vécue il y a peu et qui explique la pâleur de son teint...
Perdue dans les Carpathes, fuyant l'Armée russe qui approche, la jeune dame trouve refuge dans un château isolé, après s'être fait agressée par des brigands.
Les deux frères qui vivent là, entourés de leur mère, tombent amoureux d'elle, chacun à sa manière...

Difficile d'en parler sans en dire trop. D'un autre côté, la première et la quatrième de couverture sont très explicites quant à la raison de la pâleur de la narratrice...
Pour ma part j'ai passé un agréable moment. Cette nouvelle se lit vraiment très vite et l'intrigue est intéressante. Le mythe du vampire y est une fois de plus exploité, mais de façon succincte.

Une lecture agréable, donc, mais sans plus, car la brièveté de cette nouvelle ne permet ni  au lecteur de s'attacher à un quelconque personnage ni à l'auteur de développer une intrigue très originale, malheureusement. A mon avis, mieux vaut lire le recueil
Mille et Un Fantômes dans son intégralité plutôt qu'une bribe qui, comme ici, ne fait pas sens.

47287655
Et parce qu'il faut rendre à Cynthia ce qui lui appartient, mentionnons (pour la énième fois depuis le début de l'année !) son Challenge 2 euros, dans lequel cette lecture s'inscrit. Et vous trouverez son avis sur cette lecture ici !!

Je ne m'avoue pas vaincue pour autant, il me reste beaucoup de Folio 2 euros dans ma PAL, et j'espère que certains m'enchanteront !!

Et à ce propos, cette lecture fait baisser ma PAL en s'inscrivant dans Mon Challenge "Les PAL c'est tabou!! on en viendra tous à bout !!!! initié par lasardine !

la_ronde_des_post_it126307708034_art   1/26

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

23 janvier 2010

Cœur d'encre, Cornelia Funke

coeurVoila un livre que je voulais lire depuis longtemps. C'est chose faite et j'en suis bien contente !

Meggie vit seule avec son père, Mo, qui restaure des livres anciens. Tous deux passionnés de livres et de lectures en tous genres, ils courent les étals des bouquinistes et les librairies d'occasion, à la recherche de nouvelles perles.
Un soir, un homme étrange vient leur rendre visite chez eux. Doigts de Poussière, c'est son nom, vient les prévenir : Capricorne, un homme cruel et dangereux, est à la recherche de Mo est d'un livre rare  nommé Cœur d'Encre.
Débute alors pour le père et la fille une aventure incroyable et périlleuse, dans laquelle les livres tiennent un rôle à la fois important et inquiétant...


ATTENTION RISQUES DE RÉVÉLATIONS SUR LE ROMAN !!

Difficile d'en parler sans faire quelques révélations... Ce roman pour la jeunesse est d'une lecture très agréable. L'intrigue est bien menée et originale.
L'idée de faire sortir des personnages de livres est un vieux fantasme de lecteur, même si dans ce cas là, lesdits personnages sont assez inquiétants.
Le suspense met en haleine le lecteur, même si parfois l'intrigue ralentit pour se centrer sur le personnage de Meggie et sa relation avec son père.
Au fil des chapitres, le lecteur suit tour à tour plusieurs personnages, mettant ainsi en suspend ce qui arrive aux autres. Les citations liminaires en début de chaque chapitre permettent d'amorcer leur lecture en faisant écho à de nombreux livres.
Les livres sont de réels personnages du roman, portés par l'admiration que leur portent les personnages. Il s'agit véritablement d'une ode à la lecture de la part des personnages, chose très agréable dans un roman pour ado.
La traduction de l'allemand est réussie et ne souffre aucune lourdeur. Le lecteur est porté par cet univers merveilleux, emprunt de fantaisie et d'imaginaire.
Par contre, les personnages sont parfois archétypaux et sans surprise : la vieille fille misanthrope passionnée de lecture, qui vit recluse et du jour au lendemain devient philanthrope et aventurière ; les méchants qui proviennent du livre n'ont aucune psychologie ni justification autre que celle de faire régner le mal.

Cette lecture m'a fait penser à L'Affaire Jane Eyre de Jasper Fforde en bien des points, même si cette dernière va plus loin dans son idée de faire interpénétrer les mondes des livres et la réalité....
coeur_d_encre_2
En revanche, je vous déconseille fortement l'adaptation ciné qui en a été faite. Fidèle au roman pour son intrigue, elle n'en retranscrit ni l'ambiance ni les personnages. Ceux-ci sont archétypaux, souvent ridicules et grossiers. Le manichéisme se traduit par des méchants déguisés et maquillés à outrance, riant grassement à chaque scène. Bref, alors que le roman se lit avec plaisir, même avec des yeux d'adultes, il en est autrement du film...

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

21 janvier 2010

Challenge "Les PAL c'est tabou!! on en viendra tous à bout !!!!"

Et bien voilà, devant la la_ronde_des_post_it126307708034_artténacité de Lasardine et  son insistance pressante, la culpabilité m'a rongée et j'ai succombé à son Challenge "Les PAL c'est tabou!! on en viendra tous à bout !!!!

Le principe est simple : lire en priorité les livres de notre PAL (= Pile à Lire = les livres que l'on possède mais que l'on n'a pas encore eu le temps de lire) afin de faire baisser celle-ci.

J'ai donc compté les livres qui m'attendent patiemment sur mes étagères, et en suis arrivée à ce résultat :

1) Les livres empruntés (sachant que j'en emprunte tout le temps des nouveaux dans les bibliothèques que je fréquente... C'est pas simple et ça commence mal...)

*Les cerfs-volants de Kaboul, Khaled Hosseini
*Mille soleils splendides, Khaled Hosseini
*Ce que le jour doit à la nuit, Yasmina Khadra
*Le livre des étoiles t.1 Qadehar le Sorcier, Eric L'Homme (fait partie de mon Challenge Livraddict) 

Total : 4

2) Les livres à moi et rien qu'à moi :

*L'elfe de la rose, Hans Christian Andersen
*Antigone, Henry Bauchau
*L'éternelle histoire, Karen Blixen
*Fahrenheit 451, Ray Bradbury
*Monsieur Maléfique et autres nouvelles, Truman Capote
*Marelle,  Julio Cortazar
*La porte condamnée, Julio Cortazar
*La dame pâle, Alexandre Dumas
*Le Nabab T.1, Irène Frain
*Dans la peau, Nicci French
*Tokyo, Mo Hayder
*Ma première journée en Orient, Lafacadio Hearn
*La voix, Arnaldur Indridason
*La poupée sanglante, Gaston Leroux
*Pêcheur d'Islande, Pierre Loti
*La mort est mon métier, Robert Merle
*Le jardin de Badalpour, Kenizé Mourad
*Mon nom est Rouge, Orhan Pamuk
*A la croisée des mondes t.2 La Tour des Anges, Philipp Pullman (fait partie de mon Challenge Livraddict)
*Au fil de la vie, Rainer Maria Rilke
*Rouge Brésil, Jean-Christophe Ruffin
*Les amants d'Avignon, Elsa Triolet

Total : 22

J'ai donc 26 livres à lire en priorité cette année pour réduite ma PAL... Heureusement que certains s'inscrivent dans le cadre d'autres challenges...
Rendez-vous à la fin de l'année pour voir le résultat (j'ai bien peur que ma PAL s'agrandisse plus qu'elle ne diminue d'ici là...)

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

20 janvier 2010

Cercueils sur mesure, Truman Capote

Cercueils_sur_mesureEmportée par le Challenge 2 euros de Cynthia, en ce moment je n'arrête pas de lire  des 47287655courts romans ou des nouvelles publiés dans cette collection.

Je viens de terminer
Cercueils sur mesure, le deuxième roman que je lis de l'écrivain américain Truman Capote.

Dans ce très court roman de 120 pages, Truman Capote nous présente une forme littéraire très originale : il extrait du réel une histoire romanesque qu'il met en récit, sans pour autant la fictionnaliser.
En effet, il relate dans ce titre un fait divers réel qui a défrayé la chronique aux Etats Unis : une série de meurtres très cruels et assez mystérieux, pour lesquels les victimes recevaient à chaque fois une mise en garde par un colis contenant un cercueil miniature avec une photo d'eux à l'intérieur...
Connaissant personnellement un enquêteur qui travaillait sur ces meurtres, Truman Capote relate les entretiens qu'il a eus avec lui et les personnes qu'il a eu l'occasion de rencontrer. Il ne s'agit donc pas d'une fiction à proprement parler, mais d'un roman qui rend compte d'un événement réel.

Bref, vous l'aurez compris, l'intrigue est d'autant plus mystérieuse et fascinante qu'elle a vraiment eu lieu !
Le texte, composé presque entièrement de dialogues, est d'une lecture très rapide, et la traduction très bien menée. Les soupçons se portent très vite sur un individu, mais les preuves manquent. Haletant, ce roman nous mène vers l'inexorable avec brio.
Encore une fois, une très bonne lecture, qui me donne envie de pousser plus en avant ma découverte de cet auteur...

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


18 janvier 2010

Tag de l'amitié

Esmeraldae m'a fait l'immense honneur de me taguer avec ce "Certificat d'amitié Sincè48586867_pre".
Je l'en remercie grandement... et en rosis de plaisir, d'où cette couleur  !

A mon tour je le décerne à certaines blogueuses que j'apprécie particulièrement et que je lis dès que j'en ai le temps (le choix a été dur...) et que je n'avais pas forcément taguées depuis mes débuts sur la blogosphère littéraire :

*Tinusia, parce que j'adore lire ses avis et que c'est une amie "virtuelle" de longue date...

*Cynthia, parce qu'elle a été  une des premières à m'introduire dans la blogosphère des lecteurs !

*Latite, que j'ai découverte récemment et qui me fait beaucoup rire dans ses billets !

*Ankya, qui me fait souvent découvrir des livres sympa !

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

17 janvier 2010

Coraline, Neil Gaiman

coralineJe viens de terminer le premier livre de Mon Challenge Livraddict  !! Il s'agit de Coraline, de Neil Gaiman, publié en 2003 aux éditions Albin Michel.

47287542       1/10

Coraline est fille unique. Elle déménage avec ses parents dans une nouvelle maison, très grande, partagée en plusieurs appartements. 
Les adultes préoccupés par leur travail, la fillette s'ennuie, et explore la vieille bâtisse. Dans le salon, une porte étrange qui ouvre droit sur un mur en pierres... Coraline est intriguée.
Un jour de désœuvrement, elle décide d'ouvrir à nouveau cette porte. Mais celle-ci ne donne plus sur un mur, mais sur un appartement qui ressemble étrangement au sien... La fillette, curieuse, s'y engouffre et découvre une nouvelle réalité, proche de celle qu'elle connaît, et pourtant si différente...


Pour une fois, j'avais vu l'adaptation ciné avant de lire le roman. Difficile donc pour moi de me fabriquer mon propre univers, envahie par les souvenirs du film d'animation.
J'ai beaucoup aimé ce roman très rapide, qui permet de s'immerger dans cet univers merveilleux à la fois inquiétant et fascinant.
La traduction de l'anglais est réussie et permet une fluidité dans la lecture.
J'ai trouvé plus prégnant avec cette lecture les références à Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. Les deux fillettes, désœuvrées, pénètrent dans un univers parallèle merveilleux, à la fois dangereux et envoûtant. Elles rencontrent une figure maternelle tyranique (la Dame de Cœur pour l'une, l'autre mère pour l'autre), à qui elles lancent un défi afin de revenir vivante dans leur monde, le tout aidé par un chat.
L'univers de Coraline est issu de notre monde actuel. Celle-ci attend patiemment la rentrée scolaire en septembre dans cette grande maison, trompant son ennui par ses explorations. Ses parents travaillent chacun sur leur ordinateur, absorbés par leurs occupations et délaissant leur fille unique.

Neil Gaiman mêle donc ici un thème récurrent dans la littérature - le passage dans un monde parallèle via une porte, un miroir, un trou dans le sol ou autre - à des thématiques plus actuelles. Comme Alice, Coraline s'ennuie, mais c'est parce que ses parents consacrent beaucoup de temps à l'outil informatique... Belle réflexion que beaucoup d'entre nous pourraient se faire, même sans enfant...

Bref, vous l'aurez compris, il ne s'agit pas ici à proprement parler d'une réécriture au sens stricte du terme, postercoraline2mais plutôt d'une adaptation libre de l'œuvre de Carroll, très agréable à lire, effrayante et captivante.

Et pour compléter cette lecture, si vous n'avez pas vu le film d'animation  sorti récemment sur les écrans, je vous le conseille : c'est une adaptation très fidèle de ce roman, qui ne le dénature en rien et en restitue en tout point son style.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [21] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

14 janvier 2010

Les trois bonnes résolutions que je ne tiendrai pas en 2010

tagTaguée par Tinusia (que je remercie grandement ! ), je me plie avec plaisir à ce petit exercice... d'autant que je suis la reine des résolutions que je ne tiens pas !!


1° Lire un seul livre à la fois : IMPOSSIBLE pour moi de me limiter qu'à une seule lecture... Je suis tiraillée par tellement de livres que le désir est trop fort et que j'y succombe tout le temps.
En plus, j'ai des lectures pour mon plaisir mais aussi des lectures pour mon boulot (qui sont aussi des lectures pour le plaisir, l'air de rien), du coup je lis au lit mes lectures pour le plaisir et dans les transports mes lectures boulot !

2°Arrêter d'interrompre Tosty quand  je suis en train de lire quelque chose de passionnant / horrible / étonnant : pas possible pour moi non plus, il me faut communiquer à tout prix au moment où je le lis quelque chose qui m'interpelle. De toute façon, si je ne dis rien, Tosty me demande quand même parce que je fais souvent une exclamation qui en dit long et qui agace mon entourage ! Hihihi !)

3°Arrêter de trop emprunter à la bibliothèque de mon quartier, de mon  IUFM et dans mon CDI car je me retrouve tout le temps avec des piles de livres autour de mon bureau que je me sens obligée de lire car je les ai empruntés. Mais c'est trop dur de résister et trop tentant... Tous ces livres que je n'ai pas lus !!!

A mon tour de taguer (si elles en ont envie !) Canel, Nelfe et Héloïze !

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

13 janvier 2010

Le Palanquin des larmes, Chow Ching Lie

PalanquinJe viens de terminer ce récit autobiographique bouleversant que j'ai eu en cadeau à Noël.
Publié pour la première fois en 1975, ce livre est un recueil des confessions de  Chow Ching Lie par l'écrivain Georges Walter .

Nous sommes en Chine au milieu des années 1930. Chow Ching Lie naît dans une famille très pauvre, d'un père instituteur et d'une mère paysanne sans instruction. La beauté de la jeune fille s'accroît à mesure que les années passent.
Elle n'a que treize ans lorsque sa famille la marie à un jeune homme maladif issu d'une famille fortunée de Shanghai. Forcée de quitter sa famille et de servir sa belle-famille, elle tente de se rebeller, en vain.
Mère à quinze ans, elle assiste aux événements historiques de son pays, tout en s'accommodant de sa vie de frustrations et de soumission.
Elle trouve refuge dans la pratique assidue du piano qui lui ouvre les portes du Conservatoire de Shanghai.

Magnifique récit d'une vie de souffrances et de courage, ce livre est un plaisir de lecture.
Chow Ching Lie y raconte sa vie sans détours ni honte, avec une pudeur touchante.  La musique, seule bouée dans cette vie de naufrage, servira de garde-fou à la narratrice face aux malheurs rencontrés.
La narration à la première personne permet une immersion totale du lecteur dans cette Chine des années 30 aux années 60. La vie y est dure, la condition féminine inexistante et les traditions très ancrées dans la société.
La focalisation interne permet d'appréhender l'histoire de la Chine avec l'œil de la
Chow Ching Lie de cette époque, insouciante et inconsciente des événements qui se déroulaient, complété par le regard plus incisif de la
Chow Ching Lie des années 1970 (époque de la rédaction de cet ouvrage).
La Chine est dépeinte dans toute sa splendeur, de l'accession au pouvoir de Mao aux grandes réformes qu'a connues le pays, en passant par les années de misère et de famine.
Belle découverte pour ma part. Premier livre que je lisais sur la Chine et son histoire, il m'a permis d'en savoir un peu plus sur ce pays et son récent passé. Il aborde avec pudeur et précision la condition de la femme en Chine dans les années 50, avant la révolution Maoïste et les lois promulguées à ce propos. La transposition de Georges Walter est d'une finesse rare et a le mérite de faire oublier au lecteur la présence d'un intermédiaire.
challenge-Des-notes-et-des-mots-4Merci encore Tosty pour ce super cadeau ! Encore un excellent choix ! J'inscris cette lecture dans le Challenge d'Anne, le Challenge Des notes et des mots.

"J'avais cinq ans et je n'oublierai jamais la minute du départ, la clarté de ce jour de printemps et ce soleil, ce soleil que depuis ce jour-là je n'aime pas." p.49

"Dans la tradition chinoise, la femme était tenue à trois obéissances principales : envers son père, envers son mari, envers son fils quand celui-ci avait l'âge d'homme - et quatre morales : ne pas faire de dépenses inconsidérées, être travailleuse, ne pas chercher à séduire, être toujours prête à se sacrifier pour les autres." p.56

Une chronique de soukee rangée dans Littérature chinoise - Vos commentaires [23] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

10 janvier 2010

La femme d'un autre et le mari sous le lit, Fédor Dostoïevski

9782070356942Inscrite à plusieurs challenges en ce moment (cf. ci-contre), j'ai fait ce matin d'une pierre deux coups en lisant cette nouvelle de Dostoïevski : non seulement elle me permet de commencer mon  Défi "Une année en Russie", organisé par Pimpi, mais en plus je continue mon Challenge 2 euros, initié par Cynthia.

                        russie          2_euros

Dans cette très courte nouvelle - une petite centaine de pages - Ivan Andréiévitch soupçonne sa femme d'adultère et tient à tout prix à la démasquer.
Engoncé dans sa jalousie maladive, il en oublie toute cohérence lorsqu'il rencontre d'autres personnages et en devient incompréhensible.
S'en suit une série de quiproquos qui vont finalement inverser la situation...

D'une lecture très agréable, cette nouvelle est composée essentiellement de dialogues. Ceux-ci s'entremêlent jusqu'à l'inextricable, conduisant le lecteur à une certaine confusion, celle-ci faisant écho à la confusion d'
Ivan Andréiévitch. On ne sait plus qui parle, qui est l'amant et qui est le mari.
Le mari trompé est très comique et toute la nouvelle est finalement très théâtrale.
Les dialogues s'enchaînent, les rôles s'inversent, la méprise règne pour le plus grand plaisir du lecteur.
En revanche, la Russie n'est que le cadre de cette nouvelle et ne donne lieu à aucune description. Aucune indication temporelle ou spatiale n'éclaire le lecteur.
Dostoïevski est concis et va à l'essentiel, et c'est en cela que réside, selon moi, l'intérêt de ce texte.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature russe - Vos commentaires [29] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,